Merci d'encourager L'Agora
Faites un don via Paypal
Le site est en cours de modernisation. Nous vous invitons à utiliser la recherche pour repérer les contenus qui vous intéressent. Merci de votre patience et bonne lecture.

Grossièreté

Essentiel

"L’homme grossier est tout au contre-pied du sentiment des nuances morales et de l’observation des convenances. Il passe outre, il les ignore; s’il a quelque puissance dans l’esprit, comme son propos est pesant, écrasant! Quel pied d’éléphant il met sur vous à chaque parole! S’il a raison, comme il décrédite la bonne cause en la violentant! S’il a un but, s’il est rusé, voyez-le venir, apercevez-le qui s’ébranle à l’horizon par d’immenses circuits; ô baleine! Baleine! L’homme grossier, s’il est énormément orgueilleux, a d’étranges propos de vengeance, une fois blessé par vous. - Si vous le louez moins, si vous vous taisez après lui avoir donné les plus manifestes gages, il dit lourdement de vous: c’est mon ennemi! il ne comprend ni ne veut comprendre qu’on puisse être tout simplement tiède ou refroidi. – S’il vous a jamais rendu un service, quelque service d' argent, il s’en vante en ces moments-là, il dit devant tous qu’il vous a prêté un jour de l’argent, et croit par ce mot de Turcaret vous avoir couvert de honte. - Si l’homme qui l'a blessé est débile de santé, l’homme grossier, au lieu de répondre, de réfuter ou de se taire, dira ou écrira de son adversaire qu’il est phthisique et atteint des poumons; et il croira l’avoir triomphalement écrasé. – S’il veut obtenir de vous un service qui flatte son amour-propre, l’homme grossier est homme à faire intervenir près de vous dans la conversation le nom de sa femme, pour peu qu’il se doute que vous en êtes un peu amoureux; il ne voit aucune indélicatesse, mais seulement une ruse très permise à cela. - Quand il unit une sorte de génie à un grand orgueil, l’homme grossier devient irrassasiable en louanges. Quand vous lui en serviriez tous les matins une tranche aussi forte et aussi épaisse que l’était la fameuse table de marbre sur laquelle on jouait les comédies au palais, il l’aurait bientôt digérée, et avant le soir, à demi bâillant, il vous en demanderait encore."

Charles-Augustin Sainte-Beuve, Les cahiers, Paris, A. Lemerre, 1876, 149 p.: p. 3-5.

Articles