Merci d'encourager L'Agora
Faites un don via Paypal
Le site est en cours de modernisation. Nous vous invitons à utiliser la recherche pour repérer les contenus qui vous intéressent. Merci de votre patience et bonne lecture.

Eau

L'eau est à l'origine de la vie sur terre. Pendant longtemps, elle fut considérée comme un élément. Ce n'est qu'au XVIIIe siècle que le physicien Henry Cavendish en fit l'analyse, découvrant ainsi sa structure double, celle d'un corps composé, formé d'oxygène et d'hydrogène. Mais l'eau ne se réduit pas à ce que physiciens et chimistes peuvent en dire. Le point de vue du biologiste est tout aussi intéressant.

«Aucun organisme vivant ne peut se passer d'eau sous l'une ou l'autre de ses formes. La raison est simple: nos cellules, tout animaux terrestres que nous soyons, vivent dans un milieu aqueux. Elles font donc constamment des échanges chimiques à travers leurs membranes entre le milieu externe, composé du sang et des liquides interstitiels, et le milieu interne des cellules, composé de diverses substances dissoutes dans l'eau. Les organismes vivants sont d'abord composés d'eau, puisqu'il y a de l'eau à l'intérieur et à l'extérieur des cellules.»
Claude Villeneuve, Eau secours!

Quant au poète, voici comment il unit le point de vue du physicien et celui du biologiste dans une synthèse ailée. «Considérez une plante, admirez un grand arbre, et voyez en esprit que ce n'est qu'un fleuve dressé qui s'épanche dans l'air du ciel. L'eau s'avance par l'arbre à la rencontre de la lumière. L'eau se construit de quelques sels de la terre une forme amoureuse du jour. Elle tend et étend vers l'univers des bras fluides et puissants aux mains légères.»
PAUL VALÉRY, Louanges de l'eau

Le point de vue du prince des gastronomes: «L’eau paraît être la boisson la plus naturelle. Elle se trouve partout où il y a des animaux, remplace le lait pour les adultes, et nous est aussi nécessaire que l’air. L’eau est la seule boisson qui apaise véritablement la soif; et c’est par cette raison qu’on n’en peut boire qu’une assez petite quantité. La plupart des autres liqueurs dont l’homme s’abreuve ne sont que des palliatifs; et s’il s’en était tenu à l’eau, on n’aurait jamais dit de lui qu’un de ses privilèges était de boire sans avoir soif.»
BRILLAT-SAVARIN, «Méditation IX – Des boissons», dans Physiologie du goût, ou Méditations de gastronomie transcendante.Paris, Charpentier, 1839, p. 154.

«Nous ignorons la valeur de l'eau tant que le puits n'est pas sec.»
THOMAS FULLER, Gnomologia, 1732

Situation en 2000

«Toutes les huit secondes, dans le monde, un enfant meurt d'une maladie liée à la pénurie d'eau potable et de services sanitaires (OMS, 2000). Plus de 1,1 milliard d'humains sont en effet privés d'eau potable et 2,4 milliards, de services sanitaires. Déjà, plus de la moitié des gens des pays en développement souffrent d'au moins une des six principales maladies associées à l'eau, qui tuent, chaque année, plus de cinq millions de personnes, dont près de onze mille enfants tous les jours, soit trois à quatre fois le nombre de victimes des attentats du World Trade Center! Comment alors comprendre le silence assourdissant des médias et le nôtre? Surtout quand ce "supplice de l'eau" est infligé à des millions d'entre nous par bêtise, insouciance et cupidité, comme le montre éloquemment cet ouvrage de Maude Barlow et Tony Clarke: Certes, les États ont convenu, au sommet de Johannesburg, de donner à la moitié des populations qui en sont privées un accès à l'eau potable et aux services sanitaires de base d'ici 2015, mais cela s'est fait au prix de la non-reconnaissance du droit humain fondamental qu'est un accès à l'eau, contribuant ainsi à transformer ce bien commun en marchandise au profit du cartel de l'eau. En outre, viser seulement la moitié des populations affligées, à supposer qu'on atteigne cet objectif, signifie en clair abandonner l'autre moitié à la pénurie et aux maladies qui tueront, au cours de ces treize années, 50 millions de personnes.
MAUDE BARLOW et TONY CLARKE, L'Or bleu, préface de Louise Vandelac (voir documentation)
Dans de nombreux pays, l'eau est encore un bien gratuit. À l'échelle des nations, comme à celle de la planète, le remède consiste-t-il à considérer l'eau comme un bien commercial, à établir un coût pour chaque litre consommé, avec l'espoir que chacun prenne ainsi conscience du caractère limité de cette ressource? Faudrait-il plutôt suivre la voie indiquée par la coalition Eau Secours ou par Ricardo Petrella et Mario Soarès dans leur Manifeste de l'eau? À quelles conditions, leur contrat mondial de l'eau pourrait-il être voulu et respecté?

Le mot rival vient du mot rive. Le rival c'est l’habitant de l’autre rive, celui qui pourrait être tenté de prendre plus que sa juste part de ce bien commun essentiel: l’eau. Comment éviter que les habitants des pays lointains ne deviennent rivaux à cause de l’eau, alors même que la rivalité immémoriale entre riverains voisins subsiste et risque même de s’exacerber. L'exemple du sens du partage, qui sera nécessaire quelle que soit la solution administrative retenue, ne devrait-il pas être donné d'abord par les collectivités riches en eau, tel le Québec?

Voir notre Glossaire de l'eau

Essentiel

  1. La qualité des règles relatives à la répartition et à l’usage de l’eau est un excellent indice de la qualité d’une civilisation. Quelle est, en ce moment, la juste part de l’eau pour chaque être humain? Comment s’assurer que la répartition sera équitable? En dépit des nombreux rapports publiés sur la question, des déclarations, des accords signés, tout semble encore à faire dans ce domaine. Au Canada, le robinet du pauvre coule autant que celui du riche. Il en a été longtemps ainsi dans les autres pays où l'eau est abondante. L'eau y était un bien commun.

 

  1. Par opposition à l'inégalité qui se manifeste par la taille des maisons et la puissance des voitures, laquelle est une inégalité naturelle, l'inégalité par rapport à des biens aussi vitaux que l’air et l'eau n'est-elle pas une inégalité contre-nature? La conversion nécessaire à une plus juste répartition ne sera possible que dans la mesure où l'eau retrouvera toute sa richesse symbolique, y compris son caractère sacré, dans la mesure aussi où chacun cessera de se considérer comme le centre du monde et de chercher une confirmation de ce fait dans le débit de son robinet.

Articles


Fragments d'Héraclite

Héraclite
Métaphysique de l'eau, de l'âme et du monde chez Héraclite.

Glossaire de termes sur l'eau

Josette Lanteigne
Un glossaire de termes sur l'eau qui pourra progressivement s'enrichir de définitions et de liens vers des sites ou des dossiers apparentés. On y trouve notamment de l'information sur: l'adsorption, l'agressivité de l'eau, son caractère alcalin,

L'eau et la vie

Claude Villeneuve
La vie sort de l'eau, mais l'eau ne sort pas d'elle. «Nous sommes des sacs d'eau de mer», disait Alain.

L'eau: problématique-clé

Claude Villeneuve
Le Québec est un territoire choyé sur le plan des ressources en eau. Mais, de l'arrosage des gazons aux rejets de substances toxiques, nous en avons fait plus souvent qu'autrement un usage irresponsable. Notre incurie risque de remettre en question

La musique de l'eau

Léo-Pol Morin

Le bateau ivre

Arthur Rimbaud
Et j'ai vu quelquefois ce que l'homme a cru voir. Ce vers, trop souvent cité, nous aurait-il fait oublier le poème, rempli de regars neufs, dont il est tiré?

Les noces alchimiques

Jacques Languirand
Passage du site de Jacques Languirand à Radio-Canada.

Louanges de l'eau

Paul Valéry
L'eau, métaphore de l'intelligence.

Plaidoyer pour les eaux oubliées

Jean Proulx
La symbolique de l'eau est universelle.

Dossiers connexes