Déterminisme

Le déterminisme est en science un principe fondamental. Le physiologiste français Claude Bernard (1813-1878) le définit ainsi: «chez les êtres vivants aussi bien que dans les corps bruts les conditions d'existence de tout phénomène sont déterminées d'une manière absolue. Ce qui veut dire en d'autres termes que la condition d'un phénomène une fois connue et remplie, le phénomène doit se reproduire toujours et nécessairement, à la volonté de l'expérimentateur».

Une fois les conditions réalisées, il est impossible que le phénomène ne se produise pas, de la même façon qu'il est impossible que le phénomène se produise si les conditions ne sont pas réalisées. On appelle nécessité cette double impossibilité. Le déterminisme est étranger au fatalisme ou à l'idée de destin. Aux yeux du fataliste, le phénomène est nécessaire c'est-à-dire qu'il doit survenir indépendamment des conditions, il est nécessaire alors que pour le déterministe, c'est le rapport entre le phénomène et ses conditions qui est nécessaire.

Heisenberg souligne que la physique atomique s'est éloignée de plus en plus des représentations déterministes «d'abord, et dès les débuts de la science de l'atome, par le fait que l'on s'est mis à considérer les lois déterminantes des processus à grande échelle comme des lois statistiques. «En principe», ajoute-t-il, «on maintenait encore le déterminisme, mais en pratique on comptait avec le caractère incomplet de notre connaissance des systèmes physiques. Ensuite, dans la première moitié du siècle, par le fait que le caractère incomplet de la connaissance des systèmes atomiques était désormais considéré comme une partie essentielle de la théorie. Enfin, tout récemment, parce que, pour les durées et les espaces infinitésimaux, le concept de chronologie semble devenir un problème, bien que nous ne puissions pas encore dire comment se résoudront ces énigmes».

Définition de Laplace.
Le déterminisme théologique
Le déterminisme génétique

Essentiel

La question essentielle est posée par Simone Weil: l'univers est-il entièrement soumis à la force, ou un principe d'un autre ordre, source de sa beauté, fondement de son sens, est-il à l'oeuvre en lui? Dieu, selon Simone Weil, ne rompt pas le déterminisme, il n'intervient pas dans les causes secondes, il rayonne à travers elles. D'où la beauté du monde.

Essentiel

La question essentielle est posée par Simone Weil: l'univers est-il entièrement soumis à la force, ou un principe d'un autre ordre, source de sa beauté, fondement de son sens, est-il à l'oeuvre en lui? Dieu, selon Simone Weil, ne rompt pas le déterminisme, il n'intervient pas dans les causes secondes, il rayonne à travers elles. D'où la beauté du monde.

Articles


La liberté et les sciences humaines

Gustave Thibon
Libres même et surtout quand, instruits par les sciences humaines, nous prenons acte de ce qui nous détermine à notre insu. La limite et l'obstacle reconnus sont déjà à demi franchis...Article tiré

Dossiers connexes




Articles récents

  •  

    Les mots ont une vie eux aussi

    Pierre Biron
    Les mots naissent, évoluent dans leur structure, se répandent, accouchent d’un autre sens, livrent vérités ou m

  •  

    Lovelock James

    Jacques Dufresne
    James Lovelock est né le 26 juilllet 1919; il est mort le 26 juillet 2022. Gaia a mauvaise presse en cet automne 2022 en raison de la conceptio

  •  

    Culture médicale: un ABC

    Jacques Dufresne
    La culture médicale est la première condition de l'autonomie des personnes face à un marché de la santé o&ugrav

  •  

    Gustave Thibon, un Nietzsche chrétien

    Jacques Dufresne
    On a comparé Gustave Thibon à Pascal et Gabriel Marcel a reconnu en lui un Nietzsche chrétien, mais il eut encore plus d’af

  •  

    Pause ton écran

    Jacques Dufresne
    À propos du site Pause ton écran, consacré à des mises en garde contre la dépendance aux écrans et de Cather

  •  

    Ottawa n'est pas Rome

    Marc Chevrier
    Pourquoi le français n’est-il pas au Canada ce que le grec fut à Rome? Une version espagnole suit.

  •  

    L'inflation généralisée

    Jacques Dufresne
    L’inflation, un mal multiforme et universel ? Le premier sens que le CNRTL donne au mot est  médical : enflure, inflammation. L

  •  

    Pâques et les calendriers

    Jacques Dufresne
    Notre attention a besoin d’être tirée chaque jour vers le haut, et vers le zénith lors de grandes fêtes comme Pâ