Merci d'encourager L'Agora
Faites un don via Paypal
Le site est en cours de modernisation. Nous vous invitons à utiliser la recherche pour repérer les contenus qui vous intéressent. Merci de votre patience et bonne lecture.

Destin

«De manière générale, le destin exprime l'idée de la prédétermination de la temporalité par le jeu de causes indépendantes de la volonté humaine. Selon les modalités de cette prédétermination, on peut distinguer le mythème, le théologème et le philosophème, formes communes aux diverses mythologies, théologies et philosophies du destin. Le mythème désigne la croyance en la prédestination du cours des événements par des puissances occultes et mystérieuses, fastes ou néfastes, capricieuses ou équitables, personnifiées ou impersonnelles. Le théologème de destin est la croyance en la prédestination de la temporalité par un Dieu créateur, infiniment sage, bon et puissant, dont la providence a ordonné de toute éternité le cours des événements pour le meilleur. Par philosophème de destin, nous entendons le plus petit commun diviseur aux diverses conceptions du fatum en philosophie: l'idée de la prédétermination, totale ou partielle, de la temporalité par le jeu des causes physiques. Si le mythème et le théologème réduisent le destin au divin, le philosophème a ceci de particulier qu'il le réfère à la Nature. Tel est ce qu'on peut nommer le «principe d'identité du fatal au naturel»: par le concept de fatum, la philosophie n'entend pas un devenir fatalisé par des puissances surnaturelles mais l'ordre physique des événements, causalement déterminé, intelligible et prévisible à la raison.»
Christophe Paillard, Destin et temporalité: mythe, théologie et philosophie.

Essentiel

Dans l'épopée homérique et le mythe grec, le destin se dit «moïra», terme signifiant littéralement la «part», le «lot» ou la «portion» échus à chacun en fonction de sa nature et de son statut social. Il a pour synonyme «aïsa», qui exprime la même idée. Récurrente dans l'Iliade, la Moïra Thanatos, Parque de mort, signifie donc la «part de mort» qui incombe à l'homme par opposition aux dieux ayant reçu l'immortalité en partage. De Christophe Paillard, voir Le destin dand le mythe grec et l'éthique du partage.

Articles


La négation épicurienne du destin

Christophe Paillard
Pour l'épicurisme, nous sommes toujours libres d'être heureux; ni la fortune ni la fatalité ne dirigent les actions du sage qui pense vrai que notre destin n'est pas écrit dans les cieux.

Le destin dans le mythe grec et l'éthique du partage

Christophe Paillard
La loi de partage que les dieux ont conçue pour les hommes n'est pas celle de l'égalité: au lieu de l'immortalité en partage, ils ont une «part de mort».

Le mythème de destin et la maîtrise divinatoire de la temporalité

Christophe Paillard
Où on voit que le destin laisse une certaine liberté à l'individu.

Le philosophème de destin ou l'identité du fatal au naturel

Christophe Paillard
D'un point de vue philosophique, la conception que se fait chaque école du fatum est corrélative de sa conception de la liberté.

Notre destin de partager et d’aménager un espace avec les êtres et les choses

Éric Volant
L’association canadienne de la santé mentale de Montréal m’a accordé l’autorisation de reproduire sur l’Agora mon article: « Notre destin de partager et d’aménager un espace avec les êtres et les choses » Éric Volant

Dossiers connexes