• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Flux RSS:

    Impression du texte

    Whitman Walt

    Écrivain américain.

    Biographie

    "Né à Long Island, dans l’État de New York, cet homme du peuple, menuisier à ses heures, produisit une œuvre novatrice, brillante, exprimant l’esprit démocratique du pays. C’était un autodidacte qui avait abandonné l’école à l’âge de onze ans pour travailler. Il lui manqua donc l’instruction traditionnelle qui faisait de la plupart des auteurs américains des imitateurs respectueux des Anglais. Son recueil, Feuilles d’herbe (1855), qu’il réécrivit et révisa pendant toute sa vie, contient le « Chant de moi-même », poème le plus original qu’ait jamais écrit un Américain. Les éloges enthousiastes d’Emerson et de quelques autres pour ce volume audacieux confirmèrent au poète sa vocation, même si le livre ne connut pas un grand succès auprès du public.

    Cette œuvre visionnaire, qui célèbre toute la création, a été largement inspirée par les écrits d’Emerson, en particulier son essai « The Poet » qui annonçait une sorte de barde, robuste, sincère, universel, étrangement proche de Whitman lui-même. La forme novatrice du poème – vers libres et absence de rimes – sa libre célébration de la sexualité, sa vibrante sensibilité démocratique et son affirmation parfaitement romantique de l’identité du poète avec ses vers, avec l’univers et avec son lecteur, changèrent définitivement le cours de la poésie américaine.

    Feuilles d’herbe est aussi immense, énergique et naturel que le continent américain; c’était l’épopée que des générations de critiques américains appelaient de leurs vœux, même s’ils ne le comprirent pas. La pulsation du mouvement que l’on perçoit dans le « Chant de moi-même » est comme une incessante musique : Mes attaches et mon lest m’abandonnent […]
    Je borde des sierras, mes paumes couvrent des continents
    Je chemine avec ma vision. Le poème regorge de myriades de spectacles et de sons concrets. Les oiseaux de Whitman ne sont plus les « esprits ailés » de la poésie traditionnelle. On dirait que le poète se projette dans tout ce qu’il voit ou imagine. « Naviguant vers tous les ports pour le trafic et l’aventure. / Me précipitant avec la foule moderne, aussi ardent et versatile que quiconque. » Mais il est aussi l’individu souffrant, « La mère de jadis, condamnée comme sorcière et brûlée sur du bois sec, sous les yeux de ses enfants […]. Je suis l’esclave pourchassé, je flanche sous la morsure des chiens, […] le pompier meurtri à la poitrine défoncée […]. »

    Plus que tout autre écrivain, Whitman inventa le mythe de l’Amérique démocratique. « De toutes les nations […], les Américains possèdent probablement la nature poétique la plus complète. Les Etats-Unis sont essentiellement le plus grand des poèmes. » En écrivant ces mots, il avait la hardiesse de prendre le contre-pied de l’opinion généralement admise selon laquelle l’Amérique était trop brutale et trop neuve pour comprendre la poésie. Il inventa une Amérique intemporelle de la liberté de l’imagination, peuplée d’esprits pionniers venus de toutes les nations. Le romancier et poète britannique, D.H. Lawrence, le décrivit comme le poète de « la grand-route ».

    On perçoit la grandeur de Whitman dans nombre de ses poèmes, dont « Sur le Bac de Brooklyn », « Exhalé du berceau sans fin balancé » et « Au temps dernier que les lilas fleurirent », élégie émouvante sur la mort d’Abraham Lincoln. Il a signé une autre œuvre importante : Perspectives démocratiques (1871). Il s’agit d’un essai rédigé au cours de l’âge d’or du matérialisme sans frein de l’ère industrielle, où il critique à juste titre son pays pour « la puissance de sa richesse multiforme et de son industrie » qui cachent « un Sahara sec et uniforme » de l’âme. Il préconise une nouvelle sorte de littérature qui insufflerait une vie nouvelle à la population. Pourtant, en fin de compte, le titre de Whitman à l’immortalité est son « Chant de moi-même ». Là, l’être romantique est au centre de la conscience du poème. Je me célèbre et me chante,
    Et mes prétentions seront tes tentations,
    Car chaque atome qui m’appartient t’appartient aussi. La voix de Walt Whitman électrise le lecteur moderne par sa proclamation de l’unité et de la force vitale de toute la création. Il fut incontestablement un extraordinaire novateur. C’est lui qui a créé le poème autobiographique, qui a fait de l’Américain ordinaire un barde, du lecteur un créateur, c’est de lui que vient la découverte toujours actuelle, de la forme « expérimentale » ou organique."

    Kathryn VanSpanckeren, Esquisse de la littérature américaine, p. 30-32. Publié par l’Agence d’information des Etats-Unis (document du domaine public).

    Oeuvres

    Manuscrits de Whitman - guides d'archives (Walt Whitman Archive)

    Selected Works and Commentary (University of Virginia)

    Poésies

    Manuscrits des oeuvres poétiques (image et transcriptions) - Walt Whitman Archive

    Leaves of Grass (Walt Whitman Archive) - plusieurs éditions, modes texte et image
    Leaves of Grass - éditions britanniques (Walt Whitman Archive) - mode texte
    Leaves of Grass (édition de 1855) (Walt Whitman Archive) - mode texte
    Leaves of Grass (édition de 1881-1882), Walt Whitman Archive: édition commentée, mode texte; mode texte
    Leaves of Grass (édition de 1891-1892), Walt Whitman Archive: édition commentée, mode texte; mode texte
    Leaves of Grass (éditions postérieures à 1855): Bartleby, Project Gutenberg

    Prose

    Memoranda During the War, 1875 (Electronic Text Center, University of Virginia Library)
    Complete Prose Works, 1892 (Walt Whitman Archive)
    Supplementary Prose (1855-1892) - Walt Whitman Archive
    Prose Works (Philadelphia, David McKay, 1892) - Bartleby
    Specimen Days (and other prose works) - Bartleby


    Traduction française

    La dix-huitième présidence! Traduction par Sylvia Beach et Adrienne Monnier. Notice de Jean Catel. Le Navire d'argent, mars 1926, p. 99-123 (Bibliothèque nationale de France, Gallica – mode image, format PDF)

    Documentation

    Études anciennes

    Comptes rendus contemporains (Walt Whitman Archive) - en anglais

    Bentzon, Th. "Un poète américain - Walt Whitman", Revue des Deux Mondes, livraison du 1er juin 1872, p. 565-582 (Bibliothèque nationale de France, Gallica – mode image, format PDF)

    Wilde, Oscar. "L'Évangile selon Walt Whitman", dans Derniers essais de littérature et d'esthétique: août 1887-1890. Traduit de l’anglais par Albert Savine. Paris, P.-V. Stock, 1913, p. 205-215 (Bibliothèque nationale de France, Gallica – mode image, format PDF)

    Bucke, R. M. "Walt Whitman, Man and Poet", Cosmopolis: an International Review, tome 10, no 30, juin 1898, p. 687-694 (Bibliothèque nationale de France, Gallica – mode image, format PDF)

    Guéhenno, Jean. "Whitman, Wilson et l'esprit moderne", Revue de Paris, livraison du 1er janvier 1919, p. 109-130 (Bibliothèque nationale de France, Gallica - mode image, format PDF)

    Erskine, John. "A Note on Whitman's Prosody", Studies in Philology, vol. 20, 1923, p. 336-344 (Bibliothèque nationale de France, Gallica - mode image, format PDF)

    Holloway, Emory. "Whitman as Critic of America", Studies in Philology, vol. 20, 1923, p. 345-369 (Bibliothèque nationale de France, Gallica - mode image, format PDF)

    Moore, John B. "The Master of Whitman", Studies in Philology, vol. 23, 1926, p. 77-89 (Bibliothèque nationale de France, Gallica - mode image, format PDF)

    Études récentes

    Bibliographie des études publiées depuis 1975 (Walt Whitman Archive)

    Quelques études en langue anglaise (Walt Whitman Archive)
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations
    Données biographiques
    Nationalité
    États-Unis
    Naissance
    1819
    Déces
    1892
    Raccourcis
    The Walt Whitman Archive
    Une biographie substantielle (W. W. Archive)
    Les carnets de Whitman (American Memory, Bibliothèque du Congrès américain)
    Notices tirées de: Walt Whitman: An Encyclopedia (R. LeMaster et Donald D. Kummings (éd.), New York, Garland Publishing, 1998) - W.W. Archive

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.