• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition

    Silène noctiflore

    Définition








    Pour le texte qui suit, ©Imprimeur de la reine pour l'Ontario, reproduction pour usage non commercial autorisée.

    «Tiges et rhizomes : tiges florifères mesurant de 20 cm à 1 m (8-40 po) de hauteur, dressées, souvent très ramifiées dans le haut, mais toujours simples (A) au niveau du sol parce qu'elles sont issues d'une graine chaque année; les restants des cotylédons (feuilles embryonnaires) (a) souvent encore visibles; racine pivotante effilée à fines ramifications.

    Feuilles : feuilles opposées (2 par noeud), se rétrécissant aux deux bouts, les feuilles inférieures étant plus larges vers le sommet (A), les feuilles médianes et supérieures étant plus larges près de la tige (B); feuilles et rameaux supérieurs de la tige densément couverts de poils visqueux.

    Fleurs et fruits :
    fleurs voyantes, s'ouvrant habituellement dans la soirée et restant parfois ouvertes toute la journée suivante; sépales vert clair, soudés en un calice tubulaire (b) traversé par 5 nervures saillantes (c) se prolongeant jusqu'à l'extrémité de chacune des 5 dents effilées (d) et par 5 nervures moins saillantes (e) mais nettement ramifiées; pétales blancs, crème ou rosâtres, s'évasant vers l'extérieur en un cercle de 1 à 3 cm (2/5-1 1/4 po) de diamètre, chaque pétale profondément lobé (f); fleurs bisexuées, à 10 étamines et à 1 pistil bien que, rarement, quelques-unes puissent être unisexuées; pistil à 3 longs styles, se transformant en capsule ovoïde qui s'ouvre habituellement par 6 dents (g) et disperse de nombreuses petites graines (0,8-1 mm, 1/30-1/25 po), réniformes, rugueuses et orangé grisâtre. Floraison de juin à août.
    Habitat : le silène noctiflore affectionne les mêmes lieux que la lychnide blanche, mais elle est plus commune dans les champs cultivés et plus largement répandue dans le nord de l'Ontario.

    Espèces similaires :
    il se reconnaît à l'abondante pilosité poisseuse qui recouvre le calice, les feuilles et la partie supérieure des tiges, à son calice portant 10 nervures longitudinales nettement ramifiées qui deviennent bien visibles à mesure que la capsule se développe (c, e) et 5 longues dents effilées (d), à sa capsule s'ouvrant en général par 6 dents (g), et à sa croissance de type annuel ou annuel d'hiver. Apparence générale très semblable à celle de la lychnide blanche; plantules presque identiques (fig. 57 A), mais légèrement velues et poisseuses

    Essentiel

    Une autre mauvaise herbe! Comment le croire quand elle fleurit sous votre fenêtre, à l'ombre du grand pin, après le muguet, en compagnie de la valériane, de la julienne des dames et du vélar?

    Documentation

    Fiche d'identification
    Flore laurentienne
    Gouvernement du Québec
    Syngenta Canada
    Carte de répartition géographique sur les rives du St-Laurent
    Ensemble des silènes Linnean Herbarium
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.