• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Flux RSS:

    Impression du texte

    Richardson Samuel

    Écrivain anglais (1689-1761)

    «Pour comprendre l'admiration des contemporains, il faut se placer de leur point de vue. Pour eux, Richardson était l'inventeur de la tragédie bourgeoise, l'Eschyle de la vie ordinaire, le créateur d'un genre qui élevait à la hauteur des Atrides ou des Labdacides, la famille Andrews et la famille Harlowe, c'est-à-dire nous tous, ignobile vulgus, gens sans nom et sans histoire. Jusque-là, on n'avait fait que rire aux dépens de ces personnages inférieurs. Désormais, le premier venu pouvait être le héros d'une Orestie. On croyait avoir fait une grande découverte littéraire, et on avait raison. Trente ans plus tard, la Révolution française mettra cette tendance en action, et, sous cette influence, Gœthe écrira Hermann et Dorothée, qui fait monter encore d'un degré lés Andrews et les Harlowe, en les élevant de la tragédie à l'épopée.

    C'est donc avec respect qu'il faut traiter les fautes de Richardson puisque ces fautes ont fait école. Il a inventé ce roman où l'art consiste à négliger tous les préceptes de l'art, où l'accumulation de détails étrangers à l'action, où la répétition des mêmes scènes et des mêmes sentiments, produisent plus d'effet que la précision, le goût, la justesse et l'ordre n'en ont jamais produit. Ce je ne sais quoi qui tient lieu de tout, c'est la passion elle-même, qui vibre dans Paméla et surtout dans Clarisse. En reconnaissant son accent, en l'entendant parler pour la première fois, le monde eut comme un tressaillement. Un vieil imprimeur puritain venait, avant l'abbé. Prévost, avant Jean-Jacques, de lui révéler le véritable langage de l'amour.»

    AUGUSTIN FILON, Histoire de la littérature anglaise : depuis ses origines jusqu'à nos jours, Paris, Hachette, 1883, p. 378 et suiv. (Voir ce document)

    Biographie

    L'Homère de la vie privée
    «Ce ne fut que vingt ans [après la publication en 1719 des Aventures de Robinson Crusoé par de Foe] plus tard que le roman anglais osa s'avouer enfin lui-même comme une fiction destinée à plaire et à instruire. Richardson l'inaugura par trois ouvrages, dont le second est un chef-d'oeuvre, Paméla, Clarisse Harlowe et Grandisson. Jamais la physionomie d'une société ne s'était empreinte plus profondément dans les oeuvres de l'imagination. Richardson est l'Homère de la vie privée, le peintre délicat et minutieux des moeurs, des événements et des passions de la classe moyenne. Il reproduit admirablement l'esprit de puritanisme mitigé qui dominait alors en Angleterre. Ce n'est plus, sans doute, le fier et rude fanatisme des Pym et des Harrisson il n'en est resté qu'une nuance générale de pruderie grave , une teinte d'ascétisme domestique. On reconnaît cette bourgeoisie moitié commerçante, moitié dévote, qui a fermé, depuis cent cinquante années, la masse active et triomphante de la société anglaise.

    Cette couleur, en quelque sorte historique et locale, n'est qu'un mérite secondaire dans les romans de Richardson: sa véritable gloire, ce qui assure la durée de ses œuvres, c'est la conformité de ses créations aux traits immortels de la nature morale. Comme Shakspeare, quoique avec moins de largeur, il sait se transformer dans les personnages qu'il invente: il vit avec eux et en eux, et nous contraint à partager son illusion. Il est vrai que ce n'est pas comme ce grand poète, par des traits rapides et impérieux qu'il subjugue notre imagination; il l'enlace peu à peu par mille nœuds inaperçus, mais indissolubles, dans tous les fils de sa longue trame. Paméla, Clarisse, Clémentine, Henriette Byron, deviennent pour nous des connaissances intimes, des amis. Puis quand l'écrivain s'est rendu maître de notre âme, avec quelle puissance il l'agite, la tour monte et quelquefois la déchire! Le talent de Richardson dans ses scènes les plus tragiques, dit Walter Scott, n'a jamais été et probablement ne sera jamais surpassé.
    [...]
    [Richardson] n'est pas un peintre d'histoire dessinant à grands traits d'héroïques figures: c'est un portraitiste exact et fin qui poursuit dans tous leurs détails de mobiles physionomies, qui les fait poser sous tous les jours et sous toutes les attitudes, qui analyse et exprime fidèlement les nuances les plus légères. [...] Son récit est une description faite à la loupe, où tout est vrai, mais long.»

    JACQUES DEMOGEOT, Histoire des littératures étrangères : considérées dans leurs rapports avec le développement de la littérature française. II, Littératures septentrionales : Angleterre, Allemagne, Paris, Hachette, 1880, p. 132 et suiv. (Voir ce document)

    * * *

    Chateaubriand sur Richardson
    «Les romans, toujours à la fin du dernier siècle, avaient été compris dans la proscription générale. Richardson dormait oublié : ses compatriotes trouvaient dans son style des traces de la société inférieure, au sein de laquelle il avait vécu. Fielding se soutenait bien ; Sterne, entrepreneur d'originalité, était passé. On lisait encore Le Vicaire de Wakefield.

    Si Richardson n'a pas de style (ce dont nous ne sommes pas juges, nous autres étrangers), il ne vivra pas, parce qu'on ne vit que par le style. En vain on se révolte contre cette vérité : l'ouvrage le mieux composé, orné de portraits d'une bonne ressemblance, rempli de mille autres perfections, est mort-né si le style manque. Le style, et il y en a de mille sortes, ne s'apprend pas ; c'est le don du ciel, c'est le talent. Mais si Richardson n'a été abandonné que pour certaines locutions bourgeoises, insupportables à une société élégante, il pourra renaître ; la révolution qui s'opère en abaissant l'aristocratie et en élevant les classes moyennes rendra moins sensibles ou fera disparaître les traces des habitudes de ménage et d'un langage inférieur.
    [...]
    «Vivent les romans en lettres et sans lettres, où les sentiments ne se détruisent que par la violence, où ils ne cèdent jamais à ce travail caché au fond de la nature humaine; fièvre lente du temps qui produit le dégoût et la lassitude, qui dissipe toute illusion et tout enchantement, qui mine nos passions, fane nos amours et change nos coeurs comme elle change nos cheveux et nos années.

    Cependant, il est une exception à cette infirmité des choses humaines : il arrive quelquefois que, dans une âme forte, un amour dure assez pour se transformer en amitié passionnée, pour devenir un devoir, pour prendre les qualités de la vertu ; alors il perd sa défaillance de nature et vit de ses principes immortels. Richardson a merveilleusement représenté une passion de cette sorte dans le caractère de Clémentine.»

    CHATEAUBRIAND, Essai sur la littérature angloise, Paris, Garnier, 1861, reproduit par Academia - Gallica/BNF

    Oeuvres

    Romans
    Pamela, or, Virtue Rewarded, 1742

    Clarisse; or the History of a Young Lady, 1751
    En français: Lettres angloises ou Histoire de Miss Clarisse Harlowe, 1755, traduit par l'abbé Prévost, 5 tomes (sur Gallica/BNF). Voir également cette édition récente (éd. Desjonquières, commentée sur Lire.fr)

    The History of Sir Charles Grandisson, 1753-54
    En français: Nouvelles lettres angloises ou Histoire du chevalier Grundisson, 1755, traduit par l'abbé Prévost (sur Gallica/BNF).

    Documentation

    L'influence de Richardson sur Rousseau et les écrivains français
    Joseph Texte, Jean-Jacques Rousseau et les origines du cosmopolitisme littéraire: étude sur les relations littéraires de la France et de l'Angleterre au XVIIIe siècle, Paris, Hachette, 1895. Sur Gallica/BNF

    Publications récentes
    Le roman au XVIIIe siècle en Europe, par Alain Montandon, Presses Universitaires de France, 1999.
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations
    Données biographiques
    Nationalité
    Angleterre
    Naissance
    1689, Londres
    Déces
    1761
    Documents Associés
    Augustin Filon
    Roman, littérature anglaise
    Jacques Demogeot
    Roman, littérature anglaise, Samuel Richardson, Daniel de Foe, Jean-Jacques Rousseau, puritanisme, sentimentalisme
    Raccourcis

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.