• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    Impression du texte

    Robot

    «Et ceci est vraiment votre corps.»

    Définition

    En 1965, dans le cadre des Rencontres internationales de Genève, eut lieu un colloque mémorable intitulé Le robot, la bête et l'homme. Entre autres, Jacques Monod, Ernest Ansermet, Vercors, Roger Caillois, le R.P. Henri Niel figuraient parmi les conférenciers. La variété, la qualité et la pertinence des positions adoptées nous autorisent à considérer ce colloque comme l'événement intellectuel fondateur de l'ère du numérique.

    On trouvera des extraits des conférences dans des documents associés au présent dossier.

    En 1965, Jacques Monod ne doutait de rien. Son scientisme atteignait peut-être un sommet inégalé depuis. La science, et en l'occurrence la biologie moléculaire, allait tout expliquer: «Au sein de cette conception mécanistique moléculaire de l’être vivant, quelle est la place de l’homme ? A-t-il une place particulière ? Du point de vue de la biologie moléculaire, l’homme ne pose aucun problème particulier. Considéré objectivement par cette science, il est en principe totalement intelligible.»

    Ni Descartes, ni La Mettrie, auteur de L'homme machine, ne pouvaient rêver d'un héritier intellectuel aussi fidèle. De nombreux savants contemporains ont la même conception de l'homme. À la Rencontre de Genève, c'est le chef d'orchestre Ernest Ansermet qui a répliqué de la façon la plus claire et la plus énergique à Jacques Monod. «Sartre nous dit que Dieu est mort ; or le seul Dieu qui peut mourir n’est pas celui qui est au ciel, mais celui qui s’annonce au cœur de l’homme et dont la voix se confond avec nos aspirations éthiques, nos aspirations au Vrai, au Beau et au Bien. Autrement dit, ce qui est mort en réalité, chez beaucoup d’hommes d’aujourd’hui, c’est cette voix intérieure de l’homme qui est celle de l’éthique.»

     C'est la vie intérieure qu'évoque ici Ansermet. Il faut en être habité pour la découvrir chez l'autre. Elle demeure la source de la principale opposition au réductionnisme de Jacques Monod. La position du Père Henri Niel est proche de celle d'Ansermet: «A la différence de l’animal qui trouve le repos dans une existence purement naturelle, l’homme ne peut vivre son existence d’être sensible et animé que dans un rapport conscient et libre à Dieu. En d’autres termes l’homme n’existe pas d’une existence purement naturelle, il existe aussi devant Dieu. La grande faute d’Adam est d’oublier qu’il a son centre en dehors de lui, de refuser ce rapport à Dieu, de vouloir s’accomplir comme animal divin. A la suite de ce drame le monde perd sa transparence première, Dieu se retire en quelque sorte de lui, et l’homme tombe sous la loi d’une nature qu’il a préférée à Dieu. [...]»

    Et après être ainsi tombé sous la loi de la nature, l'homme tend à se conformer à ce que les sciences de la nature peuvent dire de lui, par là même, il donne raison à Jacques Monod.

     Roger Caillois adopte une position que l'on peut qualifier d'intermédiaire. C'est le jeu, commun à l'homme et à l'animal qui retient son attention plutôt que le déterminisme biologique de Monod ou le théocentrisme de Niel et d'Ansermet. Et dans la mesure même où il est sensible à la similitude de l'homme et de l'animal, il ne peut concevoir que l'être humain ait quelque raison de s'inquiéter de l'effet négatif que les machines pourraient avoir sur  lui. «Tout est dans l’homme. La machine n’est et ne sera jamais que de la ferraille, une matière manufacturée où passe un courant avec de misérables grésillements. Le miracle est que l’homme ait su imaginer et exécuter un engin qui lui mâchait la besogne et lui épargnait un travail mental pénible, lent et fastidieux. Je ne comprends pas cette espèce de terreur, de nature assurément mythologique, que notre temps semble ressentir à l’égard des machines et de leurs perfectionnements. Elles ne sont rien que du verre et du métal, que fait frémir une énergie domestiquée. Elles ne peuvent rendre que les services très précis que chaque fois l’homme leur demande dans un langage approprié : leur nature, qui est bien dans l’affaire ce qui lui a coûté le plus d’efforts et de génie. Le reste, la part de la machine... est machinale, justement. Je m’en persuade : le vrai problème est de se demander d’où vient en l’homme son effroi des machines, esclaves construites par lui sur ses calculs et pour son service ?»

     Stanislaw Ulam, mathématicien américain d'origine polonaise, dissipe la même terreur en précisant que l'homme, à supposer qu'il soit une machine, ne se connaîtra jamais assez bien lui-même pour fabriquer une machine qui puisse atteindre son niveau et le dépasser. «Pour en venir à une conclusion plus générale, peut-être, l’homme ne se connaîtra jamais complètement, il ne fera jamais une machine comme lui-même ou supérieure à lui-même. C’est peut-être la raison qui permet d’écarter la crainte d’être supplanté ou même supprimé par la machine. »

    La crainte de Vercors est d'une autre nature. La salut de l'homme dit-il se trouve dans la Connaissance, c'est-à-dire dans l'intégration de toutes les connaissances acquises par l'humanité, tant sur le plan métaphysique que sur le plan pratique. Mais une telle Connaissance n'est-elle pas une utopie?  «Le danger réside actuellement dans les difficultés considérables que rencontrent les chercheurs dans leurs domaines respectifs, difficultés qui les enferment chacun dans leur île, au point qu’ils en perdent peu à peu un langage commun, qu’ils ne peuvent presque plus se comprendre d’une île à l’autre, serait-ce dans le seul archipel des hautes mathématiques. Si cela devait continuer, les sciences et notre vie pourraient bien ressembler un jour au travail millénaire et vain des fourmilières tournant à vide, au sein desquelles rien de nouveau ne peut plus apparaître depuis l’époque précambrienne.»

    Il faudrait alors, conclut Vercors, se tourner vers l'art, dont il ne semble pas douter qu'il demeure possible sous ses formes les plus élevées, même quand l'imaginaire humain a été colonisé par la machine. «L’art est notre assurance contre une pareille menace. Tant qu’il restera des artistes, des peintres, des musiciens, des poètes passionnés par le besoin de créer, et des millions de gens pour s’émouvoir de leurs créations, ce sera le témoignage que l’espèce humaine n’abandonne pas la passion de connaître et de communier, qu’elle ne succombe pas au péril de s’abandonner à d’illusoires victoires techniques, à un confort endormeur sans espoir et sans but. Tant que de la beauté sera multipliée et que ses harmonies viendront rappeler à l’esprit humain l’existence de vérités profondes que les sciences sont chargées d’intégrer dans une vérité totale, les arts demeureront, pour une science qui s’assoupirait sur des lauriers trompeurs, une sorte de sonnette d’alarme. Qu’on nous permette de terminer cet exposé sur cet hommage rendu à l’activité humaine qui, dans l’hiver nocturne de l’ignorance où nous vivons encore, s’est montrée, depuis les premiers âges, l’annonciatrice que le printemps était possible.»

     

     

     

    Enjeux

    Pur délire que cette peur récurrente d'une extermination des hommes par les robots? Karim MIské, n'est pas de cet avis.  Nous vous invitons à lire les autres articles de son blog.

    «Dans mon disque dur, je stocke des idées pour des films documentaires qui ne se feront jamais. Il y a deux ans, j’avais créé un dossier intitulé « les robots vont tous nous tuer », suite à la lecture d’un article du Faster Times qui racontait, pour faire court, que l’armée américaine commençait à fabriquer des robots autonomes sur le champ de bataille, armés de tronçonneuses et capables de se nourrir de cadavres de combattants humains. Ce qui nous dessinait un avenir entre Matrix et Terminator. Voici quelques jours, cette idée des robots tueurs a refait surface via un article du Monde qui nous apprend que l’armée française aussi va s’y mettre. Avec un questionnement éthique à la clé : est-il possible de laisser des robots décider seuls de tirer sur le champ de bataille ? Pour expliciter ce dilemme, la journaliste écrit ceci qui nous fait instantanément basculer dans le monde de demain :

    « Seraient balayées les lois de l’écrivain Isaac Asimov exigeant qu’un robot ne puisse porter atteinte à un être humain et doive obéir aux ordres qu’il lui donne. » — Nathalie Guibert, journaliste



    Première Loi
    Un robot ne peut blesser un être humain ni, par son inaction, permettre qu'un humain soit blessé.

    Deuxième Loi
    Un robot doit obéir aux ordres donnés par les êtres humains, sauf si de tels ordres sont en contradiction avec la Première Loi.

    Troisième Loi

    Un robot doit protéger sa propre existence aussi longtemps qu'une telle protection n'est pas en contradiction avec la Première et/ou la Deuxième Loi.



    Certes, les trois lois de la robotique d’Isaac Asimov sont une des références les plus connues de la science-fiction, mais elles n’ont jamais été appliquées ailleurs que dans l’oeuvre du célèbre écrivain américain. Les voir ainsi évoquer dans les pages « Société » du quotidien français de référence m’a fait un effet étrange. Ça y était : nous vivions bel et bien dans le futur. Nous l’avions rejoint ce monde que décrivaient si précisément les auteurs de SF des années 50 à 70, ces documentaristes de leur avenir, donc de notre présent. Et bien sûr, elles seront enfreintes ces lois. Cela nous le savons au moins autant par notre expérience que grâce à la science-fiction : le questionnement éthique est le plus souvent rendu obsolète par l’avancée technologique. C’est techniquement possible, donc ce sera fait, quoi qu’en disent les officiers qui gèrent le dossier et ont adopté pour ces machines tueuses le joli euphémisme de « robots effecteurs ».

    En lisant cet article, je tentais de m’imaginer face à un robot-tueur, un soir au retour du boulot, après une petite halte au City Market du coin de la rue, avec dans mon sac en papier brun recyclable à trois centimes un paquet de farfalle, une bouteille d’huile d’olive et une autre de Chinon. L’irruption de l’horreur pure dans mon univers bien protégé. Cela avait quelque chose d’encore plus vertigineux que de s’imaginer face à un humain-tueur. L’idée que la parole n’y ferait rien. Mon destin était scellé. La machine ne pensait pas. Elle n’était là que pour effectuer une tâche. En l’occurrence : m’éliminer.

    Une machine sans états d’âme, pulsion de mort en action. Une machine intégrant le meilleur des connaissances accumulées depuis des millénaires par la succession des civilisations. La réponse ultime, peut-être, à toutes les questions que se pose l’humanité depuis qu’elle a commencé à se demander pourquoi elle existait.»

    Essentiel

     

    Synthèse

     

    Documentation

    Trois articles dans le numéro de mai 1998 du magazine Québec Science: L'IA partout. L'intelligence artificielle, c'est déjà plus que du bonbon, par Félix Légaré; Plus intelligents que jamais. Robots Sapiens, ils sortent de leur préhistoire, par Félix Légaré; Le mythe fondateur du XXe siècle. Entrevue avec Daniel Canty.

    Robomania au Japon, par Frédérique Amaoua (Libération, 12 novembre 1999)

    Documents sonores:
    Des robots et des hommes (émission «Les Années lumière», Radio-Canada)
    1. Des robots pour dominer. Reportage de Dominique Lapointe; invités: Bernard Espiau, dir. recherche, Institut national de recherche en informatique et en automatique, Grenoble, Clément Gosselin, dir., Laboratoire de robotique, Université Laval (4 février 2001).

    2. Les robots dans l'industrie. (Débute à 19 min. 25 sec) Reportage de Dominique Lapointe; invités: Clément Gosselin, directeur du Laboratoire de robotique de l'Université Laval. Michel Blouin, directeur des ventes chez Faunuc Robotique du Canada. Denis Poussart, directeur du Laboratoire de vision et systèmes numériques de l'Université Laval (11 février 2001).

    3. Des robots pour soigner. de Dominique Lapointe; invités: Christian Mazel, chef du département de chirurgie orthopédique et traumatologique de l'Institut mutualiste Montsouris à Paris. Jacques de Guise, directeur du Laboratoire de recherche en imagerie et orthopédie du Centre hospitalier de l'Université de Montréal (CHUM) (18 février 2001)

    4. Des robots pour servir. Reportage de Dominique Lapointe; invités: Raja Chaline, directeur du Laboratoire de robotique et d'intelligence artificielle au CNRS à Toulouse en France. Martial Hébert, chercheur à l'Institut de robotique de l'Université Carnegie Mellon de Pittsburg (25 février 2001)

    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations
    Linguistique
    Allemand
    Roboter
    Anglais
    Robot
    Espagnol
    Robusteza
    Documents Associés
    Pierre-Jean Dessertine
    armée, bien et mal, dilemme moral, Fantasme démiurgique, humain, morale, obligation, responsabilité, réaction, technoscience, vivant,
    Ernest Ansermet
    Dieu, Sartre, Art, Illumination intérieure, Phénoménologie
    Vercors
    Vercor, Animaux dénaturés (Les), Spécialisation, Culture générale, Art
    Jacques Dufresne
    Âme, Émotions, Sentiments, Robots, Ève
    Henri Niel
    Homme, Création, Genèse, Destin, Dieu
    Julian de Ajuriaguerra
    Roger Caillois
    Machine, Machine à calculer, Calcul, Mythologie
    Jacques Monod
    Idée, Homme, Conception mécanistique, Être vivant,
    Henri Niel
    Homme, Création, Genèse, Destin, Dieu
    Julian de Ajuriaguerra
    Raccourcis

    Référence


    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.