Dernières modifications

    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Fluxs RSS:

    Impression du texte

    Raquette

    Définition

    Extrait d'un récit de voyage du 19e siècle: "La raquette est un cadre de bois d’un pied et demi de large au milieu sur quatre ou cinq de long, épointé aux deux bouts, surtout à l’arrière, tandis que l’avant est relevé en volute, et garni à l’intérieur d’un réseau de lanières en peau de caribou que vous vous attachez aux pieds pour marcher sur la neige. Ces cadres à treillis vous empêchent d’enfoncer, surtout si la croûte de la neige a quelque consistance, et vous permettent de cheminer là où vous ne pourriez faire un pas sans leur concours.

    Un sauvage* s’en sert avec autant de facilité qu’un blanc de ses souliers; et même, comme il est nécessaire en marchant de jeter le bout de l’une presque en avant de l’autre, les raquettes le forcent à aller beaucoup plus vite qu’il ne ferait sur la terre nue. La plupart, surtout en courant, font avec elles des pas ou sauts d’une longueur prodigieuse. Mais si vous désirez apprendre par expérience ce qu’on appelle fatigue, je vous conseillerai de chausser pour la première fois une paire de grandes raquettes. Si, au bout de quatre ou cinq milles de marche sur la neige molle et non battue, vous ne demandez pas grâce, et si le lendemain vous ne vous sentez pas les reins brisés, alors je vous déclarerai un phénomène.

    J’ai fait certaines courses à pieds en de si pénibles circonstances, que, après deux jours de marche, j’étais obligé de me jeter par terre tous les quatre ou cinq cents pas; j’ai souffert de la faim autant qu’un Indien à jeun depuis trois ou quatre jours; j’ai été couvert de la tête aux pieds de ces cruels petits bourreaux qu’on appelle maringouins; mais je n’hésite pas à déclarer que toutes ces misères ne penvent se comparer à la fatigue résultant d’une première course à la raquette sur la neige molle et sans chemin frayé. La largeur extraordinaire de votre chaussure vous oblige à écarter démesurément les jambes, et les grands pas qu’il vous faut faire pour ne pas trébucher en posant une raquette sur l’autre ont pour résultat inévitable de vous briser les reins. En outre, si vous avez une longue course à fournir, le gros orteil, auquel revient presque uniquement la tâche de traîner la machine, finira presque toujours par vous refuser ses services."

    * Ce terme, employé pour désigner les Amérindiens, était courant à l'époque.

    source: Adrien Gabriel Morice, Chez les sauvages de la Colombie Britannique: récits d'un missionnaire, Lyon; Paris, Delhomme et Briguet, 1897, p. 80-82
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01


    Dons reçus (2019-2020):6100$
    Objectif: 25 000$


    Nous vous remercions de votre générosité. Pour la campagne 2019-2020, notre objectif s'élève à 25 000$.

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.




    TEST C