• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Flux RSS:

    Walsh Raoul

    Introduction à l’œuvre de l’auteur

     

     

                Bien qu’il ait coutume de s’en défendre, par lâcheté, par orgueil ou par simple conformisme, l’Homme n’apprécie guère sa condition. Si sa propre image le faisait tomber en pâmoison, jamais il n’éprouverait le besoin irrépressible de s’identifier à des personnages qui le surpassent en tout et dont la grandeur, inaccessible repère, trahit son ineffable petitesse : les héros. Ces êtres fantastiques peuplent ses romans, ses pièces de théâtre, ses films, ses émissions de télévision et même, ses livres d’Histoire. Il rêve de les suivre sur les chemins rectilignes et ascendants de la magnificence. Parfois, il les crée dans la forge de son imaginaire incandescent. Toujours, il les admire du plus profond de son âme. Il en retire la conviction, rassurante et gratifiante, d’appartenir à leur illustre famille et de les connaître comme des frères de cœur. Cette proximité fictive le console discrètement de sa désespérante médiocrité.

     

                Le génie de Raoul Walsh est d’avoir montré qu’en ce domaine comme en beaucoup d’autres, nous faisions fausse route. Le Héros, explique-t-il dans sa fabuleuse filmographie, est certes pétri de force et de courage. Il sert avec abnégation de grands idéaux. Cependant, ce demi-dieu est également un demi homme. Il souffre des maux du commun des mortels. Pire, il est otage d’une condition qui le condamne, in fine, au déclin et à l’effacement.

     

    Lire la suite de l'article...

     

     

    Biographie

    Débuts

     

                Raoul Walsh est le fils d’une Mexicaine et d’un Irlandais qui faisait profession de dessiner des vêtements. Après une jeunesse aventureuse, ce passionné de Théâtre commence une carrière d’acteur. C’est ainsi qu’il est amené à interpréter le rôle de John Wilkes Booth, l’assassin du Président Abraham Lincoln, dans le mythique Naissance d’une Nation (The Birth of a Nation). Cette collaboration avec David Wark Griffith, figure tutélaire de Hollywood, est un élément essentiel de son destin. L’illustre metteur en scène le charge en effet d’aller filmer Pancho Villa et ses guérilleros. De ce voyage en terre révolutionnaire, il ramène un long-métrage intitulé The Life of General Villa (1914). Sa carrière de cinéaste est lancée.

     

     

    Particularités

     

                Doté d’une vitalité exceptionnelle, Raoul Walsh fut un authentique aventurier. Il vécut mille vies en l’espace d’une seule. Non content d’avoir travaillé sous la direction de David Wark Griffith et d’avoir côtoyé Pancho Villa, il fut ainsi un boxeur émérite, un noceur digne de Gargantua et un séducteur à la mesure de Casanova. Il fut également un commis voyageur de William Randolph Hearst, le magnat dont Orson Welles se serait inspiré pour créer son légendaire Citizen Kane. Pour finir, ce conteur de génie qui envisagea d’assassiner Hitler pendant un séjour en Allemagne réalisa plusieurs dizaines de films. Bon nombre d’entre eux sont restés dans les annales du Septième Art (Gentleman Jim, Objective Burma, Silver River, White Heat, The Tall Men, Band of Angels...). Ils donnèrent à Errol Flynn, à James Cagney et à Clark Gable quelques-uns de leurs rôles les plus marquants. Notons que Walsh perdit un œil lors du tournage d’In Old Arizona, en 1929. Il arbora un bandeau noir jusqu’à la fin de ses jours, afin de masquer les stigmates de cet accident. Notons également qu’il fut un membre fondateur de l’Academy of Motion Picture Arts and Sciences (AMPAS) et qu’en 1930, il donna à John Wayne son premier grand rôle au Cinéma (La piste des géants (The Big Trail)). Il relata son incroyable itinéraire dans des mémoires intitulés Each Man in His Time (1974).

    Oeuvres

    Filmographie

    - Réalisateur


    • 1914 : The Life of General Villa
    • 1914 : The Bowery
    • 1914 : The Double Knot
    • 1914 : The Mystery of the Hindu Image
    • 1914 : Who Shot Bud Walton ?
    • 1915 : Siren of Hell
    • 1915 : A Man for A’ That
    • 1915 : The Lone Cowboy
    • 1915 : Home from the Sea
    • 1915 : The Buried Hand
    • 1915 : The Death Dice
    • 1915 : The Fatal Black Bean
    • 1915 : His Return
    • 1915 : The Greaser
    • 1915 : The Fencing Master
    • 1915 : 11 :30 P. M.
    • 1915 : The Celestial Code
    • 1915 : A Bad Man and Others
    • 1915 : Regeneration
    • 1915 : Carmen
    • 1916 : The Serpent
    • 1916 : Blue Blood and Red
    • 1916 : Pillars of Society
    • 1917 : This Is the Life
    • 1917 : The Honor System
    • 1917 : The Silent Lie
    • 1917 : The Innocent Sinner
    • 1917 : Betrayed
    • 1917 : The Conqueror
    • 1917 : The Pride of New York
    • 1918 : The Woman and the Law
    • 1918 : On the Jump
    • 1918 : The Prussian Cur
    • 1918 : Every Mother’s Son
    • 1918 : I’ll Say So
    • 1919 : Should a Husband Forgive?
    • 1919 : Evangeline
    • 1920 : The Strongest
    • 1920 : The Deep Purple
    • 1920 : From Now On
    • 1921 : The Oath
    • 1921 : Serenade
    • 1922 : Kindred of the Dust
    • 1923 : Lost and Found on a South Sea Island
    • 1924 : Le voleur de Bagdad (The Thief of Baghdad)
    • 1925 : East of Suez
    • 1925 : The Sapniard
    • 1925 : Le Fils prodigue (The Wanderer)
    • 1926 : The Lucky Lady
    • 1926 : The Lady of the Harem
    • 1926 : What Price Glory
    • 1927 : The Monkey Talks
    • 1927 : The Loves of Carmen
    • 1928 : Faiblesse humaine (Sadie Thompson)
    • 1928 : The Red Dancer
    • 1928 : Me, Gangster
    • 1929 : Têtes brûlées (The Cock-Eyed World)
    • 1929 : Hot for Paris
    • 1930 : La piste des géants (The Big Trail)
    • 1931 : Hors du gouffre (The Man Who Came Back)
    • 1931 : Women of All Nations
    • 1931 : Le passeport jaune (The Yellow Ticket)
    • 1932 : Wild Girl
    • 1932 : Me and My Gal
    • 1933 : Sailor’s Luck
    • 1933 : Hello, Sister
    • 1933 : Les faubourgs de New York (The Bowery)
    • 1933 : Going Hollywood
    • 1935 : Under Pressure
    • 1935 : Baby Face Harrington
    • 1935 : Every Night at Eight
    • 1936 : Annie du Klondike (Klondike Annie)
    • 1936 : Empreintes digitales (Big Brown Eyes)
    • 1936 : Spendthrift
    • 1937 : Au service de Sa Majesté (O.H.M.S.) / You’re in the Army Now
    • 1937 : Les deux aventuriers (Jump for Glory)
    • 1937 : Artists and Models
    • 1937 : La femme en cage (Hitting a New High)
    • 1938 : College Swing
    • 1939 : St. Louis Blues
    • 1939 : Les fantastiques années 20 (The Roaring Twenties)
    • 1940 : L'escadron noir (Dark Command)
    • 1940 : Une femme dangereuse (They Drive by Night)
    • 1941 : La grande évasion (High Sierra)
    • 1941 : The Strawberry Blonde
    • 1941 : L'entraîneuse fatale (Manpower)
    • 1941 : La charge fantastique (They Died with Their Boots On)
    • 1942 : Sabotage à Berlin (Desperate Journey)
    • 1942 : Gentleman Jim
    • 1943 : Convoi vers la Russie (Action in the North Atlantic)
    • 1943 : Intrigues en Orient (Background to Danger)
    • 1943 : Du sang sur la neige (Northern Pursuit)
    • 1944 : Saboteur sans gloire (Uncertain Glory)
    • 1945 : Aventures en Birmanie (Objective, Burma!)
    • 1945 : The Horn Blows at Midnight
    • 1945 : Sa dernière course (Salty O'Rourke)
    • 1945 : San Antonio
    • 1947 : The Man I Love
    • 1947 : La vallée de la peur (Pursued)
    • 1947 : Stallion Road
    • 1947 : Cheyenne
    • 1948 : La rivière d'argent (Silver River)
    • 1948 : Fighter Squadron
    • 1948 : One Sunday Afternoon
    • 1949 : La fille du désert (Colorado Territory)
    • 1949 : L'Enfer est à lui (White Heat)
    • 1951 : Capitaine sans peur (Captain Horatio Hornblower R.N.)
    • 1951 : Une corde pour te pendre (Along the Great Divide)
    • 1951 : Les aventures du Capitaine Wyatt (Distant Drums)
    • 1952 : La ruelle du péché (Glory Alley)
    • 1952 : Le monde lui appartient (The World in His Arms)
    • 1952 : Barbe-Noire, le pirate (Blackbeard, the Pirate)
    • 1953 : Victime du destin (The Lawless Breed)
    • 1953 : La belle espionne (Sea Devils)
    • 1953 : L’homme à abattre (A Lion Is in the Streets)
    • 1953 : Bataille sans merci (Gun Fury)
    • 1954 : La brigade héroïque (Saskatchewan)
    • 1955 : Le cri de la victoire (Battle Cry)
    • 1955 : Les implacables (The Tall Men)
    • 1956 : Bungalow pour femmes (The Revolt of Mamie Stover)
    • 1956 : Le Roi et quatre reines (The King and Four Queens)
    • 1957 : L'esclave libre (Band of Angels)
    • 1958 : La Blonde et le Shérif (The Sheriff of Fractured Jaw)
    • 1958 : Les nus et les morts (The Naked and the Dead)
    • 1959 : Les déchaînés (A Private's Affair)
    • 1960 : Esther et le Roi (Esther and the King)
    • 1961 : Marines, Let’s Go
    • 1964 : La charge de la huitième brigade (A Distant Trumpet)

    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading

    Référence


    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.