Leduc Ozias

1864-1955

 «L’art enseigne, renseigne. Il révèle l’âme. Nul doute qu’il a le pouvoir d’ordonner en un cosmos le chaos de l’inconscient. D’un désordre, d’une souffrance et d’un déséquilibre, il conduit à la stabilité, à l’harmonie et à la joie. »
(Ozias Leduc, tiré d’une lettre à Paul-Émile Borduas, 1943)

 

Jugement de Jean-Éthier Blais sur Ozias Leduc

 «Cette grande ombre qui domine la vie du village de Saint-Hilaire, est celle d'Ozias Leduc, personnage central et inconnu de la vie intellectuelle et spirituelle du Canada-français. C'est le type même du mage, du penseur, du poète. Peintre religieux, Ozias Leduc a redonné à ce genre la valeur qu'il avait perdue au Québec à la suite de l'invasion, à la fin du XIXe siècle, des monstres italiens édulcorés que l'on retrouve partout dans nos églises. La peinture de Leduc est environnée de mystère. Borduas dira de lui:« ...j'ai été séduit par sa simplicité, par son extrême retenue et davantage encore peut-être, par la vivacité comme anguille sous roche de son esprit ». Peintre à la recherche de la poésie, Ozias Leduc ne sacrifie pas au goût du jour, qui est mauvais; dans ses églises, celle de Saint-Hilaire comme dans la cathédrale de Sherbrooke, il cherche à exprimer ce qui est en lui, avec cette simplicité qui le caractérisa toujours. Son oeuvre, écrira Borduas, est faite d'amour et de rêve. Ses paysages sont parfois léonardesques, qui reproduisent la nature canadienne de nos froids hivers, en mouvement, chutes de glace verdâtre, sapins bleus qui se
penchent, mélancoliques, au bord du gouffre, et un ciel immatériel qui passe dans le lointain 8. Borduas lui aussi, à la fin de sa vie, s'attachera à trouver le secret métaphysique du paysage canadien et la transcendance évanescente des dernières toiles d'Ozias Leduc a comme pendant logique, comme inéluctable suite, l'aridité des grands espaces blancs, parsemés de taches sombres, où se retrouve le Borduas dernière manière. Borduas pourra écrire, en 1953 : '' ... étrange pour quelques-uns d'entendre que je suis resté fidèle à l'essentiel de ces premières impressions. J'en suis convaincu, toutes les admirations picturales subséquentes ont dû s'accorder avec elles''.»1

1-Jean Éthier-Blais, Études françaises, vol. 4, n° 4, 1968, p. 369-382.

Articles





Articles récents

  •  

    Les mots ont une vie eux aussi

    Pierre Biron
    Les mots naissent, évoluent dans leur structure, se répandent, accouchent d’un autre sens, livrent vérités ou m

  •  

    Lovelock James

    Jacques Dufresne
    James Lovelock est né le 26 juilllet 1919; il est mort le 26 juillet 2022. Gaia a mauvaise presse en cet automne 2022 en raison de la conceptio

  •  

    Culture médicale: un ABC

    Jacques Dufresne
    La culture médicale est la première condition de l'autonomie des personnes face à un marché de la santé o&ugrav

  •  

    Gustave Thibon, un Nietzsche chrétien

    Jacques Dufresne
    On a comparé Gustave Thibon à Pascal et Gabriel Marcel a reconnu en lui un Nietzsche chrétien, mais il eut encore plus d’af

  •  

    Pause ton écran

    Jacques Dufresne
    À propos du site Pause ton écran, consacré à des mises en garde contre la dépendance aux écrans et de Cather

  •  

    Ottawa n'est pas Rome

    Marc Chevrier
    Pourquoi le français n’est-il pas au Canada ce que le grec fut à Rome? Une version espagnole suit.

  •  

    L'inflation généralisée

    Jacques Dufresne
    L’inflation, un mal multiforme et universel ? Le premier sens que le CNRTL donne au mot est  médical : enflure, inflammation. L

  •  

    Pâques et les calendriers

    Jacques Dufresne
    Notre attention a besoin d’être tirée chaque jour vers le haut, et vers le zénith lors de grandes fêtes comme Pâ