• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Flux RSS:

    Impression du texte

    Ostéoporose

    Définition

    "L’ostéoporose est une maladie caractérisée par la raréfaction de la masse osseuse et la détérioration de la micro-architecture du tissu osseux, qui entraînent une fragilité osseuse accrue et, par conséquent, une augmentation du risque de fracture . Des examens non effractifs peuvent révéler cliniquement une masse osseuse insuffisante (ostéopénie), mais l’ostéoporose demeure asymptomatique jusqu’à ce que survienne une fracture, le plus souvent des vertèbres, du poignet ou de la hanche. Quel que soit l’âge, le risque de fracture dépend de la solidité de l’os, de l’importance du traumatisme, ou des deux. La solidité de l’os, qui dépend à son tour de la qualité et de la quantité de tissu osseux, est réduite chez les sujets atteints d’ostéoporose; le moindre traumatisme suffit alors à provoquer une fracture.

    La solidité de l’os est proportionnelle à la masse osseuse ou à la densité minérale osseuse (DMO). Durant toute la vie, la DMO est la résultante de la masse osseuse maximale constituée durant la croissance et la première partie de l’âge adulte, et de la perte osseuse due au vieillissement, à la ménopause, à la maladie ou à l’usage de médicaments. Les résultats de plusieurs études récentes suggèrent que la DMO maximale est atteinte au début de la vingtaine et qu’elle dépend du sexe, de la race, de facteurs héréditaires et, éventuellement, de l’activité physique et de l’état nutritionnel de l’enfant et du jeune adulte.

    L’os est un tissu dynamique en remodelage continu. La résorption et la formation osseuses sont étroitement reliées de façon que la masse osseuse demeure constante. Avec l’âge, l’équilibre entre ces deux processus se désagrège, entraînant une perte nette de tissu osseux.

    L’os se compose de deux types de structures: l’os trabéculaire et l’os cortical, ou os compact. L’os trabéculaire est formé de tiges ou travées de soutien et occupe l’intérieur des vertèbres, du bassin, des os plats et des extrémités des os longs. Il constitue 20 % du squelette, mais il présente une grande surface de contact et est sensible aux variations métaboliques. L’os cortical ou compact, qui compose 80 % du squelette, recouvre tous les os; c’est le principal constituant de la diaphyse des os longs. La perte osseuse associée au vieillissement entraîne une réduction de 35 % de la masse osseuse corticale et de 50 % de la masse osseuse trabéculaire chez la femme, et de 25 % et de 35 %, respectivement, chez l’homme.

    Il existerait deux formes d’ostéoporose primitive associée au vieillissement. L’ostéoporose de type I, dite postménopausique, survient chez la femme dans les 15 à 20 ans qui suivent sa ménopause. Avec la réduction de la concentration d’oestrogènes en circulation, on observe une perte rapide de la masse osseuse qui résulte de l’accentuation et du déséquilibre du remodelage osseux, la résorption devenant plus importante que la formation. La perte osseuse se manifeste principalement au niveau de la structure trabéculaire, ce qui occasionne surtout des fractures de Pouteau-Colles (poignet ou extrémité inférieure du radius) et des fractures vertébrales par tassement. Chez l’homme, on observe également une perte osseuse associée à la diminution de l’activité fonctionnelle des glandes génitales, mais l’ostéoporose de type I demeure six fois plus fréquente chez la femme que chez l’homme. La carence en oestrogènes est une conséquence naturelle de la ménopause pour toutes les femmes; toutefois, les fractures vertébrales dues à l’ostéoporose de type I ne surviennent que chez 10 à 20 % des femmes ménopausées.

    L’ostéoporose de type II, ou ostéoporose sénile, atteint la moitié des femmes et le quart des hommes de plus de 70 ans. La perte d’os cortical et trabéculaire résultant de la diminution de la formation osseuse se manifeste avec l’âge tant chez la femme que chez l’homme. La perte osseuse peut commencer dès le début de la trentaine. Les fractures de la hanche et les tassements cunéiformes (des vertèbres) caractérisent l’ostéoporose de type II."

    Mary Gordon et Julie Huang, Série de monographies sur les maladies liées au vieillissement. VI. Ostéoporose. Maladies chroniques au Canada, vol. 16, no 1, hiver 1995 (Santé Canada). Reproduction pour utilisation non commerciale autorisée.
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.