• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Flux RSS:

    Impression du texte

    Marais Marin

    Compositeur français (1656-1728). À peine âgé de vingt ans, il fait partie de la Musique du roi, en l'occurrence Louis XIV qui l'estimait particulièrement. Célèbre pour son talent d'exécutant sur la basse de viole, il publia cinq livres de pièces pour cet instrument, et en 1692 un livre de pièces en trio. Il exerça pendant vingt-cinq ans les fonctions de chef d'orchestre à l'Opéra, et donna à ce théâtre quatre ouvrages, dont le principal, Alcyone, joué le 18 février 1706, fut plusieurs fois repris jusqu'en 1841 (La Grande encyclopédie). Bien que ses oeuvres aient subi manifestement l'influence de Lully, certains morceaux symphoniques ont un caractère original.

    Trois de ses dix-neuf enfants furent également musiciens: Vincent qui fut exécutant sur la basse de viole à la Chambre; Roland-Pierre, également violiste et auteur d'une Nouvelle méthode de musique ,et Jean-Louis, chantre ordinaire de la Chambre. Un film (Tous les matins du monde) consacré à sa vie, réalisé par Alain Corneau au début des années 1990, à partir d'un scénario de l'écrivain Pascal Quignard, a permis à une nouvelle génération de mélomanes de découvrir l'oeuvre du compositeur.

    Biographie

    Notice tirée d'un célèbre dictionnaire musical français du 19e siècle
    «Marais Marin, célèbre violiste, né à Paris, le 31 mars 1656, fut d’abord enfant de chœur à la Sainte-Chapelle du Palais, puis devint élève de Hottemann, et en dernier lieu de Sainte-Colombe, pour la viole. Lully lui donna aussi quelques leçons de composition, particulièrement pour le style dramatique. En 1685, il entra dans la musique de la chambre du roi, en qualité de viole solo et conserva cette place jusqu’en 1725. Il mourut à Paris, le 15 août 1728, dans sa soixante-treizième année. Marais avait eu dix-neuf enfants, dont la plupart cultivèrent la musique. Sa fille aînée avait épousé le compositeur Bernier. Trois de ses fils et une fille cultivèrent la viole avec succès. Le plus célèbre de ses fils fut Roland Marais [...]. La basse de viole, cultivée en France avec succès par Hottemann, avait acquis de nouvelles ressources sous la main de Sainte-Colombe, Desmarets et du Buisson; mais Marais alla plus loin que ces artistes dans l’art de jouer en harmonie sur ce bel instrument. Il y ajouta la septième corde, qui n’était point en usage avant lui. On dit aussi qu’il fut le premier violiste qui fit filer en fil de laiton les trois grosses cordes de l’instrument pour leur donner plus de tension et conséquemment plus de sonorité sans en augmenter la grosseur, et sans leur donner trop d’élévation au-dessus de la touche. On a de lui cinq livres de pièces de viole, dont le cinquième a été gravé à Paris, en 1725; ces œuvres ont pour titre : 1. Pièces à une et deux violes, avec basse continue. liv. 1er. 2. Pièces de viole avec basse continue. Liv. II, III, IV, V; Paris, sans date, in-4o obl. On connaît aussi sous son nom Pièces en trio pour les flûtes, violons et dessus de viole; Paris, Ballard, 1692, in-4o obl. Marais s’est fait connaître comme compositeur dramatique par les opéras suivants : 1. Alcide, tragédie lyrique, en société avec Louis de Lully, 1695. Cet ouvrage fut repris en 1705, 1716 et 1744. 2. Ariane et Bacchus, 1696. 3. Alcyone, tragédie lyrique, en 1706; repris en 1719, 1730 et 1741. 4. Sémelé, en 1709. Les partitions de ces opéras ont été imprimées à Paris, chez Ballard, in-4° obl. Trois ou quatre ans avant sa mort, Marais se retira dans une maison qu’il avait achetée rue de l’Oursine, pour y cultiver des fleurs. Il donnait cependant encore des leçons de viole deux ou trois fois chaque semaine.»

    FRANÇOIS-JOSEPH FÉTIS, Biographie universelle des musiciens et bibliographie générale de la musique. [Vol. 5]. 2e édition [sic]. Paris, Firmin-Didot, 1866-1868, p. 438.
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations
    Données biographiques
    Nationalité
    France
    Naissance
    31 mai 1656, Paris
    Déces
    15 août 1728

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.