• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Fluxs RSS:

    Impression du texte

    Lis tigré

    Définition

    ''Lilium tigrinum Ker-Gawl.- Lis tigré.- Martagon, Matagon, dans le Québec.- (Tiger Lily). -Bulbe (diam. 2-4 cm.) solitaire, globuleux; tige forte, d'un rouge brun ou noir, pubescente supérieurement, entourée, dans toute sa longueur, de feuilles (long. 7-10 cm.) alternes et étroitement lancéolées; feuilles supérieures plus courtes  et portant des bulbilles noires à leur aisselle; fleurs 5-25, très grandes et très brillantes, fortement penchées; divisions du périanthe d'un beau rouge cinabre sensiblement saumoné, marquées d'un grand nombre de macules d'un rouge brun foncé, recourbées, lancéolées, les sépales plus étroits que les pétales; étamines à filet grêle et anthère d'un rouge brun foncé; style épaissi supérieurement, recourbé; capsule toujours avortée. Floraison estivale. Très cultivé dans les régions tempérées, et naturalisé en certains endroits de l'est de l'Amérique. Dans le Québec, bien établi au sommet du mont Beloeil (ancien lieu de pèlerinage), sur les rivages du fleuve à Lavaltrie, et sans doute ailleurs. Originaire du Japon et de la Chine.

    Le L. tigrinum, l'Orni-Juri des Japonais, est remarquable par sa grande beauté, la facilité avec laquelle il fleurit, et sa rusticité à toute épreuve. Il fut d'abord apporté du Japon en Angleterre, en 1804, et depuis cinquante ans, la Chine et le Japon en ont exporté une grande quantité en Europe et en Amérique. Bien que l'espèce soit classiquement considérée comme indigène en Chine et au Japon, on sait très peu de chose sur son habitat naturel, parce qu'elle est cultivée pour l'ornement et pour la valeur alimentaire de ses bulbes dans ces deux pays depuis plus de mille ans, et qu'elle franchit facilement les cultures. Quoi qu'il en soit, aussi bien dans son pays d'origine qu'en Europe et en Amérique, on n'a jamais vu le L. tigrinum donner des fruits. Il se propage uniquement, mais facilement, par la division des bulbes et par les nombreuses bulbilles noires produites à l'aisselle des feuilles. Il est clair qu'en ce cas comme en d'autres semblables,- celui du L. canadense exposé plus haut, par exemple,- il y a un rapport de cause à effet, ou d'effet à cause, entre cette stérilité et l'extrême facilité de multiplication par voie végétative. L'explication la plus naturelle semble être que le L. tigrinum est une mauvaise espèce, un sport, une mutation, et que les milliers d'individus vivant aujourd'hui sont issus par voie végétative d'une mutation unique. Leur stérilité ne serait en somme que l'inaptitude ordinaire à l'autofécondation, tous les L. tigrinum pouvant être considérés au point de vue génétique comme les fragments d'un même individu. Dans toutes les espèces de Lis, d'ailleurs, les individus appartenant au même clône végétatif sont ordinairement interstériles aussi bien qu'autostériles. Mais les ''bonnes espèces'' sont la synthèse d'une diversité de races qui assurent l'efficacité de la fécondation croisée.''1

     

    1. Marie-Victorin Flore Laurentienne 3e édition.

     

     

     

    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01

    0%
    Dons reçus (2018-2019):0$
    Objectif (2018-2019): 25 000$


    Nous avons reçu près de 11 407$ lors de la campagne 2017-2018. Nous vous remercions de votre générosité. Pour la campagne 2018-2019, notre objectif s'élève à 20 000$.

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.