• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    Impression du texte

    Karl Marx

    Penseur politique et économiste socialiste allemand (1818-1883).


    «Célèbre socialiste allemand, né à Trèves le 5 mai 1818, mort à Londres le 14 mars 1883. Fils d'un avocat d'une famille d'origine juive (Mordechai), il étudia à Bonn et Berlin le droit, la philosophie, l'histoire, collabora en 1842 à la Rheinische Zeitung, journal libéral fondé par Camphausen, Hansemann, etc. Ses tendances radicales le firent supprimer. Marx se rendit à Paris où il publia avec Arnold Ruge des « Annales franco-allemandes », Deutsch-franzcesische Jahrbücher (1843), et, à dater du 1e, janv. 1844, le journal socialiste Vorwærts. II rédigea dans ses Annales des articles sur la philosophie hégélienne et en faveurdu communisme. Expulsé de Paris (janvier 1845), il se transporta à Bruxelles, avec Fr. Engels, s'affilia à une société secrète communiste et à l'Association démocratique internationale. En 1847, il fit paraître : Discours sur le libre-échange et Misère de la philosophie, réponse à la Philosophie de la misère de M. Proudhon. En 1848, il lança avec Engels le fameux manifeste communiste où il formulait sa théorie matérialiste de l'histoire et son programme socialiste. Il avait acquis une autorité dictatoriale sur sa société secrète; après la révolution de Février, pour l'empêcher de se rendre à Paris, on l'emprisonna et on l'expulsa sur l'Allemagne. Il y fomenta le mouvement révolutionnaire dont il devint le chef dans la région rhénane; il rédigeait à Cologne la Neue Rheinische Zeitung (juin 1848). Expulsé le 16 mai 1849, il se réfugia dans le duché de Bade, le Palatinat, à Paris ; chassé encore, il se fixa à Londres où il demeura jusqu'à sa fin, entretenant des relations avec tous les réfugiés politiques de diverses nationalités écrivant beaucoup, spécialement dans des revues américaines. On cite : Der 18 Brumaire des Louis Bonaparte (1852) ; Enthüllungen liber don Kommunistenprozess zu Kceln (1853); Zur Kritile der politischen OEkonomie (1859), où il exposa sa théorie de la valeur et de la monnaie. Marx passa au premier plan par la fondation de l'Association internationale des travailleurs dont il conserva la direction effective de 1866 à 1872. Il s'occupa particulièrement d'organiser en Allemagne un parti socialiste révolutionnaire opposé à celui de Lassalle. Son disciple, W. Liebknecht, y parvint en 1869 ; on sait que six ans plus tard ce parti fusionna avec les radicaux nationalistes de Lassalle pour fonder le parti ouvrier ou démocrate-socialiste d'Allemagne.

    Le chef-d'œuvre de Marx est son mémorable livre sur le capital : Das Kapital, Kritik der politischen OEkonomie (1867, t. I; 40 éd., Hambourg, 1892; t. II, Der Zirkulationsprozess des Kapitals, 1885; t. III, Der Gesammtorozess der kapitalistischen Produktion, 1894). C est une des productions les plus considérables de la sociologie; l'accumulation des faits, principalement empruntés à la société anglaise, la puissance de la systématisation, en ont fait l'ouvrage le plus important de la littérature socialiste. La doctrine marxiste est peut-être celle qui a le plus d'adhérents parmi les socialistes, et tous en ont plus ou moins subi l'influence.»

    A-M. B., article "Karl Marx", La Grande Encyclopédie: inventaire raisonnée des sciences, des lettres et des arts, Paris, 1890-1905, tome vingt-troisième

    Biographie

    Marx et la dialectique hégélienne de l'histoire
    Marx fut au XIXe le principal commentateur et interprète de Hegel. Selon Hegel, l'histoire pouvait être vue comme un processus dialectique au terme duquel se trouvaient révelées les faiblesses et les contradictions inhérentes à chaque modèle d'organisation politique et sociale. Ces contradictions conduisaient inévitablement ces modèles à disparaître, au profit de formes plus élaborées. Pour Hegel, l'avènement de la démocratie libérale, dominée par les principes de liberté et d'égalité véhiculés par les révolutions française et américaine, conïncidait avec la fin de l'Histoire, car les démocraties libérales sont à toutes fins pratique libre de ces contradictions qui mènent les gouvernements à leur disparition. Marx devait s'approprier l'idée de Hegel d'une Histoire universelle marquée par ce processus dialectique, tout en modifiant radicalement la direction vers laquelle l'Histoire devait tendre. Selon le philosophe hégélien Francis Fukuyama, l'histoire du XXe et le recul généralisé du socialisme au profit du libéralisme politique et économique semble avoir donné, définitivement, raison à Hegel contre Marx:
    « Nous ne sommes pas vraiment conscients de notre dette intellectuelle envers Hegel, essentiellement parce que son héritage nous a été transmis via Marx, qui s'appropria de larges parties du système hégélien pour ses propres besoins — et critiqua violemment le reste. Marx reçut de Hegel la conception de l'historicité fondamentale des affaires humaines, la notion que la société que la société des hommes a évolué au cours des temps depuis les structures sociales primitives jusqu'à des ensembles plus complexes et hautement développés.[...] Marx partageait également la croyance de Hegel en la possibilité d'une fin de l'Histoire : il prévoyait en effet une forme finale de société, libre de contradictions et dont la réalisation terminerait le processus historique.

    La question sur laquelle Marx différait de Hegel était juste le genre de société qui devait émerger à la fin de l'histoire. Marx croyait que l'État libéral échouait à résoudre une contradiction fondamentale, celle de la lutte des classes — combat entre la bourgeoisie et le prolétariat. Il retournait ainsi l'historicisme de Hegel contre lui, arguant que l'État libéral ne représentait pas l'universalisation de la liberté, mais seulement la victoire de la liberté pour une certaine classe : la bourgeoisie. Hegel pensait que l'aliénation (division de l'homme contre lui-même et perte consécutive de la maîtrise de sa propre destinée) avait été résolut de manière adéquate à la fin de l'Histoire par la reconnaissance philosophique de la possibilité de liberté dans l'État libéral. Marx, en revanceh, observait que l'homme restait aliéné de lui-même dans les sociétés libérales parce que le capital — une création humaine — était devenu le seigneur et maître de l'homme et qu'il le contrôlait. La bureaucrati de l'État libéral que Hegel appelait la "classe universelle" parce qu'elle incarnait pour lui les intérêts du peuple pris dans son ensemble, ne représentait pour Marx que des intérêts particuliers dans le cadre de la société civile, ceux des capitalistes qui la dominaient. [...] La fin marxiste de l'Histoire n'interviendrait qu'avec la victoire de la vraie "classe universelle", le prolétariat, et la réalisation consécutive d'une utopie communiste d'ensemble qui mettrait un terme une fois pour toutes un terme à la lutte des classes. »

    (F. F
    UKUYAMA, La fin de l'Histoire et le Dernier Homme, Paris, Flammarion, 1992)

    Georges Sorel: Marx et sa conception de la mécanique sociale
    «Ce qu'il y a d'essentiel dans la théorie de Marx est sa conception d'un mécanisme social formé par les classes, qui sert à transformer la société moderne de fond en comble, sous l'influence des idées et des passions aujourd'hui dominantes. Le processus qu'il décrit est bien connu : concentration des moyens de production entre les mains d'un petit nombre de capitalistes, qui luttent entre eux sur le marché économique ; — unification des notions et des sentiments dans le prolétariat en voie de croissance continue ; — lutte entre les deux classes fondamentales de la société ; — expropriation des capitalistes qui perdent la propriété particulariste des moyens de production ; — mise de ces moyens de production en la commune possession des travailleurs.

    [...]

    Il ne faut pas oublier que la lutte des classes ne saurait expliquer toute l'histoire. Engels avait reconnu, dans une note du Manifeste que l'histoire primitive de l'humanité ne saurait se ramener à ce principe et M. Croce dit que la société socialiste devra pouvoir se développer sans classes ; il y a donc une lacune importante dans la théorie : les causes, qui ont agi et qui agiront plus tard sur l'humanité, existent aujourd'hui évidemment et devraient être étudiées.

    Quoi qu'il en soit, ce mécanisme offre dans la forme un caractère vraiment scientifique; nulle part nous ne voyons apparaître des abstractions, des fantômes sociologiques, des évolutions de modes; — nous ne voyons que des hommes groupés en classes, s'agitant sous l'influence de sentiments observables ; — nous pouvons vérifier, journellement, la marche des phénomènes, chercher comment les conditions se transforment et corriger nos vues d'avenir au fur et à mesure que les faits deviennent plus nombreux.

    Il importe assez peu que Marx se soit trompé dans le détail, que son mécanisme n'ait pas la valeur absolue qu'on lui a souvent attribuée ; une erreur de sa part ne nous empêche pas de reconnaître la haute valeur de la méthode. Grâce à lui nous pénétrons sur un terrain vraiment scientifique. Les sciences physiques sont des connaissances générales acquises par l'intermédiaire de mécanismes susceptibles de définitions rigoureuses : expérimenter, c'est construire un système d'organes dont les mouvements sont soumis aux règles que nous lui imposons ; formuler une loi, c'est donner une expression, en termes abstraits, du mode d'action d'une force engagée dans toute expérimentation possible. Marx raisonne comme le physicien. "Pour Marx il est vain de se demander si la pensée nous instruit de ce que sont les choses en elles-mêmes. Si nous pouvons démontrer la vérité de notre pensée en faisant naître les phénomènes que nous avons pensés, l'inconnaissable, qu'on dit caché derrière eux, n'importe plus. Il ne s'agit pas d'interpréter la nature, mais de la changer". (Andler) De même il serait oiseux de discuter les lois de l'histoire, de chercher quelle idée tend à se réaliser, quelle est la nature humaine ; ce que la science doit déterminer, c'est le mécanisme humain par lequel se produisent les changements dans le monde actuel, d'après les impulsions données par des volontés humaines, dans des conditions historiques données.»

    GEORGES SOREL, préface à l'ouvrage de F.Merlino, Formes et essence du socialisme, Paris, Giard et Brière, 1898



    *******


    Jean Jaurès: Marx ou l'union du socialisme et du mouvement ouvrier
    «C'est le mérite décisif de Marx, le seul peut-être qui résiste pleinement à l'épreuve de la critique et aux atteintes profondes du temps, d'avoir rapproché et confondu l'idée socialiste et le mouvement ouvrier. Dans le premier tiers du XIXe siècle, la force ouvrière s'exerçait, se déployait, luttait contre la puissance écrasante du capital: mais elle n'avait pas conscience du terme où elle tendait; elle ne savait pas que, dans la forme communiste de la propriété, était l'achèvement de son effort, l'accomplissement de sa tendance. Et, d'autre part, le socialisme ne savait point que, dans le mouvement de la classe ouvrière, était sa réalisation vivante, sa force concrète et historique. La gloire de Marx est d'avoir été le plus net, le plus puissant de ceux qui mirent fin à ce qu'il y avait d'empirisme dans le mouvement ouvrier, à ce qu'il y avait d'utopisme dans la pensée socialiste. Par une application souveraine de la méthode hégélienne, il unifia l'idée et le fait, la pensée et l'histoire. Il mit l'idée dans le mouvement et le mouvement dans l'idée, la pensée socialiste dans la vie prolétarienne, la vie prolétarienne dans la pensée socialiste. Désormais, le socialisme et le prolétariat sont inséparables: le socialisme ne réalisera toute son idée que par la victoire du prolétariat ; et le prolétariat ne réalisera tout son être que par la victoire du socialisme.» (Études socialistes)

    Oeuvres

    En allemand

    Ouvrages disponibles sur le site du Projekt Gutenberg-DE: Abschweifung über produktive Arbeit
    Manifest der Kommunistischen Partei
    Thesen über Feuerbach
    Lohn, Preis und Profit
    Artikel aus der "Neuen Rheinischen Zeitung" (aus "Gesammelte Werke")
    Schriften aus den Jahren 1842 bis 1844
    Kürzere Schriften aus den Jahren 1844 bis 1846
    Zur Kritik der Politischen Ökonomie
    Kritik des Gothaer Programms
    Zirkularbrief
    Zur Kritik der Hegelschen Rechtsphilosophie
    Die heilige Familie oder Kritik der kritischen Kritik
    Kürzere Texte über Feuerbach aus den Jahren 1844 bis 1848
    Die deutsche Ideologie
    Das Elend der Philosophie
    Der 18. Brumaire des Louis Bonaparte

    Traductions en langue française

    Avec Friedrich Engels, Manifeste du Parti communiste (1848)

    Textes à télécharger sur le site des Classiques des sciences sociales (formats Word, PDF et RTF): La guerre civile en France 1871 (La commune de Paris) (1871) 
    Les luttes de classes en France 1848-1850. (1850) 
    Misère de la philosophie. Réponse à la philosophie de la misère de M. Proudhon. (1847)
    Travail salarié et capital (1849). Traduction française, 1891.

    Documentation

    Henry, Michel. Marx. [Paris], Gallimard, 1976. 2 vol. Vol. 1: Une philosophie de la réalité; Vol. 2: Une philosophie de l'économie. Réédition, 1991.

    Marx et Épicure. La thèse de doctorat sur La différence de la philosophie de la nature chez Démocrite et Épicure dans la formation de la pensée de Karl Marx, par Denis Collin
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations
    Références
    Données biographiques
    Nationalité
    Allemagne
    Naissance
    1818, Trèves
    Déces
    1883
    Documents Associés
    Franz Mehring
    Karl Marx, Friedrich Engels, marxisme, socialisme, hégélianisme, matérialisme historique
    Friedrich Engels
    Travail, capitalisme, marxisme, socialisme
    Friedrich Engels
    Biographie de Karl Marx jusqu'en 1878
    Raccourcis
    Marx sur Internet: hyperliens

    Référence


    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.