• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition

    Rousseau Jacques

    Botaniste, ethnologue, géographe passionné, nordiste... Un être tout en démesure parmi bien d'autres bâtisseurs s'employant à la connaissance du territoire québécois, Jacques Rousseau met sur pied (1930-1956) l'Association canadienne-française pour l'avancement des sciences, devient directeur (1944-1956) du Jardin botanique de Montréal à la mort du maître exceptionnel Marie-Victorin, se retrouve à Ottawa (1956-1959) comme le premier directeur du nouveau Musée de l'homme, puis à Paris (1959-1962), au Centre d'études arctiques et finno-scandinaves de la Sorbonne. Il termine sa carrière (1962-1970) dans la sérénité, au Centre d'études nordiques de l'Université Laval. La collection «Géographie historique» accueille les rassembleurs de l'œuvre roussellienne, que ces derniers jugent indispensable pour une meilleure prise de possession du pays.

    Biographie

    Jacques Rousseau s'est d'abord intéressé aux plantes et à titre de botaniste il a joué un rôle de premier plan dans la recherche relative à la Flore Laurentienne. On lui doit la préparation de la clé générale des familles de même que la rédaction des chapitres sur les genres Astragalus, Viola et Ceratophyllum.
    Quand on a vraiment la passion des plantes, comment rester indifférent à l'usage qu'on en fait et au sens qu'on leur donne dans les diverses cultures? C'est ainsi que Jacques Rousseau devint ethnologue. Et puisque les lois de Mendel sont les mêmes pour les plantes que pour les humains qu'est-ce qui empêche un spécialiste de la génétique des plantes de satisfaire un besoin de la société en écrivant un livre sur l'hérédité humaine? Ce que fit aussi Jacques Rousseau.
    Selon son collègue et ami René Pomerleau, c'est en tant qu'ethnographe qu'il a surtout excellé, comme en témoignent ses travaux sur les Amérindiens. Ces amérindiens, Jacques Rousseau les a aimés au point de courir de grands risques pour découvrir leur culture et leur habitat. Ses explorations au Nouveau Québec, de 1944 à 1951 - Lac Mistassini, Rivière Georges, Rivière Payne et Kagaluk, Rivière Karak jusqu'au Mont Torngat - sont des exemples d'énergie et de courage qui semblent frôler parfois la témérité*.
    En 1949, au cours d'une expédition dans les Monts Otish, au centre du Nouveau Québec, Jacques Rousseau eut une grave attaque cardiaque. Il était parti de bon matin en compagnie d'un guide indien vers le plus haut sommet de ce massif tandis que son collègue et ami René Pomerleau avait mission de veiller sur le camp de base. Sur la route du retour, il s'affaissa et dut passer la nuit à la belle étoile sous les soins de son guide. Le «lendemain matin, raconte René Pomerleau, il revint au camp exténué mais heureux car il avait trouvé et récolté l'Agoseris et d'autres plantes endémiques rares ou inconnues».
    Le peintre René Richard a accompagné Jacques Rousseau dans ses expéditions au Mont Torngat. C'est Jacques Rousseau qui a découvert les talents d'artiste de Norval Morisseau, un amérindien obijwé.

    Oeuvres

    Documentation

    Camille Laverdière et Nicole Carette, Jacques Rousseau, Presses de L'Université Laval.
    Pierre Couture et Camille Laverdière, Jacques Rousseau; la science des livres et de voyages, Éditions XYZ, Montréal 2001.

    Document sonore:
    Pierre Couture et Camille Laverdière publient Jacques Rousseau; la science des livres et des voyages (XYZ éditeur). Écoutez en Real Audio un entretien de Pierre Couture avec Marie-Hélène Poirier (émission «Les Années lumière», Radio-Canada, 4 mars 2001).
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations
    Références
    Données biographiques
    Naissance
    11905, Saint-Lambert
    Déces
    04/08/1970

    Référence


    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.