• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Flux RSS:

    Impression du texte

    Illich Ivan

    Ivan Illich est né à Vienne en 1926. Il arrive aux États-Unis en 1951, et travaille comme assistant auprès du pasteur d'une paroisse portoricaine de New York. Entre 1956 et 1960, il est vice-recteur de l'Université catholique de Porto Rico, où il met sur pied un centre de formation pour les prêtres américains qui doivent se familiariser avec la culture latino-américaine. Illich fut co-fondateur du Center for Intercultural Documentation (CIDOC) à Cuernavaca, Mexico. À compter de 1964, il a dirigé des séminaires sur le thème «Alternatives institutionnelles dans une société technologique», avec un accent spécial sur l'Amérique Latine. Il vit désormais sur le mode de l'amitié. Polyglotte, homme du Sud autant que du Nord, solidement enraciné en Occident et familier avec l'Orient, Illich mérite pleinement la qualité d'humaniste. Ses écrits sur l'école, la santé, la convivialité, l'énergie ont eu un rayonnement universel, provoquant de féconds débats dans de nombreux pays.

    Biographie

    Dossier en révision

    J'ai connu Ivan Illich et son oeuvre m'inspire encore plus aujourd'hui qu'il y a trente-cinq ans au moment où paraissait  Némésis médicale. J'ai aussi eu le bonheur de rencontrer ceux de ses amis qui me semblent l'avoir le mieux compris: Jean Robert, Lee Hoinacki, David Cayley. Nous présentons leurs travaux sur Illich dans la section Documentation de ce dossier. J'espère pouvoir terminer bientôt  ma propre étude sur Illich.  Cet article de Jean Robert, écrit au lendemain de la mort d'Ilich, constitue le texte cour qui présente le mieux Illich.

    La revue Esprit a consacré son numéro d'août-septembre 2010 à Ivan Illich. L'introduction signée Jean Robert et Thierry Paquot est offerte en accès libre. Introduction. Monument ou chantier ? L'héritage intellectuel d'Ivan Illich (1926-2002)

     

    En mémoire d'Ivan Illich

    Ivan Illich est mort comme il le désirait: paisiblement et entouré d'amis. Les circonstances ont voulu que ce fût à Brême, ou il fut enterré la 5 décembre dernier. Au cours des jours qui suivirent sa mort, des journaux du monde entier publièrent des articles sur lui, médiocres pour la plupart. Cette médiocrité mérite une explication. Le journalisme conventionnel fait partie de l'appareil de construction sociale de la réalité. Dans les mots d'Ivan Illich, il contribue à faire disparaître la réalité sensible sous des commandements de voir, d'entendre y de sentir et par conséquent à discréditer la perception libre et personnelle du monde. Ivan Illich, qui recommandait ouvertement de ne pas lire les journaux, ne pouvait qu'être compris à contre-sens par les administrateurs professionnels de la représentation de la réalité. Leur médiocrité même est paradoxalement un hommage à celui dont les conversations et les écrits dénonçaient toute construction de la réalité par le pouvoir, que celui-ci soit scientifique, administratif ou journalistique. Or le nom d'Illich occupa la une des journaux au cours des années 1970. A cette époque, les pouvoirs se disputaient ses conseils: Indira Gandhi, le shah, Pierre Trudeau, le président péruvien Juan Velasco, Georges Pompidou l'invitaient successivement à des conversations en privé et en présence de leurs cabinets. À partir de 1978, Illich semble avoir mis fin volontairement à cette célébrité. Ses amis les plus récents (voir leur "site": www.pudel.uni-bremen.de) comprennent qu'une rupture existentielle sépare la carrière du personnage public Illich de la vie d'Ivan, l'ami attentionné, toujours prêt à écouter, qui dressait sa table conviviale - toujours à proximité d'une bonne bibliothèque, d'une cuisine à spaghetti et d'une réserve de bons vins - tantôt à State College, tantôt à Philadelphia, à Kassel, à Marbourg, à Oldenbourg, à Ocotepec cerca de Cuernavaca, à la mairie d'Oakland ou à Florence, et 2 finalement, durant plus de dix ans, à Brème. Effectivement, la carrière de l'écrivain Ivan Illich se divise grosso modo en deux périodes: celle de ce que lui-même appelait ses "pamphlets", qui sont les écrits qui le rendirent célèbre et celle d'explorations en profondeur à partir de conversations entre amis. Avant s'étend l'époque (dont je ne parlerai que par allusion) des études ecclésiologiques d'un croyant qui voit l'histoire de l'Église comme celle du corps du Christ. Les écrits les plus fameux de la première époque sont Une société sans école, Énergie et équité, La Némésis médicale. Certains "reconstructeurs sociaux de la réalité" ont voulu voir dans ces essais des recettes de réforme de l'éducation, des transports et de la médecine, recettes avortées, puisque les institutions critiquées ont évolué en un sens diamétralement contraire aux espoirs des lecteurs d'Illich. Plus encore qu'en 1972 ou 1973, l'école, les transports, la médecine sont devenus des institutions qui éloignent leurs clients des buts que ceux-ci disent poursuivre à travers elles. Les écoles rendent bêtes, les transports paralysent et la médecine rend, plus que malade, obsédé par la Santé et incapable d'accepter la mort. Ces affirmations, qui choquaient encore il y a trente ans, sont aujourd'hui des banalités. De plus, des mots lancés par Illich, tels que "convivialité", "contreproductivité" ou "valeurs vernaculaires" ou encore "monopole radical" sont devenus des termes courants dans la plupart des langues modernes. Rétrospectivement, s'il me fallait résumer en un paragraphe la teneur des ouvrages "de l'époque des pamphlets", je dirais ceci: Au début des années 1970, le Club de Rome popularisait l'idée qu'au-delà de certaines limites, une industrie fondée sur la production de biens matériels ne peut que détruire la nature et suggérait que l'économie devait être réorientée vers la production de services immatériels, supposés non polluants. Illich éleva alors sa voix pour dire qu'au-delà de certains seuils, la production de services sera plus destructrice encore de la culture que la production de marchandises ne l'est de la nature. Les "pamphlets" ne faisaient qu'illustrer cette thèse à partir des trois exemples de la production de services éducatifs, de services de transport et de services de 3 santé. Comme les professions sont ces formations sociologiques qui exercent un monopole radical sur la production de tous les services, la critique des services devint ipso facto une critique des professions et une invitation à la liberté sous forme de déprofessionalisation et de déclientélisation. S'il est vrai que les prémonitions d'Illich ont été rattrapées par la réalité, l’oeuvre d'Ivan, le philosophe itinérant, l'hôte, l'échanson de la Convivialité, l'ami est trop méconnue. Je suis heureux d'annoncer qu'en 2003, l'ensemble de son oeuvre sera republiée simultanément par Fayard, en France, et par Fondo de Cultura Económica au Mexique. Les livres, conférences et articles de l'Ivan d'après 1978 abordent successivement: le genre vernaculaire (en tant que dualité antithétique du sexe économique), l'archéologie des certitudes modernes (les slogans dont est construite la représentation sociale de la réalité), l'analyse de ce que dit la technologie à la différence de ce qu'elle fait, la transition de l'ère des professions dominantes à celle de la tyrannie des Systèmes, l'histoire du corps, celle de la matière (en mémoire de Gaston Bachelard), celle des perceptions en général et de la vision en particulier, l'histoire de l'hospitalité et celle de l'amitié, l'étude du sens de la juste mesure ou "proportionalité", la vision du présent dans le miroir du passé, la disparition du sol de sous les pieds. À première vue, la diversité de ces thèmes est déroutante. Pour comprendre leur unité, il faut revenir à l'époque antérieure aux "pamphlets": Illich l'historien de l'Église a saisi très tôt que les institutions séculaires de la société moderne étaient incompréhensibles sans l'antécédent historique d'une communauté de vivants et de morts qui se concevait comme corps du Christ. Le point d'où se révèle l'unité des excursions récentes d'Ivan est sa confiance en l'ensarcosis tou logou. Mentionner le terme français équivalent aiderait à peine les jeunes lecteurs, dont la difficulté n'est pas tant le manque de confiance que la désincarnation de leur expérience du monde et d'eux-mêmes. Pour Ivan, l'ensarcosis rend le verbe et la chair proportionnels ou, comme disait Thomas d'Aquin, analogues. 4 C'est ici que l´historien prend le relai de l'homme de foi. La société moderne est le résidu désincarné de communautés rassemblées autour de la foi en l'ensarcosis: ceci est une réalité historique indépendante de la foi. La lente marche à la modernité peut alors être décrite comme une perte progressive de la proportionalité ou analogie entre le mot et la chair, l´homme et la femme, le corps et le monde, les sens et la matière, les pieds et le sol. C'est cette perte que, dans ses entretiens avec David Cayley l'an dernier, Ivan comparait à ce pire qui est la corruption de ce qu'il y a de meilleur. Le résultat de cette corruption est l'inhospitalité de la modernité que nous connaissons, le divorce entre la parole et la chair (cf le bruit quotidien de paroles non prononcées), la désincarnation de l'expérience du monde et de soi dans une société issue d'une foi bimillénaire en l'incarnation du verbe et incompréhensible historiquement sans cette foi trahie. Seule la pratique de l'amitié peut rendre capable d'affronter ensemble cet abîme sans y sombrer.


    Oeuvres

    Articles en français dans cette encylopédie

    Hommage à Jacques Ellul

    Le renoncement à la santé

    Du Lisible au Visible


    Ailleurs sur Internet

    Extraits de La convivialité

    Révolution et stratégie politique.

    L'obsession de la santé parfaite, Le Monde Diplomatique.

    Une société sans écoles: la critique illichienne du système scolaire (Francesco Colonna Romano)


    Traductions françaises

    Libérer l'avenir. Paris, Seuil, 1971.

    Une société sans école. Paris, Seuil, 1971.

    La convivialité. Paris, Seuil, 1973.

    Énergie et équité. Paris, Seuil, 1973.

    Némésis Médicale. Paris, Seuil, 1975.

    Le chômage créateur. Paris, Seuil, 1977.

    Le travail fantôme. Paris, Seuil, 1981.

    Le genre vernaculaire. Paris, Seuil, 1983.

    H2O. Les eaux de l'oubli. [Paris], Lieu commun, 1988.

    Du lisible au visible : la naissance du texte. Un commentaire du Didascalicon de Hugues de Saint-Victor. Traduit par Jacques Mignon. Paris, Cerf, 1991.

    La perte des sens. Traduit de l’anglais par Pierre-Emmanuel Dauzat. Paris, Fayard, 2004.

    Œuvres complètes. Volume 1. Préface de Jean Robert et Valentine Borremans. Paris, Fayard, 2004. Comprend : Libérer l’avenir (1971), Une société sans école (1971), Énergie et équité (1975), La Convivialité (1973) et Némésis médicale (1975).

    Œuvres complètes. Volume 2. Paris, Fayard, 2005. Comprend: Le chômage créateur (1977), Le travail fantôme (1981), Le genre vernaculaire (1983), H2O. Les eaux de l'oubli (1988), Dans le miroir du passé et Du lisible au visible : la naissance du texte (1991).


    En anglais, en ligne

    (Voir "Illich Writings on the Web" sur Preservenet)

    A Constitution For Cultural Revolution

    Deschooling Society

    Tools for Conviviality

    Energy and Equity

    Vernacular Values

    Silence Is A Commons

    The Wisdom of Leopold Kohr

    The Rise of Homo Economicus

    Taught Mother Tongue and Nation State

    Medical Nemesis (Internet Archive)


    Articles parus dans la New York Review of Books

    Commencement at the University of Puerto Rico, Oct 9, 1969

    Outwitting the "Developed" Countries, Nov 6, 1969

    Why We Must Abolish Schooling, Jul 2, 1970

    Schooling: The Ritual of Progress, Dec 3, 1970

    Education Without School: How It Can Be Done, Jan 7, 1971

    Documentation

     L'actualité d'Ivan Illich, revue Esprit,  Août-septembre, 2010

    «Illich fait depuis longtemps partie, avec notamment André Gorz, des auteurs de référence dans le débat sur la croissance et la décroissance, sur l’impossibilité de maintenir la fiction d’une « croissance » dont la gestion des déséquilibres pourrait être remise à toujours plus tard. La crise économique ouverte en 2007 nous l’a rappelé : les déséquilibres finissent toujours par être payés et, ces derniers temps, les échéances arrivent en série. Alors que nous découvrons que nos prélèvements sur la nature ne pourront pas suivre les courbes actuelles, s’exempter de l’idée de limite apparaît comme une manière irresponsable de renvoyer les problèmes à plus tard, en supposant qu’on sera mieux armés pour les résoudre dans le futur.» On peut télécharger l'introduction signée Jean Robert et Thierry Paquot

     

    Ivan Illich sur France culture. Illich est-il un précurseur de la décroissance?

    Dans son dernier livre, l’économiste Serge Latouche, l’un des pionniers en France de la théorie de la décroissance, fait d’Ivan Illich un précurseur : bien qu’il n’ait jamais employé le mot même de « décroissance », affleurent constamment dans son œuvre des thèmes apparentés comme l’autolimitation des besoins, la contre-productivité ou l’insoutenabilité de notre mode de vie. Pourtant sans doute par horreur de l’esprit de système, Illich n’a jamais cherché à offrir un projet alternatif. C’est même précisément quand il a parlé de la croissance qu’Illich a manié trop rapidement, au goût de l’économiste Denis Clerc, son concept de contre-productivité. Il n’est pas certain que la croissance s’arrête d’elle-même, comme il l’avait écrit dans les années 1970.

     

    Cérézuelle, Daniel. La technique et la chair. De l’ensarkosis logou à la critique de la société technicienne chez Bernard Charbonneau, Jacques Ellul et Ivan Illich. Article rédigé en vue d'une communication au colloque sur Jacques Ellul qui aura lieu les 21 et 22 octobre 2004 à l'université de Poitiers. Voir le programme du colloque.

    Thierry Paquot. Retour d'Ivan Illich. Le Monde Diplomatique. Avril 2004. Sur la pertinence et l'actualité de l'oeuvre d'Illich. Extrait: «Ivan Illich mobilise une impressionnante bibliographie, en plusieurs langues, n’hésite pas à saisir un problème dans sa très longue durée, à revisiter les mythes, à questionner les religions, à télescoper les différents savoirs disciplinaires, à s’impliquer dans la remise en cause de fausses « évidences », à polémiquer... Cela confère un ton très particulier à ses écrits, on les lit en les écoutant, en quelque sorte, fasciné par une érudition jamais pesante, un vocabulaire choisi mais aussi familier, une problématique surprenante et toujours ce parti pris pour la liberté de chacun, son indépendance des systèmes techniques et des experts.» Voir également du même auteur: La résistance selon Ivan Illich.

    Ferris, Don. Ivan Illich: Observations on the Tools of Industrial Institutions and the Changes Needed to Achieve Sustainability and Independence.

    Revue Hermès. Compte rendu de lecture de Du lisible au visible.

    Robert, Jean. Energy and the mystery of Iniquity

    Robert, Jean. La garda del ojo en la epoca del "show".

    Silverman, Robert. À propos de Énergie et équité

    Collectif. Remembering Illich. Des amis d'Ivan Illich témoignent de sa présence et de l'influence de sa pensée. Carl Mitcham, Peter Warshall, Jerry Brown, Vijaya Nagarajan, Lee Swenson, David Cayley, et Lee Hoinacki. Mother Earth Magazine. Printemps 2003.

    Denis Clerc, Ivan Illich et la critique radicale de la société industrielle, Alternatives économiques. La pertinence des analyses de ce penseur, l’un des plus originaux du XXe siecle dans le domaine des sciences sociales, demeure entière.

     

    Documents audio

    Ivan Illich Talks Tools, Cybernetics, and the Good Samaritan (YouTube)

    This is an extract from Canadian Broadcasting's 5-hour program, The Corruption of Christianity, which featured Ivan Illich in conversation with David Cayley. It was broadcast in 2000 and is now available in recorded form from CBC. 
    Illich died in 2002, but Cayley later published a book based on this same set of interviews: The Rivers North of the Future, The Testament of Ivan Illich (House of Anansi).

    Autre extrait du même entretien : Ivan Illich on The Good Samaritan, Proportionality, the Body

     

    The Return of "The Vernacular": A conversation with Sajay Samuel
    Entretien enregistré à La Haye, le 3 juillet 2011

    Sajay Samuel met Ivan Illich as a student at Penn State, and spent the next decade as part of the group of itinerant scholars who lived and travelled with Illich.

    In this conversation, we explore the increasing relevance of Illich's understanding of "the vernacular" - the realm of activity which lies outside of the production and consumption of commodities - in the light of today's economic and ecological crises.

    Disponible intégralement sur le site Internet Archive

     

    Documents vidéo

    Conférence d'Illich : on Water and the History of the Senses - 1984 (Internet Archive)

    Dallas Institute of Humanities and Culture, colloque "What Makes a City: Water and Dreams".

    Première partie

    Deuxième partie

     

    Ivan Illich
    Un certain regard - 19/03/1972 - 51min27s
    C'est à l'occasion d'un voyage en France, que Jean-Marie Domenach a pu s'entretenir quelques heures avec Ivan Illich.Voyageur infatigable en quête de justice, utopiste sans patrie "Déloyal à tout drapeau par conviction", Ivan Illich est tout le contraire d'un rêveur ; son utopie est nourrie d'une expérience concrète qu'il a acquise au contact des pauvres et des paysans, dans les rues de New-York, avec les porto-ricains, puis en parcourant à pied l'Amérique du Sud et l'Afrique où il a appris à connaître "l'indignité de la misère".
    INA - accès partiel 

    On peut y entendre un très beau passage sur le mythe de Pandore.

     

    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2013-02-19
    Loading
    Informations
    Données biographiques
    Nationalité
    Autriche
    Naissance
    1926, Vienne
    Déces
    2 décembre 2002
    Documents Associés
    Hélène Laberge
    Vision, regard, interface, technique, sens, éducation des sens, réel, Dürer, Rabelais
    Jacques Dufresne
    Convivialité, amitié, contre-productivité
    Daniel Cérézuelle
    Incarnation, technique, réel, liberté, désincarnation, chair, union du corps et de l'esprit, christianisme
    Raccourcis

    Les amis d'illich à Bremen, en anglais et en allemand

    Center for research on proportionality
    Fondation We The People
    La résistance selon Ivan Illich (T. Paquot, Le Monde Diplomatique)

    Revue des articles consacrés à Illich dans les semaines qui sont suivi sa mort, par Lee Hoinacki, un ami d'Ivan Illich et l'un de ceux qui l'ont le mieux compris. En anglais.


    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.