• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition

    Melville Herman

    Écrivain américain.

    "À l’âge de dix-huit ans, il s’embarqua comme matelot, hanté par la passion des voyages. En 1841, il passa sur un baleinier, mais après dix-huit mois de croisière, déserta à Noukahiva et pénétra à l’intérieur de l’île où il faut fait prisonnier par les Taïpis pendant quatre mois. Il visita ensuite Tahiti et les îles Sandwich et revint à Boston en 1844. Il fit de nouveaux voyages pleins de péripéties de 1843 à 1847, puis en 1860 refit le tour du monde. Il se retira ensuite dans son domaine de Pittsfield. Ses romans et livres de voyages ont eu un grand succès […] : Typee, or marques as island (1816) […]; Mardi (1849); Redburn; White Jacket (1850), livre consacré à la vie des gens de mer; Moby Dick (1851); Israël Potter (1851); Battle Pieces (1866), etc."

    Article «Melville» de La grande encyclopédie: inventaire raisonné des sciences, des lettres et des arts. Réalisée par une société de savants et de gens de lettres sous la direction de MM. Berthelot, Hartwig Derenbourg, F.-Camille Dreyfus [et al.]. Réimpression non datée de l'édition de 1885-1902. Paris, Société anonyme de «La grande encyclopédie», [191-?]. Tome vingt-troisième ( Mao-Moisson), p. 620.

    * * *



    "Les œuvres de (Nathaniel) Hawthorne exercèrent une influence profonde sur son ami Herman Melville (...) qui se fit un nom en publiant des romans exotiques inspirés des aventures maritimes de sa jeunesse. Suivant l'exemple d'Hawthorne, Melville se mit à écrire des romans remplis de réflexions métaphysiques. Dans Moby Dick, le récit d'une chasse à la baleine devient prétexte à l'examen de thèmes comme l'obsession, la nature du mal et la lutte de l'homme contre les éléments. Dans un autre roman remarquable, Billy Budd, il met en scène le conflit entre le devoir et la compassion à bord d'un navire en temps de guerre. Ses ouvrages les plus profonds se vendirent mal et, à sa mort, il était oublié depuis longtemps. Il ne fut redécouvert que dans les premières décennies du XXe siècle."

    Portrait des USA. Chapitre 10. L'Amérique et les arts (Service d'information du Département d'État américain)

    Biographie

    « Comme Nathaniel Hawthorne, il descendait d'une famille riche et ancienne qui sombra brusquement dans la misère à la mort du père. Malgré une éducation patricienne, des traditions familiales de fierté et un travail acharné, Melville se retrouva démuni et sans éducation universitaire. A dix-neuf ans, il s'embarqua. Son intérêt pour la vie de marin découla naturellement de son expérience personnelle et la plupart de ses premiers romans sont directement inspirés de ses voyages en mer. On y constate la vaste expérience de la démocratie du jeune Melville et sa haine de la tyrannie et de l’injustice. Son premier livre, Typee, évoque la période qu’il a passée parmi la tribu des Taipis, soupçonnée de cannibalisme mais en fait hospitalière, aux îles Marquises, dans le Sud du Pacifique. Il y fait l’éloge de ce peuple et de son mode de vie naturel, harmonieux, et critique les missionnaires chrétiens qu’il juge beaucoup moins civilisés que les peuplades qu’ils venaient convertir.

    Moby Dick, le chef-d’œuvre de Melville, est l’épopée du navire baleinier Pequod et de son capitaine, Achab, cet «impie, semblable à un dieu», dont la poursuite obsessionnelle de la baleine blanche, Moby Dick, mène le navire et son équipage à leur perte. L’œuvre, roman d’aventures, réaliste, renferme une série de méditations sur la condition humaine. Tout au long de ses pages, la chasse à la baleine est une grandiose métaphore de la quête de la connaissance. Des catalogues et des descriptions réalistes des baleines et de l’industrie baleinière émaillent le récit, mais tous ces passages ont des connotations symboliques. Au chapitre quinze consacré à la baleine franche, le narrateur explique que cette dernière appartient aux stoïques tandis que le cachalot compte parmi les platoniciens, référence à deux grandes écoles de philosophie.

    Certes, le roman de Melville est philosophique, mais il est également tragique. En dépit de son héroïsme, Achab est condamné et peut-être même damné. La nature, si belle soit-elle, demeure étrangère et potentiellement mortelle. Moby Dick, la grande baleine blanche, est une existence cosmique, impénétrable, qui domine le roman comme elle obsède Achab. Les faits relatés sur les cétacés et la chasse à la baleine ne suffisent pas à expliquer Moby Dick; au contraire, ils auraient plutôt tendance à devenir des symboles et chacun d’eux est relié en un réseau cosmique à chacun des autres faits. Cette idée de correspondance ne signifie pourtant pas que les hommes sont capables de «lire» la vérité dans la nature, comme le croit Emerson. Derrière les faits qu’accumule l’auteur, il y a une vision mystique – bonne ou maléfique, humaine ou inhumaine, cela n’est jamais expliqué.

    Le roman est moderne dans sa tendance à ne se référer qu’à lui-même. Herman Melville y commente souvent les processus de l’écriture, de la lecture et de la connaissance. Ainsi, l’un des chapitres de Moby Dick est une étude exhaustive dans laquelle le narrateur tente une classification à laquelle il renonce, affirmant que rien de grand ne peut jamais être mené à bien («Dieu me garde de jamais finir quoi que ce soit. Tout ce livre n’est qu’un brouillon – voire un brouillon de brouillon. O Temps, Force, Argent et Patience»). Cette idée d’un texte littéraire considéré comme une version imparfaite ou un brouillon abandonné est très contemporaine.

    Achab s’entête à imaginer un monde héroïque, hors du temps, un monde d’absolus dans lequel il se dressera au-dessus de ses hommes. Dans sa folie, il exige un texte terminé, une réponse. Mais le roman montre que, de même qu’il n’existe pas de textes achevés, il n’y a pas de réponses définitives sauf, peut-être, dans la mort.

    Certaines références littéraires résonnent dans tout le roman. Achab, par exemple, dont le nom est celui d’un roi de l’Ancien Testament, désire une connaissance totale, faustienne, divine. Comme Œdipe dans la tragédie de Sophocle, qui paie le tribut tragique d’un savoir néfaste, Achab est aveuglé avant d’être blessé à la jambe et enfin tué. Moby Dick se termine sur le mot «orphelin». Ismaël, le narrateur est un errant semblable à un orphelin. Son nom lui vient de la Genèse dans l’Ancien Testament: Ismaël était le fils d’Abraham et d’Agar – la servante de Sarah, épouse d’Abraham. Ismaël et sa mère furent chassés dans le désert par le patriarche.

    Il y a d’autres exemples encore. Rachel (une des femmes de Jacob) est le nom du bateau qui recueille Ismaël à la fin du livre. Enfin, la baleine métaphysique rappelle aux lecteurs juifs et chrétiens le récit biblique de l’aventure de Jonas, jeté par-dessus bord par des matelots persuadés qu’il leur portait malheur. Avalé par un «grand poisson», selon le texte de la Bible, il vécut un certain temps dans son estomac avant d’être rejeté sur la terre ferme, grâce à l’intervention divine. En essayant d’échapper au châtiment, il ne fit qu’accroître ses souffrances.

    Les références historiques enrichissent aussi la matière de son roman. Le Pequod porte le nom d’une tribu indienne de Nouvelle-Angleterre disparue; ainsi ce nom donne à penser que le navire est voué à disparaître. En fait, la chasse à la baleine était une industrie importante, surtout en Nouvelle-Angleterre, et fournissait l’huile, source d’énergie, en particulier pour les lampes. C’est ainsi que la baleine déverse littéralement sa «lumière» sur l’univers. La chasse à la baleine était expansionniste par nature et liée à l’idée de destinée manifeste, puisque les Américains devaient parcourir le monde à la recherche de leurs proies (en fait, l’Etat d’Hawaii est passé sous domination américaine, parce qu’il servait de principale escale pour les navires baleiniers américains). Les membres de l’équipage du Pequod représentent toutes les races et plusieurs religions, ce qui érige l’Amérique autant en symbole de l’esprit universel qu’en creuset démographique. Enfin, Achab incarne la version tragique de l’individualisme démocratique américain. Il affirme sa dignité d’individu et ose s’opposer aux forces inexorables de l’univers.

    L’épilogue du roman tempère la tragique disparition du navire. Melville ne cesse d’insister sur l’importance de l’amitié et de la communauté multiculturelle de l’humanité. Après le naufrage, Ismaël est sauvé par le cercueil qu’a fabriqué son ami intime: le courageux harponneur tatoué, le prince polynésien Queequeg. Les dessins primitifs, mythologiques, du cercueil résument l’histoire du cosmos. Ismaël est sauvé de la mort par un objet de mort. De la mort surgit la vie, en fin de compte.

    On a dit de Moby Dick que c’était une «épopée naturelle» – une superbe mise en scène du drame de l’esprit humain sur fond de nature primitive – à cause du mythe de la chasse, du thème initiatique, du symbolisme édénique de l’île, de la manière positive dont sont traités les peuples de l’ère prétechnologique et de la quête d’une re-naissance. Par cette façon de camper l’humanité seule face à la nature, le roman est éminemment américain. L’écrivain Alexis de Tocqueville avait prédit dans son œuvre publiée en 1835, De la démocratie en Amérique, que ce thème s’imposerait car c’était l’un des résultats de l’avènement de la démocratie : Les destinées humaines, l’homme, pris à part de son temps et de son pays, et placé en face de la nature et de Dieu, avec ses passions, ses doutes, ses prospérités inouïes et ses misères incompréhensibles deviendront pour ces peuples l’objet principal et presque unique de la poésie […]. Tocqueville pense que, dans une démocratie, la littérature se penchera surtout sur «l’homme dans les profondeurs de sa nature immatérielle» et non sur les simples apparences ou les distinctions superficielles de classe ou de position sociale. Il est certain que Moby Dick et Typee, comme Les Aventures d’Huckleberry Finn et Walden correspondent bien à cette description. Ces œuvres constituent des célébrations de la nature qui remettent en cause la civilisation urbaine, fondée sur la société de classes. »

    Katharyn VanSpanckeren, Esquisse de la littérature américaine. Ouvrage publié par l'Agence d'information des Etats-Unis

    Oeuvres

    Textes en ligne

    Hyperliens (melville.org)
    Bartleby, the Scrivener: Bartleby.com, University of Texas
    Benito Cereno (esp.org)
    Billy Budd (Bibliomania)
    The Confidence-Man (University of Virginia Library)
    The Confidence-Man: His Masquerade. A Hypertext
    The Encantadas, or Enchanted Isles (melville.org)
    Israel Potter: His Fifty Years of Exile (blackmask.com)
    The Lightning-Rod Man (melville.org)
    Moby Dick: University of Virginia Library, Project Gutenberg
    Omoo: Bibliomania, Project Gutenberg
    The Piazza Tales (esp.org)
    Pierre, or The Ambiguities (blackmask.com)
    Redburn: His First Voyage (blackmask.com)
    Typee: Bibliomania, Project Gutenberg


    Adaptations cinématographiques des oeuvres de Melville

    1956 - Moby Dick. Drame de John Huston avec Gregory Peck. Adaptation réussie du roman de Melville. Gregory Peck excellent dans le rôle, exigeant, du capitaine Achab.

    Documentation


    Genius Ignored, par Lucius Furius. Chapitre 6 consacré à Melville

    Ahab as Capitalist, Ahab as Communist: Revising Moby Dick for the Cold War, par Geraldine Murphy (Surfaces, vol. 4, 1994): L'auteure décrit le discours critique sur Melville comme un tribune importante dans le débat qui a permis aux American Studies, après la Seconde guerre, d'exorciser la vielle gauche et d'élaborer une nouvelle définition du libéralisme.

    Elisabeth Hardwick, Melville in love, New York Review of Books, 15 juin 2000

    John Leonard, The Wise Woman and the Whale, New York Review of Books, 20 juillet 2000
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2013-04-16
    Loading
    Informations
    Données biographiques
    Nationalité
    États-Unis
    Naissance
    1er août 1819, New York
    Déces
    Octobre 1891
    Raccourcis
    The Life and Work of Herman Melville
    Notice de l'Encyclopédie Hachette (Yahoo ! France)

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.