• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Flux RSS:

    Impression du texte

    Harmonie

    Définition

    Le mot grec armonia signifie juste proportion. Juste! Voici l'idéal au coeur de la matière. On dit aussi qu'il y a harmonie lorsque les éléments d'un ensemble sont ajustés en vue d'une fin. L'harmonie se distingue par là de l'équilibre. Dans l'équilibre, il n'y a pas d'autre fin que la stabilité, que l'annulation des forces les unes par les autres. On est bien près de la mort.

    Le premier sens du mot armonia est emboîtement, joint, jointure. La fin peut être ici la production d'un objet utile, une boîte par exemple. Même à ce degré très humble, l'harmonie est au-dessus de l'équilibre, elle suppose entre les parties une convenance qui est de l'ordre de la qualité. Il va presque de soi que le second sens du mot soit pacte, mariage. «Je suis en harmonie avec tout ce qui est harmonie en toi, ô monde! (...) Tout est fruit de ce que m'apportent tes saisons, ô nature!» Quand Marc-Aurèle exprime ainsi sa conception de la sagesse, c'est de l'harmonie avec le monde qu'il nous parle. Il utilise le verbe sunarmozw. Dans ce second sens, comme dans le troisième, juste proportion, l'idéal est présent, il y a composition verticale.

    Enjeux

    L'équilibre ou l'harmonie?

    «Ô mon maître [dit Gauvain], dans tout ce que vous venez de dire, où placez-vous le dévouement, le sacrifice, l'abnégation, l'entrelacement magnanime des bienveillances, l'amour ? Mettre tout en équilibre, c'est bien ; mettre tout en harmonie, c'est mieux. Au-dessus de la balance, il y a la lyre. Votre république dose, mesure et règle l'homme ; la mienne l'emporte en plein azur ; c'est la différence qu'il y a entre un théorème et un aigle.

    — Tu te perds dans le nuage.

    — Et vous dans le calcul.

    — Il y a du rêve dans l'harmonie.

    — Il y en a aussi dans l'algèbre.

    — Je voudrais l'homme fait par Euclide.

    — Et moi, dit Gauvain, je l'aimerais mieux fait par Homère. (Victor Hugo, Quatrevingt-treize, troisième partie, livre VII, V, pp. 425-426).

    Essentiel

    L'harmonie des sphères, évoquée par Victor Hugo

    «L'hymne éternel couvrait tout le globe inondé.
    Le monde, enveloppé dans cette symphonie,
    Comme il vogue dans l'air, voguait dans l'harmonie.

    Et pensif, j'écoutais ces harpes de l'éther,
    Perdu dans cette voix comme dans une mer.»

    Feuilles d'automne.


    Fragment de Philolaos, disciple de Pythagore.

    «L’harmonie provient toujours des contraires ; elle est en effet l’unité d’un mélange de plusieurs et "la pensée unique de pensant séparés. "» (Diels Kranz, Fragmente der Vorsokratiker, Philolaos Fr. 10)



    Fragments d'Héraclite, dans la traduction de Simone Weil.
    8. Ce qui s'oppose coopère, et de ce qui diverge procède la plus belle harmonie, et la lutte engendre toutes choses.
    51. Ils ne comprennent pas comment ce qui s'oppose s accorde dans une identité.
    L'harmonie est changement de côté (acte de tourner, va et vient, ),comme pour l'arc et la lyre.
    [Cf. Lao Tseu sur l'arc.]
    54. L'harmonie invisible est plus que l'harmonie manifeste.

    Documentation

    L'âme du monde et l'harmonie selon Platon.

    Meyer, Dominique (Académie des sciences). "La nature, leçon d'harmonie". Séance solennelle de rentrée des cinq Académies de l'Institut de France sur le thème "Harmonie" (26 octobre 2004) - format PDF (reproduit sur le site de l'Académie des sciences de France)

    L'harmonie universelle de Georges de Venise à Marin Mersenne, par Pierre Magnard, professeur à l'Université de Poitiers.

    «On sait le cri de Pascal : « Le silence éternel de ces espaces infinis m’effraie », exprimant la faillite d’une représentation de l’univers qui depuis l’Orphisme et le Pythagorisme avait, avec des fortunes diverses, su prévaloir jusqu’au seuil même de la modernité, au point de susciter encore des milliers de pages d’in-folio chez Mersenne et Kircher et de retentir encore, à la façon d’un écho qu’on ne parvient à étouffer dans l’œuvre de Leibniz. L’harmonie universelle c’était cette périodicité qui rythmait le devenir des êtres et des choses ; c’était aussi cette accentuation qui en colorait le déroulement pour lui conférer une valeur mélodique ; c’était enfin la disposition à intervalles favorables de tous ces processus de telle sorte, qu’en résultât un ensemble consonant. Notre propos n’est pas de faire l’histoire des emprunts de la cosmologie à la musique mais de comprendre à la faveur du passage d’une musica mundana à une « musique accentuelle », ce grand tournant du siècle qui, autour des années 1600, voit succéder à la polyphonie la monodie, au langage des choses les codes et algorithmes, à l’ontologie du beau l’esthétique.»
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations
    Documents Associés
    Platon
    Médecine, musique, amour, harmonie, consonnance, accord, contraire
    Raccourcis

    Référence


    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.