• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Flux RSS:

    Impression du texte

    Calvé Emma

    Célèbre cantatrice française...et provençale, aussi célèbre en son temps que Maria Callas un demi-siècle plus tard.

    Biographie

    Vedette avant l'ère des vedettes, cette grande artiste, amie de la reine Victoria et de Jean Richepin, le poète des gueux, mérite plus que les cent mots que lui consacrent les encyclopédies sur papier. Les cachets fabuleux qu'elle reçut suscitèrent quelques critiques dans les journaux américains. La réplique d'Eleonora Duse, la célèbre tragédienne, nous permet de bien situer son amie Emma: «Vous êtes-vous rendu compte, messieurs, de ce qu'il a fallu de générations, vivant paisiblement, loin des cités, respirant un air pur, pour créer une santé, des poumons parfaits, une voix! Ces grands artistes bénéficient de la sagesse de leurs devanciers. C'est leur seul héritage. Calvé m'a cité un mot de son père: «Ma petite fille, tu as hérité des économies de tes grand'mères qui filaient paisiblement au coin du feu. Ta voix est faite de leur silence...» (1)

    On a aussi dit que sa voix coulait comme les sources de son pays natal. La poétesse Anna de Noailles «l'a comparée à une perle qui rayonnerait de toutes les couleurs du prisme.» Cette voix, comme celle du ténor Caruso, était un don de la nature et de la culture première. L'enseignement formel lui permit de s'accomplir, il ne la créa point.
    Quelques années avant sa mort, Emma Calvé, confia ses mémoires à un éditeur, qui les publia sous le titre: Sous tous les ciels j'ai chanté. Témoignage précieux d'un être vrai, bien résumé par le vers d'Aubanel cité en exergue: «Qui chante, son mal enchante.» Son amie Eleonora Duse lui rappelera ces mots pour la consoler d'une peine d'amour qu'elle lui confia pudiquement, dans la seule allusion qu'elle fait à sa vie privée dans ses mémoires.

    Adolescente, elle quitte l'Aveyron pour Paris, accompagnée de sa mère, qui veillera sur sa santé et sur sa voix. Elle débuta à Bruxelles en 1882, dans le rôle de Marguerite de Faust. Un échec à la Scala en début de carrière, échec qu'elle sut transformer en épreuve, sera la seule ombre dans une carrière où elle ne connut que des soirées triomphales, dont plus de 3 000 dans le rôle de Carmen.

    C'est à Jean Richepin qu'elle fait le plus souvent allusion, mais elle montre aussi son attachement à Mistral et par là à sa Provence natale dans une longue anecdote en rapport avec la cérémonie d'ouverture du musée Arlaten à Arles. Elle évoque aussi sa rencontre avec Verlaine et Oscar Wilde en des termes qui nous donnent à entendre que sa richesse et son succès ne l'ont pas rendue indifférente au malheur. Elle connut également le poète italien Gabriele D'Annunzio. Elle était attachée comme lui à sa grande et à sa petite patrie.

    «Si la grande Patrie soulève notre âme
    La petite Patrie parle à notre coeur.» G. D'Annunzio Elle sut toucher les Américains à un point tel qu'au début de la guerre de 1914-1918, elle contribua efficacement à l'effort fait par le gouvernement français pour convaincre les Américains d'entrer en guerre contre l'Allemagne. En 1916, juste avant de s'embarquer pour la France, elle chanta la Marseillaise devant 30 000 personnes à New-York. «L'immense salle du Grand Central Palace pouvant contenir 30 000 personnes était comble. On avait improvisé une estrade que j'ai dû atteindre par une échelle.

    Toute vêtue de noir, drapée dans notre beau drapeau, j'ai entonné le premier couplet de notre glorieuse Marseillaise, dont le refrain était repris par les choeurs du Metropolitan Opera. Mais voilà que, après le deuxième couplet, la foule entière, dans un élan d'enthousiasme indescriptible, a poussé le cri: «Aux armes citoyens!» répercuté par l'immense verrière de la coupole avec une telle force que je me suis sentie vaciller comme un arbre qu'on vient de déraciner.» On a recuilli 500 000 francs pour les blessés de guerre à cette occasion.

    Son attachement pour la langue et la culture françaises, Emma Calvé avait eu auparavant l'occasion de le démontrer à Montréal.

    Elle fit ses adieux à l'Opéra en 1907, à l'occasion de la millième représentation de Carmen à Paris. «En effet, voulant finir en beauté, je suis décidée à quitter le théâtre pour toujours. En regardant mon visage de gitane, je lui ai dit un adieu sans retour! C'est de la folie disent parents et amis. Je ne veux pas que le public se lasse de moi. Il ne verra pas mes rides. Mon bon sens rouergat me suggère qu'à quarante-sept ans, on n'a plus le droit de jouer les amoureuses! Je vais continuer la carrière de concerts car ma voix n'a pas de rides.»

    Elle consacra les dernières années de sa vie à l'enseignement, suivant l'exemple de madame Laborde, son professeur. Elle réunissait ses élèves dans le château de Cabrières, près de Millau, acheté en 1894.

    Georges Girard nous apprend «qu'elle fit de son château de Cabrières, qu’elle avait acquis pour se ressourcer dans son pays, en une sorte de sanatorium pour les enfants pauvres de Millau. Elle n’hésita pas à soutenir les ouvriers gantiers lors de leurs grandes grèves durant les années trente.

    Voilà longtemps qu'elle n'était déjà plus la star qu'elle était durant la belle époque.»

    On présume qu'elle a beaucoup pris sur son capital pour accomplir ses oeuvres, car elle est morte dans le dénuement.

    Elle ne fait nullement allusion à ce dénuement dans ses mémoires, parus peu avant sa mort. Elle cite plutôt des vers de son compatriote Fabié sur la viellesse sereine.

    «Si vous avez semé votre âge le plus beau
    Sur les mille chemins où l'orgueil vous entraîne
    Le pays vous fera une vieillesse sereine
    Et l'ombre du clocher est si douce au tombeau.»

    Oeuvres

    Documentation

    Sa voix ? "Une alternance rare d'attaques mordantes et de sons filés, incroyablement purs, aux legati impeccables et à la variété étonnante de couleurs, réalisant un équilibre entre bel canto et vérisme, le tout servi par une grande stabilité dans l'émission vocale, ce qui lui permet aussi bien de chanter en virtuose les passages de pure technique que de produire des effets dramatiques avec les seuls sortilèges de la voix sans cesser d'être musicale." (Rodolfo Celleti)

    Jean Contrucci, Emma Calvé, La diva du siècle.

    Divers documents et sites font état de l'intérêt d'Emma Calvé pour l'ésotérisme et l'occultisme.
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations
    Données biographiques
    Nationalité
    France
    Naissance
    1858, Decazeville
    Déces
    1942
    Documents Associés
    Emma Calvé
    Virtuosité, Frédéric Mistral, Thomas Edison, Paul Verlaine, Oscar Wilde
    Raccourcis

    Référence


    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.