Merci d'encourager L'Agora
Faites un don via Paypal
Le site est en cours de modernisation. Nous vous invitons à utiliser la recherche pour repérer les contenus qui vous intéressent. Merci de votre patience et bonne lecture.

Richepin Jean

04 / 02 / 1849-12 / 12 / 1926
"Fils d’un médecin militaire, il fit de brillantes études et entra, en 1868, à l’École normale. Deux ans après, il s’engageait dans un corps de francs-tireurs qui suivit les mouvements de l’armée de Bourbaki, pendant la guerre franco-allemande (1870-71). En 1871, il écrivait dans La Vérité et dans Le Corsaire, et en 1873, il débutait au théâtre de la Tour-d’Auvergne, à la fois comme acteur et comme auteur dramatique, avec L’Étoile, pièce écrite en collaboration avec André Gill. Richepin était célèbre dans les cénacles du quartier latin où brillaient Ponchon, Sapek, Rollinat, Bourget. Il l’était par une passion effrénée d’indépendance, par des théories sociales truculentes, par certaines excentricités, par l’effervescence du « sang touranien » qui – disait-il – circulait dans ses veines, par sa vigueur et son habileté dans tous les sports, par sa mâle beauté. Il conquit du premier coup le grand public par sa Chanson des gueux (Paris, 1876, in-12), où, donnant libre carrière à sa verve, il exalta sans réticence « la poésie brutale de ces aventureux, de ces hardis, de ces enfants en révolte, à qui la société presque toujours fut marâtre, et qui, ne trouvant pas de lait à la mamelle de la mauvaise nourrice, mordent à même la chair pour calmer leur faim ». Quelques scènes trop vives offensèrent la pudeur d’un journal qui n’avait pas jusqu’alors passé pour un parangon de vertu. Sur la dénonciation du Charivari, le poème fut saisi le 24 mai 1876 et Richepin fut condamné le 15 juillet suivant, par le tribunal de police correctionnelle de la Seine, à un mois de prison et à 500 fr. d’amende, pour outrages à la morale publique et aux bonnes mœurs. Après avoir purgé sa condamnation à Sainte-Pélagie, Richepin, emporté par les ardeurs du sang touranien, s’engagea comme matelot sur un navire marchand, exerça toutes sortes de métiers, entre autres celui de débardeur, fréquenta des troupes de bohémiens. Cette vie active ne nuisait en rien à sa vie cérébrale et, non content de collaborer à des journaux littéraires comme Le Gil Blas, il donnait coup sur coup des études de mœurs, des romans, des poèmes et des drames. Les Caresses (Paris, 1877, in-12), Les Blasphèmes (1884, in-4), La Mer (1886, in-4), continuent logiquement l’œuvre de La Chanson des gueux. Avec de prodigieux effets de métrique, une richesse et une saveur de vocabulaire qui rappellent la manière de Rabelais, le poète chanta l’amour et la douleur, chanta les beautés et les fureurs de la mer, renversa comme un torrent brutal toutes les superstitions théologiques, toutes les chimères scientifiques, toutes les « douces et belles illusions » dont vit l’humanité, et il compléta cette œuvre de destruction par une analyse desséchante du moi : Mes paradis (1894, in-12). Dans ses romans, il recherchait l’étude des sensations curieuses, des monstruosités psychologiques, des curiosités de mœurs. Les Morts bizarres (1876, in-12) sont un extraordinaire recueil d’atrocités, de trépas inédits, de peintures de douleurs inouïes; mais où perce peut-être un peu trop cette sorte de parti pris « d’épouvanter les bourgeois » qui anima Baudelaire et Maxime Du Camp. Madame André (1878, in-12) et Césarine (1888, in-12) sont de supérieures études de psychologie, où la fiction serre de si près la réalité qu’elles semblent le récit d’aventures vécues; Le Pavé (1883, in-12) est une série de tableautins, vivement peints, représentant les types singuliers qui évoluent dans les rues de Paris, les spectacles qui mettent à nu les difformités de la grande ville. Puis toute une collection de monographies consacrées aux humbles et pittoresques bohèmes, paysans, truands que l’auteur affectionne : Miarka la fille à l’ourse (1883, in-12); Les Braves Gens (1886, in-12); Le Cadet (1890, in-12); Truandailles (1890, in-12); La Miseloque (1892, in-12); Flamboche (1895, in-12). Au théâtre, Richepin a apporté les mêmes préoccupations. Ses drames en vers, écrits dans la même langue opulente et éclatante, expriment les mêmes sentiments de mépris violent pour les conventions sociales. Vers la joie (Comédie-Française, 13 octobre 1894), Le Chemineau (Odéon, 16 février 1897), Les Truands (Odéon, 22 mars 1899), font le procès de la vie studieuse et contemplative de la vie des villes pour exalter la vie libre, fût-elle en marge des lois sociales. L’œuvre que nous venons d’analyser brièvement est déjà considérable : elle est d’un rude et laborieux ouvrier. Mais (…), il faut mentionner encore : Les Étapes d’un réfractaire, Jules Vallès (Paris, 1872, in-12); La Glu (1881, in-12), roman qui décrit avec une lucidité poignante la morbide action de certaines maîtresses sur les sens, et, par eux, sur le caractère de certains amants (représentés sous forme de drame, à l’Ambigu, en 1883); Quatre petits romans (1882, in-12); Nana Sahib, drame où l’auteur joua lui-même le premier rôle, avec Sarah Bernhardt, en 1883; Macbeth, drame en vers (Porte-Saint-Martin, 1884); Sappho (1884, in-12); Sophie Monnier, maîtresse de Mirabeau (1884, in-12); Monsieur Scapin (Comédie-Française, 1886), étourdissante reconstitution de la vieille comédie; Le Flibustier (comédie en vers, en trois actes, 1888) qui met en jeu les événements de la vie ordinaire des populations maritimes (représenté sous forme d’opéra-comique, musique de César Cui, en 1894); Par le glaive, drame en cinq actes (8 février 1892); L’Aimé (1893, in-12); Grandes Amoureuses (1896, in-12); Théâtre chimérique, 27 actes en prose et en vers (1896, in-12); La Martyre (Comédie-Française, 18 avril 1898), mettant en scène le conflit entre le paganisme et le christianisme; Le Chien de garde, drame en cinq actes (1898); Contes de la décadence romaine (1898, in-12); La Bombarde, Contes à chanter (1899, in-12); Lagibasse, roman magique (1899, in-12), etc."

Article « Richepin » de La grande encyclopédie: inventaire raisonné des sciences, des lettres et des arts. Tome vingt-huitième (Rabbinisme-Saas). Rréalisée par une société de savants et de gens de lettres sous la direction de MM. Berthelot, Hartwig Derenbourg, F.-Camille Dreyfus [et al.]. Réimpression non datée de l'édition de 1885-1902. Paris, Société anonyme de "La grande encyclopédie", [191-?], p. 649-650

Articles


Ballade Ponchon

Jean Richepin
De Jean Richepin et Maurice Bouchor, Raoul Ponchon disait: «ces plus que frères.»

Jean Richepin selon Barbey d’Aurevilly

Jules Barbey d'Aurevilly

Oiseaux de passage

Jean Richepin
Aux valeurs conventionnelles du bourgeois immobile, le poète oppose ses propres valeurs, fondées sur le désir et la chimère.