• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Flux RSS:

    Impression du texte

    Édouard Vuillard

    Peintre et lithographe français associé au post-impressionisme et au mouvement nabi (début en 1888, sous la direction de Paul Sérusier), réputé pour la grâce intimiste de son oeuvre. Il n'a que 15 ans à la mort de son père; pour faire vivre sa famille, sa mère avec laquelle il vivra jusqu'à ce qu'elle s'éteigne, en 1928 prendra le métier de couturière. D'où ces tissus, ces intérieurs étouffants qu'il rendait vivants à sa manière audacieuse et discrète, et ces paysages qui ressemblent à des tapisseries de grands maîtres.

    Biographie

    Il partagea un atelier avec Bonnard en 1891 (voir ses Femmes au jardin). Cest à cette époque qu'il s'associe au mouvement nabi, dont il sera peut-être le représentant le plus audacieux.

    Il privilégia pourtant les scènes intimistes et les intérieurs bourgeois, aimant peindre les gens «chez eux». Ses scènes extérieures sont des paysages, des parcs, de vastes espaces bien remplis. L'apprentissage de la photographie aurait changé sa manière de travailler: «Souvent, Vuillard prend son Kodak et saisit un "instantané" de la scène... La comparaison entre certaines photographies et le petit tableau du Jardin est particulièrement intéressante: on y retrouve la même atmosphère mais l'opposition vigoureuse des parties ensoleillées et des zones d'ombre est traduite avec des couleurs douces et une matière mate très éloignées de la photographie.» (Agnès Delannoy). Il utilisa largement la technique de la peinture à la colle, généralement utilisée pour les décors de théâtre.


    *******


    «Dans l’histoire de l’art, Vuillard avait toujours été considéré comme un être timide, introverti et détaché de ce monde. Notre recherche a dévoilé un personnage haut en couleur, discrètement autoritaire, parfois soupe au lait, catégorique, passionné, un homme capable d’imposer ses opinions à ses proches et surtout, un artiste qui a su transformer des scènes banales du quotidien en tableaux d’une grande densité émotive.»

    Guy Cogeval, directeur du Musée des beaux-arts de Montréal, spécialiste mondial d’Édouard Vuillard, interrogé par Collage.

    Oeuvres

    Autoportrait, autre.
    Autoportrait, 1889.
    Autoportrait à l'âge de 21 ans, 1889.
    Robe fleurie, 1891.
    Femmes au jardin. «Le Cantique des Cantiques», 1891.
    Projet pour un écran, 1892-1893.
    Le rideau jaune, 1893.
    Madame Vuillard cousant.
    Quai le Pouliguen.
    Enfant avec écharpe rouge.
    Femme cousant.
    Le pot de fleurs.
    Nature morte.
    Pierrot.
    Le jardin à Amfreville.
    Femme et enfant au jardin.
    Dans le jardin.
    Café au Bois-de-Boulogne.
    À l'intérieur.
    Les couturières sous la lampe.
    Au lit (?)
    L'attente (?)
    Femme en rouge faisant dos à la fenêtre.
    À l'opéra.
    Monsieur bute l'amant de sa femme; belle opération, 1890.
    Autoportrait à la canne et au canotier, vers 1891.
    Porte entr'ouverte, 1891.
    La femme en bleu, 1891.
    La conversation, 1891.
    Au lit, 1891.
    Portrait de Lugné-Poë, 1891.
    Nature morte et salade verte, 1891.
    Sommeil, 1891.
    Décor pour la pièce de théâtre La farce du pâté et de la tarte, 1895.
    Intérieur à la table à ouvrage ou Le Prétendant, 1893.
    Deux femmes buvant du café, 1893.
    Âme solitaire, 1893.
    Les jardins publics, série de neuf panneaux peints en 1894 (La conversation, Tuilleries, Sous les arbres), destinée à décorer la salle à manger d’Alexandre Natanson, directeur de La Revue blanche qui soutient les nabis; un chef-d'oeuvre du postimpressionisme. Extrait video.
    Quatre femmes avec drôles de chapeaux, 1894-1895.
    Intimité, 1895.
    Les tuilleries, 1895
    Le corsage rayé, 1895.
    L'album, la tapisserie, la table de toilette, le pot de grès, 1895.
    Femme cousant près de la fenêtre du jardin, 1895.
    Portrait d'actrice (1895), Femme dans son studio (1895), Tablier de cheminée au château de Claye (1920), Portrait de madame Lanvin dans son atelier de travail.
    La lectrice, 1896.
    Madame Bonnard, 1895-1900.
    Salon Natanson, 1897.
    À travers champs, 1897-1898.
    Jeux d'enfants, 1897.
    Les deux belles-soeurs, 1897-1898.
    Boîte à couleurs de l'artiste et roses, 1898.
    La partie fine, 1898.
    Portrait de Toulouse-Lautrec, 1898.
    Intérieur à la Suspension, 1898-1899.
    Dans la chambre, 1899.
    L'avenue, 1899.
    Le jeu d'échecs, 1899.
    L'âtre, 1899.
    Les premiers fruits, 1899.
    Scène dans un café, 1899.
    Fenêtre donnant sur les bois, 1899.
    Portrait de madame Hessel, avant 1900.
    Après le repas, 1900.
    Rue Truffaut, autour de 1900.
    Déjeuner, 1901.
    Le déjeuner à Vasouy, 1901, 1935.
    Le déjeuner à Villeneuve-sur-Yonne, 1902.
    La côte à Honfleur, autour de 1903-1904.
    Madame Arthur Fontaine, 1904-1905.
    Docteur Georges Viau traitant Annette Roussed, 1906.
    Claude Bernhein de Villers, 1906.
    Cheval et cariole, 1907.
    Thaddy Natanson, 1907-1908.
    Jardin à l'Étang-la-ville, vers 1908.
    Enfants, autour de 1909.
    Denise Natanson et Marcelle Aron, autour de 1910.
    Place Vintimille, 1911.
    La bibliothèque, 1911.
    Le Petit Café, 1912-1913.
    Le malade imaginaire, 1912-1913.
    Place Vintimille, 1916.
    Place Vintimille, 1915-1916, 1923.
    Interrogatoire d'un prisonnier, 1917.
    Nu debout dans l'atelier, 1918.
    Verdure, chêne et fruitière, 1918.
    Pont de Honfleur, 1919 (dernière image).
    L'intérieur au canapé, autour de 1920.
    Ma mère à Normandie, 1923.
    Les tasses noires, 1925.
    Le jardin de Vaucresson, 1923, 1937.
    Chapelle du château de Versailles, 1928.
    Madame Hessel, 1930.
    Comtesse Jean de Polignac, 1932.
    Jeanne Lanvin, 1935.

    Documentation

    Portrait de Odilon Redon en 1900.
    Le jeune Vuillard
    Guy Cogeval, en collaboration avec Antoine Salomon, petit-neveu de l’artiste, fruit de six ans de recherches pionnières, Édouard Vuillard : le regard innombrable. Catalogue critique des peintures et des pastels comprenant trois volumes totalisant 1900 pages et quelque 3000 illustrations d’œuvres dont plusieurs n’ont jamais été exposées ni reproduites. Publié par l’Institut Wildenstein et les éditions Skira (Milan). Voir résumé en anglais.
    Guy Cogeval, Edouard Vuillard, le temps détourné, Paris, Galllimard, 1993.
    Jessica Nadeau, article sur l'expo du MAC, Le Devoir, 11 mai 2003.
    Après l'impressionnisme (comprenant Vuillard, Jardins publics). DVD à paraître en septembre 2003

    Sidlauskas, Susan. "Contesting femininity : Vuillard's family pictures - painter Edouard Vuillard", The Art Bulletin, mars 1997 (Looksmart)
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations
    Données biographiques
    Nationalité
    France
    Naissance
    11/11/1868, Cuiseaux
    Déces
    21/6/1940
    Raccourcis
    Vuillard à la Fondation Bemberg
    Les Nabis, prophètes de l'art moderne: quelques énoncés de ralliement
    Exposition MAC 15 mai-24 août (des premiers dessins de 1987 aux derniers tableaux de 1938); Grand Palais 25 sept.-4janv.
    Photo de Vuillard

    Référence


    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.