• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition


    Impression du texte

    Gounod Charles

    Compositeur français.

    Biographie

    «On a fêté, en 1918, le centenaire de la naissance de Gounod. L'époque était alors mal choisie pour célébrer un musicien aussi détaché de la haine et de l'idée de vengeance, un musicien qui, toute sa vie, ne songea qu'à l'amour. Les amants de Vérone intéressaient alors fort peu les Européens, occupés à la guerre, et l'histoire n'a pas eu l'occasion de donner à Gounod la place à laquelle il a droit.

    Cependant, des revues ont consacré des numéros entiers à l'auteur de Faust et de Roméo. Les plus célèbres musiciens du monde ont exprimé leur admiration pour le grand musicien de l'amour. On a publié leurs hommages et, en même temps qu'on a ressuscité les critiques qu'avait motivées l'apparition de Faust et de Roméo, de nombreux documents et lettres ont paru qui nous éclairent sur les débuts du jeune Charles Gounod.

    Parmi ces éloges, signés des plus grands noms, on trouve, certes, quelques vilains échos et il s'en faut que Faust, par exemple, ait été un succès immédiat. Au contraire. Wagner écrivit même que Faust était une insulte au génie allemand. « Faust est un salmigondis nauséabond, disait-il, une platitude douceâtre, dans un style affecté de femme galante, avec la musique d'un talent subalterne qui voudrait arriver à quelque chose et, dans sa détresse, a recours à tous les moyens. » En échange de tout ce fiel, Gounod se fit le défenseur de Tannhâuser et de Lohengrin à Paris, ainsi que le rappelle son biographe, Camille Bellaigue.

    Il eut cependant l'honneur de compter des défenseurs acharnés et convaincus, tels que Berlioz, Hans de Bulow, Bizet, Reyer, César Cui, Glazounow, Rimsky-Korsakow, Henri Duparc, Vincent d'Indy et, surtout, le plus chaud et le plus éloquent de tous, Saint-Saëns. Il ne faut pas, non plus, oublier Raymond Poincaré, dont certain discours sur Gounod reste fameux.

    Debussy lui-même ne fut pas insensible à la musique de Gounod. A ceux qui se demandaient pourquoi l'Opéra s'obstinait à jouer Faust, qui est toujours le grand succès de la maison, il répondit que « les raisons de durer dans la mémoire des hommes sont multiples et n'ont pas toujours besoin d'être considérables. Émouvoir une grande partie de ses contemporains est un des meilleurs moyens de durer ». Nul ne contestera qu'en ce domaine, Gounod ait réussi mieux qu'aucun autre.

    Mais qui donc a pu rester insensible au charme sans pareil des nombreuses belles pages de Roméo et de la scène du Jardin, dans Faust ? Oh! je sais bien que, dans ma première jeunesse, j'ai, moi aussi, résisté... Mais, à dix-huit ans, on a le droit d'être inhumain. Un peu plus tard, on ose avouer un tendre respect pour le cher « grand-père souriant et généreux » qu'était Gounod, et on peut l'aimer sans arrière-pensée. Aujourd'hui, je prends un plaisir ineffable à Roméo et Juliette, où l'on trouve les plus beaux modèles de phrases chantées qui soient dans la musique de théâtre. Peu m'importe que la polyphonie qui recouvre tout cela soit mince et sans beaucoup d'intérêt. Elle est loin d'être pauvre et il faut reconnaître que tout y est à sa place et que rien n'est plus vocal qu'une mélodie de Gounod. Dans chacun des duos d'amour qui illuminent l’œuvre toute entière, l'âme même de la musique s'envole dans une atmosphère douce et amoureuse et nous entraîne avec elle.

    Tout reste humain dans cette musique, rien n'est transposé de façon abstraite. Au contraire, on sent tout près de soi la vérité objective et sensible, le souffle vivant de Juliette et de Roméo. La passion, un peu timide, d'abord, s'exalte peu à peu en des duos tels que celui des fiançailles, celui de l'hyménée, pour atteindre enfin son apogée dans la scène du tombeau, qui est d'une grande puissance dramatique et dynamique. Sur ce sommet, Shakespeare et Gounod se rencontrent admirablement, dans un même degré d'intensité et d'émotion. La musique et la poésie consacrent enfin les amours malheureuses des adolescents de Vérone.

    Cette oeuvre n'est pas facile à jouer. Elle l'est encore moins à chanter. Mais pour peu que l'on joue et que l'on chante bien, elle prend facilement corps et elle peut alors convaincre les plus irréductibles.»

    Léo-Pol Morin, Musique, Montréal, Beauchemin, 1946

    Documentation

    Soubies, A., et Curzon, H. de. "Le Faust de Gounod en 1859 et ses 57 premières recettes", Bulletin de la Société de l'histoire du théâtre, no 3-4, mai-août 1911, p. 158-170 (Bibliothèque nationale de France, Gallica - mode image, format PDF)
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading

    60%
    Dons reçus (2016-2017): 11 937$
    Objectif (2016-2017): 20 000$


    Nous avons reçu 18 600$ lors de la campagne 2015-2016. Nous vous remercions de votre générosité. Pour la campagne 2016-2017, notre objectif s'élève à 20 000$.

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.