Merci d'encourager L'Agora
Faites un don via Paypal
Le site est en cours de modernisation. Nous vous invitons à utiliser la recherche pour repérer les contenus qui vous intéressent. Merci de votre patience et bonne lecture.

Un Noël en musique

Stéphane Stapinsky

Le temps des Fêtes est une période féconde pour l’industrie musicale. A chaque année, sont réédités, pour l’occasion, les “classiques”, profanes ou religieux. Les vedettes du moment nous proposent aussi leur répertoire choisi de Noël, pas toujours avec grand succès (ou du meilleur goût) d’ailleurs. Pop, rock, “world music”, jazz, country, blues, classique “léger”: tous les genres sont représentés. L’accent, la plupart du temps, est mis sur l’aspect festif de la période qui marque la fin d’une année et le début d’une autre.

Mais la musique, en ce temps de l’année, peut prendre un sens plus profond. Ceux qui ont grandi dans un milieu chrétien savent que Noël est une fête qui fait une place royale à la musique, notamment au chant. Combien de chants associés à Pâques connaissez-vous? Je l'ignore mais je suis prêt à parier que plus nombreux encore sont ceux qui vous viennent à l’esprit lorsqu’il s’agit de la fête de la Nativité. Question de se mettre dans l’ambiance, l'Ensemble Vocal l'Alliance vous en propose quelques-uns, chantés en français (https://www.youtube.com/watch?v=obuzfje_w9c).

La naissance du Christ a inspiré les compositeurs de toutes les époques. Même ceux qui n’étaient pas, dans leur vie, particulièrement religieux ou croyants. Le présent article entend vous proposer un choix bien personnel d’oeuvres, parfois très connues, parfois moins, composées pour célébrer cette grande fête chrétienne.

Musique de l’Avent

Disons d’abord que bon nombre de pièces musicales ont été créées, au fil des siècles, afin d’accompagner le croyant durant l’Avent (du latin adventus : avènement, arrivée du Messie). Il s’agit, rappelons-le, de la période de quatre semaines qui précède Noël.

J’aime le mot Avent. Lorsqu’on le prononce, on sent le vent divin, l’Esprit souffler… Et on pense aussi à l’avant, ce qui suggère l’idée d’une attente, d’un recueillement, d’une purification nécessaires avant l’Événement, à savoir la célébration de l’arrivée sur Terre du Christ.

Le moyen âge nous a laissé d’innombrables chants et hymnes, dont plusieurs pour l’Avent. En voici un, datant du 7e siècle, interprété par l’Ensemble Clément Janequin, dirigé par Dominique Visse: Conditor alme siderum  (Puissant Créateur des astres) -- https://www.youtube.com/watch?v=-jkrmpyitvo

Le compositeur hongrois du début du 20e siècle, Zoltán Kodály a pour sa part proposé une version chorale de l'hymne ancien “Veni, veni Emmanuel” (Ô viens, Ô viens Emmanuel). On peut l’écouter ici, interprété par L'Accroche-Chœur – ensemble vocal Fribourg:

https://www.youtube.com/watch?v=xri1gdoaqu4

Vous trouverez, au bout de ce lien, d’autres chants et hymnes pour l’Avent, interprétés par divers ensembles, qui accompagneront vos prières, votre réflexion ou simplement votre contemplation de la beauté :

https://www.youtube.com/watch?v=btcu3pehi74&list=plu8fhhwd3acf9ubzwxywrvmisbodjrrc4

Je ferai dans cet article, comme nous le verrons plus loin, une place importante à la musique française de l’époque baroque, que j’affectionne. En premier lieu, voici une oeuvre d’un de mes compositeurs de prédilection : Marc-Antoine Charpentier (1643-1704). Je vous propose d’écouter les Antiennes "O" de l'Avent, H. 36-43, dans une interprétation musicalement irréprochable et spirituellement élevée de l’ensemble Les Arts Florissants dirigé par William Christie (peut-être le meilleur spécialiste de Charpentier) : https://www.youtube.com/watch?v=0lkrfwnknhs. En guise de complément, l'oratorio de Noël In Nativitatem D.N.J.C. Canticum (H.414), oeuvre émouvante, d'une grande délicatesse d'écriture.

Une précision intéressante figure dans les notes d’accompagnement : “L'initiale du premier mot de ces sept antiennes de la dernière à la première donne en inversé (« en miroir ») , en latin l'acrostiche ERO CRAS : « Demain je serai là » présent dans l'Office de la Nuit de Noël eucharistique. En rajoutant l'antienne Ô Virgine Virginum, cela donne aussi « vero cras ». Il s'agit bien entendu de Noël et du Dieu Éternel entré dans le temps.”

Les cantates sacrées de Jean-Sébastien Bach sont rythmées par les fêtes et le calendrier liturgique. Celles qui nous restent sont au nombre d’environ 200. Parmi celles-ci, quelques cantates pour l’Avent -- celles qui portent, par exemple, les numéros BWV 61, 99, 125 et 186.

Mon choix d’écoute sera aujourd’hui la cantate BWV 61 ("Nun komm der Heiden Heiland" - “Maintenant viens, Sauveur des gentils”) pour le premier dimanche de l'Avent. Elle fut jouée pour la première fois le Weimar le 2 décembre 1714. On trouvera ici la traduction française du livret: http://www.bach-cantatas.com/texts/bwv61-fre6.htm

Je vous propose d’abord une vidéo qui nous livre une interprétation de Nikolaus Harnoncourt, un pionnier du renouveau baroque, avec son ensemble, le Concentus Musicus Wien. C’est pour moi l’occasion de saluer ce chef génial disparu l’an dernier. L’enregistrement a eu lieu en 2000, dans un lieu inspirant, soit le monastère bénédictin de Melk, en Autriche (https://www.youtube.com/watch?v=plpsqmofxba).

Autre version vidéo, celle de deux ensembles moins connus, l’orchestre baroque L’Arco et le choeur d’enfants de Hanovre (Allemagne), placés sous la direction de Jorg Breiding. Le programme est complété par d’autres cantates ainsi que par une interprétation de l’Oratorio de Noel, toujours de Bach (https://www.youtube.com/watch?v=nh_fjxcrnnc).

La version que je préfère, plus coulante, est celle de John Eliot Gardiner, dirigeant les English Baroque Soloists et le Choeur Monteverdi. Il est secondé par une équipe de solistes réputés: Nancy Argenta (soprano), Olaf Bär (baryton), Petra Lang (mezzo soprano) et Anthony Rolfe Johnson (ténor). Il s’agit ici d’un enregistrement audio (https://www.youtube.com/watch?v=_lobKhBXUJA).

Rien ne vaut, pour la qualité du chant et l’émotion, les choeurs et les maîtrises anglaises. On peut le constater ici avec la Chorale du Trinity College de l’Université de Cambridge, en Angleterre. Rappelons que ce collège a été fondé en 1546 par Henri VIII. C’est le plus grand des 31 colleges de cette fameuse université. Je vous propose d’écouter la cérémonie de l’Avent enregistrée le 25 novembre 2012, qui a eu lieu dans la chapelle du collège. L’ensemble vocal est dirigé par un musicien réputé, Stephen Layton. Le programme est varié et inclut, à côté des plusieurs hymnes et chants traditionnels, des pièces de Brahms et de Messiaen (orgue). Le choeur interprète même le Salve Regina de Poulenc. Un tel office, à la lueur des bougies, est proprement bouleversant. Qu’ils sont beaux, accompagnés par l’orgue, ces hymnes si poignants, qu’entonnent avec ferveur les fidèles rassemblés! (https://www.youtube.com/watch?v=ckak8srqrkg)

Pour finir, l’enregistrement vidéo d’un concert de l’Avent donné par l’orchestre du Staatskapelle de Dresde le 26 novembre 2016, dans le décor somptueux de la célèbre église Notre-Dame (Frauenkirche). Il s'agit de l’un des fleurons de Dresde que, depuis l’époque baroque, on surnomme la Florence de l’Elbe. Le bâtiment fut presque entièrement détruit, comme la majeure partie de la ville, lors du bombardement allié du 13 février 1945. Sa reconstruction à l'identique débuta en 1994 et fut achevée en 2005 (https://fr.wikipedia.org/wiki/église_notre-dame_de_dresde). Au programme, plusieurs grands noms et des oeuvres connues: Felix Mendelssohn Bartholdy (extraits de ses 2e et 5e symphonies), Schubert (Magnificat), Bruckner (Ave Maria), Händel (extrait de Rinaldo), le célébrissime Exsultate jubilate de Mozart (https://www.youtube.com/watch?v=bya_kcj3vds).

Musique pour la fête de Noël

L’offre musicale du temps de Noël est évidemment plus abondante que celle de l’Avent. Le choix que je vous propose couvre une vaste période, allant du Moyen Age à l’époque contemporaine. Pour l’essentiel, il s’agit d’oeuvres appartenant à la catégorie “musique classique”. Mais je ne me priverai pas du plaisir de vous offrir quelques hors-d’oeuvre plus légers en conclusion de cet article.

Cette musique de Noël, tout particulièrement lorsqu’il s’agit d’oeuvres sacrées, baigne dans la joie. Cela n’est pas étonnant. “L’Avent et Noël font donc mémoire de la manifestation de Dieu dans l'histoire des hommes et c'est pourquoi effectivement, il est juste de parler de ce temps comme un temps de joie. Mais la joie ne vient pas tellement de la naissance de l'enfant, que de ce qu'elle signifie : Dieu avec nous, comme on l'entendra le 4e dimanche de l'Avent pendant la lecture de la prophétie d'Isaïe 7. Le Seigneur lui-même vous donnera un signe : Voici que la jeune femme est enceinte, elle enfantera un fils, et on l'appellera Emmanuel, (c'est-à-dire : Dieu-avec-nous)
(Isaïe 7,14).” (source)

Moyen Âge

Du chant grégorien et des choeurs de moines. C’est ce que j’aimerais vous proposer en premier lieu. Nous entrons ainsi par la grande porte de l’intériorité.

Chants du propre de la Messe de Jour de la Nativité enregistrés en 1981 par le Chœur des moines de l'Abbaye bénédictine de Fontgombault.
https://www.youtube.com/watch?v=ozobr3qg9ve

Messe de Minuit. Antienne d'entrée : “Dominus dixit ad me”, interprétée par le choeur des moines de l'Abbaye Saint-Pierre de Solesmes.
https://www.youtube.com/watch?v=926srcpxbiu

Quelques enregistrements passionnants réalisés par des ensembles spécialisés en musique ancienne viendront compléter ce bref panorama médiéval:

Une messe du Jour de Noël composée par Léonin (en latin Leoninus, né vers 1150 - mort vers 1210), maître de musique de la cathédrale Notre-Dame de Paris. C’est l’Ensemble Organum, dirigé par Marcel Pérès qui en propose ici une recréation.
https://www.youtube.com/watch?v=6myfzf5o8qy

Chants de Noël et motets du moyen âge
Un autre bel album. Des voix féminines, cette fois, et, je vous en fais l'aveu, j'adore. Anonymous 4 est un groupe de quatre chanteuses a cappella américaines, qui se spécialise dans le répertoire ancien. Tant de simplicité et tant de beauté. On n'a pas besoin d'autre instrument que la voix lorsqu'on chante ainsi...
Anonymous 4, 'On Yoolis Night - Medieval carols & motets' - https://www.youtube.com/watch?v=kurfd51mns8

Enfin, on découvrira avec plaisir cette anthologie, par un ensemble anglais, d’hymnes traditionnels et de chants de Noël. Y figurent notamment une pièce de Hildegarde von Bingen et une autre d’Abélard. L’interprétation, épurée, équilibrée, réjouit notre âme tout en l’allégeant.
Medieval Christmas - Jeremy Summerly / Oxford Camerata -- https://www.youtube.com/watch?v=r1v9z1b_ly0

Le 17e siècle

On me permettra d’abord de rappeler que 2017 marque le 450e anniversaire de naissance de Claudio Monteverdi (1567-1643), qu'on présente traditionnellement comme l’inventeur de l’opéra. Monteverdi : “génie entre Renaissance et Baroque dont l’écriture sut exprimer comme nul autre avant lui, la profondeur et la sensualité du sentiment ; inventant au terme d’une longue évolution personnelle, l’opéra, grâce à ses styles implorant (prière de l’église), langoureux (désir amoureux) et surtout « concitato » (agité, celui énergique du combat …), Monteverdi maître d’une nouvelle harmonie, plus riche en accords dissonnants assumés, invente littéralement la langue lyrique, alors façonnée pour exprimer l’intensité du drame musical.” (source)

Écoutons le chef anglais John Eliot Gardiner, qui dirige le Choeur et l’orchestre Monteverdi, évoquer la signification de cet anniversaire : https://www.youtube.com/watch?v=dq7zy70ghd4

André Marcon, qui est à la tête de l’orchestre baroque et de l’ensemble vocal La Cetra, établi à Bâle (Suisse), nous propose, quant à lui, la reconstitution d’hypothétiques Vêpres de Noël du compositeur crémonais. Ceux qui sont familiers de l’oeuvre de Monteverdi y reconnaîtront son écriture, notamment dans l’ouverture, dramatique, avec trompettes et trombones, qui s’apparente à celle des Vêpres de la Sainte Vierge. Les voix, ici, sont sublimes, et l’interprétation sur instruments anciens, d’une stupéfiante beauté.

Partie 1: https://www.youtube.com/watch?v=ry3vap1iro4
Partie 2 : https://www.youtube.com/watch?v=bycft_mmewk

Autre reconstruction d’une oeuvre de Monteverdi, par l’ensemble américain Voices of Music, dirigé par Hanneke van Proosdij et David Tayler. Il s’agit d’un duo célèbre du compositeur italien, Chiome d’oro, dont les paroles ont été remplacées par un nouveau texte latin (Puer natus) afin qu'il puisse être intégré à un concert consacré aux Vêpres vénitiennes de Noël. L’interprétation date de décembre 2013 :  https://www.youtube.com/watch?v=uple0ibit0s

Franchissons maintenant les Alpes et allons vers le nord. L'Ensemble Gilles Binchois (direction: Dominique Vellard) et le choeur Altitude (direction : Cyprien Sadek) nous proposent un concert intitulé "Un Noël allemand au 17e siècle", qui fut donné le 30 décembre 2015 en l'église du Sacré-Cœur à Dijon (France). Au programme, des pièces de  Schütz, de Scheidt et de Schenck (https://www.youtube.com/watch?v=ur0asw_dvve).

Un chef-d’oeuvre qu’on ne peut oublier en cette période de l’année : L’Oratorio de Noël de Heinrich Schütz (1585–1672). Plus précisément, le titre en est : L’Histoire de la nativité pleine d’allégresse et de grâce du fils de Dieu et de la Vierge Marie, Jésus-Christ (SWV 435).

“Il ne s’agit cependant pas d’un Oratorio comparable à ceux que Haendel et Bach composeront plus tard. Ici, aucune poésie madrigalesque ne vient paraphraser les Ecritures. Le texte repose en effet sur les récits se rapportant à la nativité et à la prime enfance de Jésus dans les Evangiles selon Saint Luc (2, 1-11) et, pour l’essentiel, selon Saint Matthieu (2, 1-23). En guise de conclusion est ajouté le Verset qui, chez Saint Luc, vient clore le récit de la présentation au Temple de Jésus (2,40), puis un ultime chœur festif dont les paroles (“Dank sagen wir alle”- “Rendons tous grâce”) est une traduction de la Séquence latine Grates nunc omnes.

(...)

L’Histoire de la Nativité se présente comme une succession et une cohabitation harmonieuses de formes diverses: chœurs polyphoniques, trios, air d’exhortation, méditation grave, parlando… Huit intermèdes aux riches parures instrumentales font intervenir les personnages actifs de l’histoire (“soliloquentes”): l’ange annonciateur, l’armée céleste des anges, les bergers, les mages, les grands prêtres, Hérode.

Ces véhicules de l’action, qui rythment et dynamisent l’architecture de la partition, sont conçus comme des Concertos sacrés. Chaque personnage ou chaque groupe de personnages qui y apparaît possède une formation vocale et instrumentale spécifique : le principe fondamental veut que les paroles des anges soient caractérisées musicalement par les cordes, celles des hommes par les vents. Instruments traditionnellement royaux, les clarines (qui peuvent être remplacées par des cornets) sont assignées au roi Hérode, les flûtes le sont aux trois bergers, les trombones aux grands prêtres et aux scribes, sans doute en souvenir de certaines citations de l’Ancien Testament (telle Josué 6,4: “Et les prêtres sonnèrent des trombones”).

Ce schéma de correspondance anges/cordes et hommes/vents est abandonné uniquement dans l’instrumentation des paroles des rois mages: leur sont assignés, comme aux cohortes des anges, deux violons.

Le recitativo du ténor, remplissant le rôle de l’Evangéliste, sert de lien entre ces divers intermèdes, et deux chœurs ceinturent l’ensemble.” (source)

En voici deux versions.

Celle de René Jacobs, éminent spécialiste de la musique ancienne, dirigeant son Concerto Vocale, dans une interprétation d'une réelle splendeur vocale et instrumentale, qui rend justice à la dimension mystique de l'oeuvre.
https://www.youtube.com/watch?v=vgwckhixduo

Cette autre, de très haut niveau également, par l'Ensemble Akademia, dirigé par Françoise Lasserre (avec, en supplément,quelques autres oeuvres du compositeur: deux extraits des Petits Concerts Spirituels (vol. II) : O Misericordissime Jesu SWV 309 et Sei gegrüsset, Maria SWV 333 ; Magnificat SWV 468 ; Veni Sancte Spiritus SWV 475 ; Alleluja ! Lobet den Herren in seinem Heiligtum SWV 475). Un interprétation toute en nuances et pleine de vie.
https://www.youtube.com/watch?v=tywp2eqiikg

 

Le baroque français

Je vous ai avoué, plus haut, mon affection profonde pour Marc-Antoine Charpentier. Permettez-moi de vous présenter quelques belles interprétations de ses oeuvres disponibles en ligne.

En premier lieu, un oeuvre qui illustre un moment essentiel de la liturgie de Noël : la messe de minuit.

Marc-Antoine Charpentier - Messe de minuit H. 9, à 4 voix, flûtes et violons pour Noël (1690).
Une chef-d'oeuvre émouvant, dans lequel il intègre onze Noëls populaires. Je vous en propose trois versions:

Une interprétation des Musiciens du Louvre, dirigés par Marc Minkowski. Une grande version par un spécialiste de cette musique
https://www.youtube.com/watch?v=dd9xvcpqbfy

Une interprétation des Muses Galantes, accompagnées par la Maîtrise de garçons de Notre-Dame de Versailles
et les Petits Chanteurs de Saint-Ferdinand des Ternes, placés sous la direction de Jean-François Frémont
https://www.youtube.com/watch?v=pkwu3hr8icw

Une autre version, par l'ensemble Capella '415 (Moscou, septembre 2015). Ici, les flûtes sont remplacées par des hautbois.
https://www.youtube.com/watch?v=4xkg2st-w90

Une autre oeuvre proposée par Les Arts Florissants de William Christie. Encore une fois, une interprétation remarquable.

Charpentier - Pastorale sur la naissance de Notre Seigneur Jésus, H. 483
https://www.youtube.com/watch?v=pnff9umrqfi

J'ai fait jusqu'ici une très large place aux oeuvres vocales. Je vous présenterai maintenant quelques interprétations d'oeuvres instrumentales. Toujours Charpentier, ici dans des Noëls pour instruments. Ces pièces sont jouées par l'ensemble québécois Les Violons du Roy, sous la direction de Bernard Labadie.
https://www.youtube.com/watch?v=62qhmnksomk

Noël, sans musique d'orgue, ce n'est pas vraiment Noël. Et que soient détrompés tous ceux qui voient l'orgue comme un instrument austère, voire sinistre. C'est la joie, la grande joie divine qui se dégage de ses Noëls pour orgue, qu'ils soient de Daquin, Dandrieu, Balbastre ou Lebêgue.

Je vous présenterai d'abord un enregistrement cher à mon coeur, déjà ancien (1962), et que j'ai écouté à d'innombrables reprises. Il s'agit d'un choix de Noëls (nos 6, 8, 9, 10, 11 et 12) de L. C. Daquin, des oeuvres qui datent de l'année 1757. Michel Chapuis les interprète, à l'orgue historique A. et J. A. Silbermann (1710) de Marmoutier (https://www.youtube.com/watch?v=8rafhfqdiaa).

Autre disque de grande qualité. Des Noëls pour orgue de Lebègue, Daquin, Dandrieu et Balbastre, interprétés par Marie-Claire Alain, aux grandes orgues historiques Moucherel-Formentelli de la Cathédrale Sainte Cécile d'Albi (https://www.youtube.com/watch?v=9rojbxpkme0). Marie-Claire Alain, morte en 2013, était une des grandes organistes de ce siècle, spécialiste insigne de l'oeuvre de Bach et du répertoire français pour l 'instrument. Un de ses frères, Jehan Alain, était compositeur et a laissé une oeuvre d'importance, qu'elle a maintes fois interprétée.

Pour finir, un saut rapide en terre québécoise, aux 17e et 18e siècles...

"Noël en Nouvelle-France"... un spéctacle musical d'inspiration historique présenté par les Atelier du Conte en Musique et en Images (ACMI) au Musée des Beaux-Arts de Montréal, le 14 décembre 2016."Oyez, oyez, bonnes gens ! Venez ouïr les plus beaux airs d’un Noël en Nouvelle-France. Dans ce conte musical, le doux chant des bergers et les instruments d’autrefois résonnent pour le plaisir des petits et des grands." (https://www.youtube.com/watch?v=ajwtxcpcmzm)

 

Le baroque italien

La fête de Noël et l'Italie. Vous retrouverez quelques oeuvres très connues et d'autres qui le sont moins, mais valent néanmoins le détour.

En premier lieu, je vous ferai écouter une messe d'Alessandro Scarlatti (1660-1725), un compositeur prolifique qui s'est notamment distingué dans les genres de l'opéra, de l'oratorio et de la cantate. Il a laissé une douzaine de messes, qui sont moins connues.

- Messa per il Santissimo Natale. Une interprétation du Concerto Italiano, dirigé par Rinaldo Alessandrini
https://www.youtube.com/watch?v=ctvzqyisqyo

L'oeuvre est d'une réelle beauté. On se laisse bercer par le jeu des voix. L'interprétation d'Alessandrini, sur instruments d'époque, est somptueuse.

Une autre oeuvre de Scarlatti, qui éclaire une facette différente de sa production :  la cantate de Noël "O di Betlemme altera". Je vous propose une interprétation de la Capella Savaria, dirigée par le chef hongrois Pal Nemeth, spéclaliste de ce genre de répertoire. La soprano est Maria Zadori. Même si nous ne baignons pas dans les profondeurs du mystère, comme dans le cas de la messe que nous venons de présenter, cette oeuvre se laisse très agréablement écouter (https://www.youtube.com/watch?v=wr4_4dujztq).

Les oeuvres concertantes que je vous fais maintenant écouter sont célèbres. Bien des versions en ont été proposées. Remontons d'abord le temps, et revenons aux canons esthétiques d'une autre époque: celle des interprétations d'oeuvres baroques sur instrument modernes. On peut aimer ou pas. Mais je suis sincère lorsque je vous dis que plusieurs souvenirs remontent en moi...

Voici donc les concertos de Noël d'Arcangelo Corelli, Giuseppe Torelli, Francesco Manfredini et Pier Antonio Locatelli interprétés en 1984 par l'ensemble I Musici (https://www.youtube.com/watch?v=bfyotaq7kqy). Il s'agissait, à l'époque, d'un des premiers disques de ma jeune collection.

On peut préférer ces oeuvres interprétées sur instruments anciens et à la manière des "baroqueux". Comme dans le cas de cette version du concerto de Noël de Corelli par le Freiburger Barockorchester (https://www.youtube.com/watch?v=xfq2otyp5z8). Pour ma part, j'aime bien. J'apprécie particulièrement la richesse de la sonorité, sa chaleur, ainsi que le dynamisme du jeu des instrumentistes.

 

Bach, Handel, Telemann, Zelenka

Mentionnons d'abord que 2017 marque une date importante dans le cas de Telemann: nous commémorons en effet le 250e anniversaire de sa mort. De son vivant, il était le plus célèbre (et certainement le plus prolifique) des compositeurs allemands. Bien sûr, au 20e siècle, il a été complètement éclipsé par Jean-Sébastien Bach. À son époque, Telemann "« réforma » et régna sur la musique liturgique protestante comme aucun autre". On ne s'étonnera donc pas de trouver, de sa main, plusieurs oeuvres écrite pour la fête de Noël. Je vous en présente une, la Cantnte de Noël TWV 1:262 - Der Herr hat offenbaret (1762). Elle est interprétée par un spécialiste de ce répertoire, Ludger Rémy, qui dirige le Teleman-Kammerorchester Michaelstein et le Kammerchor Michaelstein (https://www.youtube.com/watch?v=vawebyy9utq).

Il faut maintenant évoquer deux compositeurs, Bach et Handel, sans l'existence desquels la célébration de Noël ne serait pas la même.

Dans le cas de Bach, l'univers des cantates nous ramène constamment aux temps forts de l'année liturgique, parmi lesquels Noël, bien sûr. Son célèbre et bouleversant Oratorio de Noël (BWV 248), qui est constitué d'une succesion de six cantates, doit être mentionné en premier lieu.

John Eliot Gardiner, spécialiste (et biographe de Bach) en propose une interprétation des plus émouvantes avec les English Baroque Soloists et le Choeur Monteverdi. Le concert fut enregistré en vidéo à Weimar, en Allemagne.

Première partie : https://www.youtube.com/watch?v=zpano4mwrbe

Deuxième partie : https://www.youtube.com/watch?v=1nafqeewnks

Je m'en voudrais de ne pas vous proposer également l'écoute d'une enregistrement de la même oeuvre, sous la baguette fort dynamique de Nikolaus Harnoncourt, à la tête du Concentus Musicus Wien. Elle bénéficie du charme infini d'un choeur d'enfants. Le concert a eu lieu en 1981, à Waldhausen, en Autriche. Les parties de soprano sont interprétées par de jeunes garçons. Les autres solistes sont Peter Schreier (ténor) et Robert Holl (basse). -- (https://www.youtube.com/watch?v=ljts7bpw2ve).

Parmi les quelque 200 cantates sacrées qui nous restent de Bach, plusieurs ont été composées pour célébrer la Nativité. Philippe Herreweghe, autre spécialiste de Bach et de la musique vocale, qui dirige le Collegium vocal de Gand, en propose une sélection qu'il a interprétée, en 2015, lors d'un concert à l'église parisienne de Saint Roch. Il s'agit des cantates BWV 62, 91, 40 et 63. L'événement a été diffusée la même année sur la chaîne ARTE (https://www.youtube.com/watch?v=f3iffy_a6jm). Un concert prodigieux. Quel qualité de son! Quelle intensité de l'émotion!

Y a-t-il oeuvre musicale plus emblématique de Noël que le Messie de G. F. Handel? En voici quelques interprétations remarquables:

Une interprétation placée sous la direction de Václav Luks (vidéo)
https://www.youtube.com/watch?v=jh3t6ywwu9s

Une interprétation dirigée par Sir Colin Davis (circonstances non précisées) - vidéo
https://www.youtube.com/watch?v=zugsokywfdq

La version de John Eliot Gardiner (audio)
https://www.youtube.com/watch?v=rlqsca1ezgg

Une autre vidéo, remarquable sur les plans musical et spirituel : celle du regretté Christopher Hogwood et de son Academy of Ancient Music. Les solistes sont Judith Nelson, Emma Kikrby, Carolyn Watkinson, Paul Elliott et David Thomas. La version sur disque d'Hogwood est, à mon sens, une des grandes versions du Messie sur instruments anciens (et même toutes catégories confondues).
https://www.youtube.com/watch?v=fdlyoepcv9k

J'aimerais, en terminant cette section, vous parler d'une de mes belles découvertes des dernières années : Jan Dismas Zelenka (1679-1745), qu'on surnomme le Bach tchèque et qui est considéré comme le plus important compositeur de Bohème de la période baroque. Il eut, en son temps, l'estime de Bach et de Telemann, mais son oeuvre tomba par la suite dans l'oubli. Au cours des dernières années, certains spécialistes de la musique ancienne (comme Václav Luks) et certaines maisons de disque ont fait aboutir plusieurs projets d'enregistrement de ses oeuvres. L'oeuvre de Zelenka comprend "des oratorios et des cantates sacrées, le mélodrame De Sancto Venceslas Sub olea pacis (composé en 1723 pour le couronnement de Charles VI à Prague), des œuvres religieuses dont 22 messes, quelques Requiem, un Magnificat (copié par Friedmann Bach), des hymnes et des psaumes, des œuvres de musique de chambre dont 6 Sonates pour 2 hautbois et basson ; 5 Caprices pour cordes et vents : Sinfonia, Concerto, Ouverture et Hypochondria pour 7-8 instruments concertants." (source) C'est par certaines de ses oeuvres sacrées que je l'ai abordé pour la première fois.

J'aimerais vous faire entendre une de ses messes, la Missa Nativitatis Domini, ZWV 8, qui date de 1726. L'auteur du blogue "Passée des arts" nous la présente en quelques lignes : "Si le compositeur utilise les ressources offertes par la forme de la « messe-cantate », qui divise le texte de l'ordinaire en petites sections (5 pour le Gloria, 5 pour le Credo, ici), pour varier les climats avec son inventivité habituelle, sa Missa se distingue néanmoins par une grande unité de caractère conforme au caractère de son sujet ; l'atmosphère y est donc plutôt lumineuse, traversée, dès le Kyrie, par la belle énergie de l'espérance et parée de teintes pastorales matérialisées, de façon tout à fait traditionnelle, par l'emploi des flûtes (comme dans le Domine Deus), avec un ponctuel et léger assombrissement (lui aussi habituel) lors de la séquence Et incarnatus estCrucifixus, ce dernier utilisant les hautbois pour obtenir une tonalité un peu plus plaintive. Zelenka fait montre, dans cette partition, de son habileté coutumière à écrire dans tous les styles en vogue à son époque, du stile antico le plus sobre à la manière concertante la plus galante, sans oublier de prouver au passage sa maîtrise de la fugue, qu'elle soit simple (Dona nobis pacem) ou double (Cum sancto spiritu). Il faut cependant noter que contrairement à certaines de ses autres messes, le compositeur ne cède pas ici à son goût de surprendre voire dérouter l'auditeur avec des trouvailles harmoniques trop pimentées ; il semble plutôt privilégier une certaine clarté des textures dont il tire une grande douceur." (source)

L'interprétation que je vous propose est celle de l'ensemble Musica Florea, dirigé par Marek Štryncl. Elle date de 2012 (https://www.youtube.com/watch?v=vidk9a5eoua).

 

Le 20e siècle

Les compositeurs des 19e et 20e siècle n'ont pas été en reste face à leurs devanciers pour ce qui est des oeuvres célébrant Noël. Je vous en propose quelques-unes.

L'année 1936 marque un tournant crucial dans la vie de Francis Poulenc. "C’est ainsi qu’aux pieds de la Vierge Noire il se convertit, touché par la beauté et l’intimité qu’offrent les sanctuaires. Le soir même il pose les premières notes de ses Litanies à la Vierge Noire pour voix de femme et orgue." (source) Son oeuvre en sera grandement influencée. "A partir de 1937, il compose essentiellement des œuvres chorales religieuses (messe en sol majeur pour chœur mixte a capella, Gloria en 1959) , mettant sous la protection de la Vierge Noire des œuvres diverses comme « Figure Humaine », le «  Stabat Mater » (1950) […] ou l’opéra d’après les « Dialogues des carmélites », écrit en 1957." (source)

En 1951, Francis Poulenc (1899-1963) compose ses Quatre motets pour le Temps de Noël. Ce n'est pas "un cycle strictement festif, puisqu'une gradation du plus sombre au plus joyeux s'opère au fil des quatre motets. O magnum mysterium rend compte de manière presque angoissée du mystère de la Nativité. Le second motet, Quem vidistis pastores dicite, sous-tend une mélodie mélancolique et inquiète d'un accompagnement de sons à bouche fermée. Videntes stellam installe un ton plus confiant, avant le quatrième motet, Hodie Christus natus est, enfin franchement joyeux, rythmique, bondissant." (source)

Je vous propose l'écoute de deux versions de ces motets, à l'écoute desquels nous sommes approchons le mystère de Noël:

La première, intense et bouleversante, du Choeur de chambre néerlandais, dirigé par Eric Ericson. La beauté et l'harmonie de ces voix...!

https://www.youtube.com/watch?v=0a4mytpybkw

Et cette autre, par l'ensemble The Sixteen, sous la direction de Harry Christophers
https://www.youtube.com/watch?v=30fnf5p7ybm

Arthur Honegger (1892-1955) a composé, pour le temps de Noël, une oeuvre qui, à chaque audition, me coupe le souffle et me plonge en extase. Dans cette oeuvre, on passe, en quelques minutes, de l'angoisse et du désespoir de la noirceur la plus profonde, à la lumière et à la la joie de la Nativité. Il s'agit de la Cantate de Noël, composée en 1952–53 pour le chœur de chambre de Bâle et son chef-fondateur Paul Sacher. C'est la dernière oeuvre écrite par Honegger avant sa mort. La première partie de l'oeuvre a la forme d'une lamentation et d'une supplications désespérée. Alors que la tristesse atteint son apogée, "le chœur d’enfants prodigue du réconfort puis le baryton, accompagné par l’orgue et les trompettes, annonce la naissance du Christ en reprenant les mots de la proclamation biblique de l’ange. Lui répond un quodlibet standard de noëls allemands et français, auquel se mêle aussi le Gloria latin. Le tempo ralentit jusqu’à Adagio et, lorsque le baryton chante le Gloria, un soprano solo reprend le psaume 117 («Laudate Dominum») en utilisant la mélodie traditionnelle. Le chœur mixte chante ensuite tout le psaume en mesure ternaire, tandis que les voix d’enfants et les trompettes ajoutent le plain-chant en déchant. La lente coda offre un nouveau pot-pourri de noëls finalement réduits à des phrases éparses s’éteignant dans la sérénité de la nuit de Noël." (source)
 
Une version ancienne (enregistrée en 1954, tout juste après la mort du compositeur, avec des voix françaises): Pierre Mollet ( baryton); Les Petits Chanteurs de Versailles et le choeur Elisabeth Brasseur; Maurice Duruflé (orgue); direction: Georges Tzipine
https://www.youtube.com/watch?v=hgi6ac_wtn0

Une version de 1996. Charles Dutoit dirigeant un ensemble vocal et un orchestre japonais, le NHK Symphony Orchestra. On est impressionné par la justesse et la précision des instrumentistes. Si les voix japonaises réussissent à habiter l'oeuvre, elles peinent à prononcer correctement les passages en français du livret. En dépit de cette faiblesse, on est transporté de bout en bout. Le chef suisse est incontestablement un des grands interprètes de Honegger. On a la preuve encore une fois ici.
https://www.youtube.com/watch?v=shtdewghngq

J'aimerais également vous parler de Benjamin Britten, de Ralph Vaughan Williams, de Marcel Dupré, d'Alan Hovhaness et de plusieurs autres. Mais ce sera pour l'année prochaine...


Et, pour finir, quelques hors-d'oeuvre

L'esprit de Noël, par un des choeurs d'enfants les plus réputés du Québec

Concert de Noël des Petits Chanteurs du Mont-Royal (version intégrale)
Sous la direction de Gilbert Patenaude
2011
https://www.youtube.com/watch?v=cnt5kdyx4uo

Cantiques et hymnes de Noël, par un des choeurs les plus prestigieux du monde

Carols From King’s – The Choir of King’s College, Cambridge
Stephen Cleobury (direction)
https://www.youtube.com/watch?v=rvguswywssa

Récital de Noël a cappella du célèbre sextuor de chanteurs. Du sacré au profane. Somptueuse harmonie des voix. Notoriété rime ici avec beauté.

The King's Singers - Récital de Noël
https://www.youtube.com/watch?v=io9dbxoi4rm

Un clin d'oeil au pays d'origine de mon père. Pour les voix slaves et les souvenirs qui remontent en moi... Tout simplement prenant. Et cette petite touche, cette toute petite touche de mélancolie qui colore à chaque fois la musique folklorique de ce coin du monde, même la plus joyeuse. Peut-être la marque des peuples qui ont beaucoup souffert? La vidéo qui accompagne cette bande sonore est tout à fait charmante.

Chants de Noël ukrainiens - enregistrement de 1947 sous la direction de Ivan Kozlovskiy
https://www.youtube.com/watch?v=b2xq1v8whdu

Un Noël en blues... Une preuve que le blues n'est pas toujours triste.
Des grands noms (B.B. King, Eric Clapton, Koko Taylor, Charles Brown, etc.), des chansons souvent drôles et entraînantes... On tape du pied, on bat la mesure....
https://www.youtube.com/watch?v=cayvqfyhabk

Ray Charles interprétant 'Merry Christmas Baby' . Y a-t-il quelque chose à ajouter?
Lieu : monastère d’Ettal, Allemagne, 1979
https://www.youtube.com/watch?v=mapvi9oe29a

Pour un Noël jazzé:

Christmas Jazz - Louis Armstrong, Ella Fitzgerald, Nat King Cole...
https://www.youtube.com/watch?v=mr4yvvupfq0

Ella Fitzgerald - Christmas Songs
https://www.youtube.com/watch?v=ipq4nnvurpg

Nous conclurons cette petite anthologie bien personnelle en revenant au Québec. Un enregistrement  qui date de la fin des années 60, alors que le Québec, en plein Révolution tranquille, se cherchait encore, tiraillé entre un passé lourdement catholique et un avenir encore incertain...

Tex Lecor - "Noël au camp" (1968)

(1968) Le Québec d'autrefois - Conte et chanson de Noël

PAROLES:
Onze heures, pis aujourd'hui, ben c'est Noël
Pis pour moé, ben c'est mon dix-huitième
J'ai passé la journée à regarder dehors
Pis ça fait trois jours qui neige ben raide
Pis que les chemins sont bloqués ben dur

Avant-hier, on a reçu des cartes
Pis on a passé la soirée
À regarder les images qui avait dessus
Moé, j'suis pas pire
J'en ai cinq d'accroché sur mon mur au-dessus de mon buck
J'en ai même une qui est faite à main
C'est d'mon père
C'est un artiste mon père
Y a jamais été à l'école pour apprendre ça
C'est comme un don
Y'é capable de dessiner tout c'qu'y voit
Excepté ma mère
Y dit qu'est trop belle, pis qu'y a jamais voulu essayer

Hé Rosaire, quelle heure qu'y est?
Minuit dans vingt
Merci ben

Ça doit être noir de monde sur le perron de l'église
Mon oncle Papou doit être nerveux là
C'est lui qui chante le "Minuit Chrétiens" dans notre paroisse
Cré Papou, y doit tanker dur là lui

Ma tête me tourne un petit brin
C'est que j'ai quasiment bu le 26 onces à Rosaire
En écoutant les cnatiques à la radio
Ça pas dérougi de la journée
Non, mais c'est-y beau de la musique de Noël

C'est ben pour dire
On a beau pus être un enfant
Pis être capable de faire face à la vie
Pis, en ce moment, ben
J'ai comme des boules dans gorge
Pis si c'était pas de ce maudit orgueil
Ben j'cré ben que j'braillerais

Ah, c'est une grande chose pareil
Un p'tit enfant vient au monde
Pis toute la terre le sait
Ti-Jésus, même nous autres icitte dans l'bois
Qui te blasphèment à grande journée
Tu sais que c'est pas pour mal faire
On a appris à sacrer avant de marcher
C'est pas pour être méchant Ti-Jésus
Toé, tu nous connais icitte
Les gars de bois, tu l'sais

Hé les gars, vous êtes ben tranquilles?
Sept, huit, neuf, dix, onze, douze
Joyeux Noël tout le monde!!!!!!!!

Il est né le divin enfant
Jouez hautbois, résonnez musettes
Il est né le divin enfant
Chantons tous son avènement...

https://www.youtube.com/watch?v=swllqla_tl0

 

À lire également du même auteur

Le temps homogénéisé
Qu’en est-il du temps libre aujourd’hui? Alors que dans les années 1960 et 1970,

Une sous-famille au sein des « radicalités convergentes » : le postlibéralisme (Blue Labour-Red Tories)
Le mot conservateur reviendra souvent dans ce texte. Même dans une expression comme conservateur de

Hors du Réseau point de salut
Quand la lutte contre le terrorisme sert de prétexte pour  inculper les objecteurs de co