• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Fluxs RSS:

    Impression du texte

    Une passerelle vers le développement

    Yvon Leclerc
    Plessisville, ville d'un peu plus de 7000 habitants, est située au coeur de la région des Bois-Francs. Pour les habitants de ce coin de pays, il ne faut pas confondre leur région d'appartenance avec la région administrative appelée Mauricie-Bois-Francs car pour eux, à part la proximité géographique, ils n'ont rien en commun avec les gens de Trois-Rivières, capitale de l'entité administrative. Plessisville, c'est la capitale du pays de l'érable et non celui de la pitounne du Saint-Maurice. Oui, monsieur!

    C'est aussi une ville qui a changé de peau, depuis le début des années quatre-vingt. Il faut dire que depuis de nombreuses décennies, il régnait dans cette ville une certaine hégémonie masculine attribuable sans doute à la vie économique locale. C'est là qu'on trouve l'entreprise Forano, par exemple, et de nombreux ateliers de mécanique qui, traditionnellement, embauchent des travailleurs masculins.

    Mais voilà qu'au début des années quatre-vingt, une enseignante, militante de l'AFEAS qui a fait sa marque dans l'action sociale, se fait élire échevin au Conseil de ville et, quelques années plus tard, accède à la mairie. C'est un exploit.

    Un des premiers gestes de la mairesse Madeleine Dussault, une fois élue, a été de nommer un jeune homme de 25 ans à la direction générale de la ville, lui qui occupait auparavant le poste de directeur des services socio-culturels. Inutile de dire que ces deux événements ont fait du bruit dans Landerneau! Pas autant, cependant que la décision de relier, par une passerelle piétonnière, les propriétés de la ville situées de chaque côté de la rivière qui la traverse en son milieu.

    En fait, c'est plutôt la décision de confier la conception et la réalisation de la passerelle au sculpteur Armand Vaillancourt qui a fait jaser. Des photos de certaines oeuvres du célèbre sculpteur ont commencé à circuler sous le manteau. On s'indigna devant la représentation de telle oeuvre achetée par la ville de San Francisco ou de telle autre installée dans un parc de Toronto. Ces assemblages hétéroclites de pièces de métal dressées vers le ciel comme pour contester l'ordre établi blessaient le conformisme tranquille de cette petite ville de province. On imaginait mal comment l'auteur de ces soi-disant sculptures pourrait fabriquer une passerelle qui ne soit pas une horreur visuelle, mais aussi, qu'on pourrait emprunter sans tomber dans la rivière et se rompre les os. Sans parler du prix!

    Bref, durant plusieurs semaines, la ville s'est retrouvée sens dessus dessous. Si on peut dire. D'abord, l'élection d'une mairesse, ensuite, la nomination du jeune directeur et maintenant, le sculpteur Vaillancourt? C'en était trop. On s'est rendu, en délégations, à l'Hôtel de ville pour tenter de faire entendre raison à la nouvelle mairesse. Peine perdue. Elle avait rencontré l'artiste, signé le contrat et lui faisait entière confiance.

    Avec raison. Dès le début, l'artiste s'est adjoint un ingénieur en structure pour le conseiller. Ils ont conçu une passerelle impressionnante de sobriété, de finesse et d'élégance. Sorte de toile d'araignée formée de tuyaux blancs disposés en losange, version moderne de nos ponts couverts d'autrefois. Les usagers circulent dans la moitié supérieure du losange alors que la partie inférieure fait office de structure portante. Ajourée, la passerelle offre une vue exceptionnelle du site environnant, au grand plaisir des yeux.

    Au fur et à mesure que les travaux de construction avançaient, la méfiance des résistants perdait de son mordant et de sa légitimité, faisant place à une sorte de scepticisme bienveillant. Et bientôt une majorité de citoyens et de citoyennes ravis se ralliaient au produit final. Seuls quelques grincheux, toujours les mêmes, chuchote-t-on, trouvaient encore à redire de l'oeuvre du sculpteur.

    Tant et si bien que la passerelle Dussault-Vaillancourt est devenue un nouveau symbole d'identification de la ville, à côté de l'érable qui lui servait de signe distinctif depuis plusieurs décennies.

    «Sans compter que tout le travail a été réalisé à Plessisville, par des travailleurs d'ici qui ont ainsi profité des retombées directes du contrat. En plus de contribuer activement à l'accroissement du savoir-faire en région» affirmera la mairesse Dussault.

    La querelle des anciens et des modernes qui a entouré la construction de la passerelle créée par le sculpteur controversé a bousculé les tabous, enfoncé des barrières, attaqué des interdits, changé des mentalités, secoué des torpeurs, permis l'audace et l'espoir.

    Il est certain que la seule intervention d'un Conseil de ville et de son maire ne peut garantir le développement d'une communauté locale. Non plus qu'il ne s'agit là d'une recette applicable dans toutes les localités du Québec. Ce qui paraît certain, c'est que les élus municipaux se révèlent de plus en plus, et un peu partout au Québec, comme des leaders importants du développement local. Ne faut-il pas, et particulièrement à la MRC, leur confier plus de pouvoirs?

    Et la culture, dans ce processus? Quand cessera-t-on de l'apprécier comme un bien ou un service que l'on s'offre lorsqu'on a satisfait tous les autres? Alors qu'elle gît au coeur même de toute réalisation humaine.
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Informations
    L'auteur

    Yvon Leclerc
    Yvon Leclerc chercheur invité en sciences administratives à l'UQAM, ex-secrétaire général du Conseil des affaries sociales et auteur de Un Québec solidaire, rapport sur le développement (Éditions Gaétan Morin).
    Extrait
    «La querelle des anciens et des modernes qui a entouré la construction de la passerelle créée par le sculpteur controversé a bousculé les tabous, enfoncé des barrières, attaqué des interdits, changé des mentalités, secoué des torpeurs, permis l'audace et l'espoir.»
    Documents associés
    Charles-Ferdinand Ramuz
    Jacques Dufresne
    Léon Bloy
    Victor Hugo
    France, gloire, universalité
    Jacques Dufresne
    Vitalité, créativité
    Jacques Dufresne
    The Nine Nations of North America, de Joel Garreau
    Léon Bloy
    Félix Portello
    Jacques Dufresne
    Lobbies
    Jacques Dufresne
    Écrans, réseaux sociaux, peuple, masse

    2%
    Dons reçus (2018-2019):609$
    Objectif (2018-2019): 20 000$


    Nous avons reçu près de 11 407$ lors de la campagne 2017-2018. Nous vous remercions de votre générosité. Pour la campagne 2018-2019, notre objectif s'élève à 25 000$.

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.