• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Fluxs RSS:

    Impression du texte

    Dossier: Pain

    Le pain au Moyen-Âge

    Article tiré de: Th. Bachelet, Dictionnaire général des lettres, des beaux-arts et des sciences morales et politiques, Paris, Delagrave, 1876, tome 2, p. 1359
    Le pain étant un aliment de première nécessité, les gouvernements en ont souvent surveillé la fabrication et le prix. Au moyen-âge, le pain de première qualité s'appelait pain de Chailly, et le pain commun, pain de brode. Les règlements ne prescrivaient rien sur le poids du pain, que l'usage seul déterminait; mais ils fixaient les prix, et défendaient de vendre des pains de plus de deux deniers ou de moins d'une obole. Les pains mal faits ou rongés par les rats ne pouvaient être ni mis en étalage dans la boutique ni portés le samedi à la halle; ils devaient être vendus au rabais sur un marché particulier, qui, à Paris, se tenait le dimance entre le parvis Notre-Dame et l'église St-Christophe. Les prud'hommes faisaient la visite chez les boulangers pour s'assurer si les pains étaient bons: les mauvais étaient saisis, et le grand-panetier condamnait le délinquant à une amende (6 deniers au XIIIe siècle). Au mois de juillet 1372, on décida, après plusieurs cuissons d'essai, que le pain de Chailly d'un denier pèserait tout cuit neuf onces un quart (à quinze onces la livre), le pain bourgeois ou de seconde qualité douze onces, le pain de brode ou pain bis vingt-quatre onces. Les pains de deux deniers pesaient le double. Le froment de première qualité valait alors douze sous à Paris; à chaque augmentation de trois sous sur le marché, les pains devaient diminuer de poids, celui de Chailly d'une demi-once, les deux autres d'une once; à chaque diminution de trois sous, ils devaient augmenter d'un poids équivalent. L'échelle de proportion fut modifiée la même année après la moisson; mais le principe resta le même. Ce système pouvait produire de dangereuses illusions pour la foule, qui ne s'apercevait pas tout d'abord des changements qui survenaient dans les conditions de son existence parce que le prix du pain ne changeait pas. Au XVe siècle (1439), on changea de système et le poids du pain resta invariable. C'est ce qui a lieu de nos jours [i.e. milieu du XIXe siècle]. Jusqu'en 1817, on n'a fixé que le prix du pain de première qualité; jusqu'en 1823, la taxe était faite à des époques indéterminées; jusqu'en 1840 (16 nov.), on taxait le pain de 2 kilogrammes, et on était obligé d'accorder une tolérance de poids à la fabrication. Aujourd'hui la taxe donne régulièrement toutes les quinzaines le prix du kilogramme de première et de seconde qualité: on part de ce principe, que le sac de farine pesant net 157 kilogr. doit produire 204 kil. de pain, et que la fabrication coûte 11 francs.
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Informations
    Mots-clés
    législation, marché, France
    Documents associés
    Émile Verhaeren

    0%
    Dons reçus (2018-2019):0$
    Objectif (2018-2019): 25 000$


    Nous avons reçu près de 11 407$ lors de la campagne 2017-2018. Nous vous remercions de votre générosité. Pour la campagne 2018-2019, notre objectif s'élève à 20 000$.

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.