• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Fluxs RSS:

    Impression du texte

    Dossier: Rajic Négovan

    Le miracle Pogorelich

    Négovan Rajic
    À partir de la réflexion raciste d'un critique musical sur les origines serbo-croates du pianiste Pogorelich, dans un article paru ces dernières semaines dans Le Devoir, l'auteur fait une analyse de l'apparition de l'autocensure qui a remplacé le "parler vrai" dans les milieux occidentaux après l'effondrement du bloc soviétique.


                    Le cinq août dernier (2006), les lecteurs du Devoir, un quotidien de Montréal, ont pu lire dans l’article Le miracle  Pogorelich, que le pianiste de renommée internationale Ivo Pogorelich est
    « l’enfant du bourreau (Serbe par sa mère) et de la victime (Croate par son père) ». La phrase de l'auteur, Christopher Huss, ne prête à aucune ambiguïté : les Serbes sont des bourreaux et les Croates des victimes. Cette vision manichéenne des peuples sous-entend un racisme que beaucoup croyaient relégué aux oubliettes.

                Loin de moi l’intention de renverser les rôles entre les Croates et les Serbes, mais il est quand même bizarre de constater que les victimesdu récent conflit en Yougoslavie avaient expulsé environ 250 000 Serbes qui vivaient dans la Kraïna depuis des siècles et que dans le pays des bourreaux, c'est-à-dire en Serbie, vivent paisiblement 40 % d’habitants d’autres nationalités. De plus, la Serbie abrite actuellement près d’un million de refugiés serbes expulsés de Croatie.  

             Au fond, monsieur Huss pratique le racisme comme monsieur Jourdain pratiquait la prose, sans le savoir. Mais soyons juste, ce critique musical a été, comme beaucoup d’autres, la victime d’une vaste entreprise de désinformation destinée à déguiser en intervention humanitaire ce qui est en vérité la première conquête territoriale en Europe après la fin de la Seconde Guerre mondiale. « L’opinion publique ça se travaille» disait, sans état d’âme, un général américain dans une interview au Nouvel Observateur, après le bombardement de la Yougoslavie en 1999.

               Comment a-t-on pu réussir à travailler l’opinion publique dans les pays occidentaux qui ont depuis longtemps aboli la censure? Tout simplement en la remplaçant par l’autocensure du fait de la dépendance des médias à l'égard des gouvernements et des puissants intérêts financiers. En Union soviétique, la censure, si brutale et totale qu’elle fut, avait, néanmoins, un effet bénéfique. Elle forçait les écrivains à devenir plus ingénieux afin de la contourner par la métaphore. Dans les pays otanisés, l’autocensure rend ceux qui la pratiquent veules et lâches. Ce qui est plus grave, elle crée une réalité virtuelle qui, tôt ou tard, aboutira à de dramatiques ajustements.

                  Ce n’est pas par hasard que l’apparition de l’autocensure en Europe occidentale a coincidé avec la disparition de la censure dans les pays de l’ancien bloc communiste. Tout s’est passé comme si l’effondrement de l’Union soviétique avait dispensé les médias occidentaux de l’obligation de dire la vérité. Tant qu’elle existait, l’Union imposait non seulement un équilibre de forces stratégiques, mais elle forçait aussi  les médias de l’Ouest à respecter un minimum de vérité. Il en résultait une certaine moralité et crédibilité de l’information, car, en dernière analyse, la morale est une question de vrai et de faux. Les populations du bloc communiste admiraient et enviaient les occidentaux pour ce parler vrai. Subséquemment, l’Ouest  disposait d’un capital moral considérable à l’Est.

             L’effondrement du système totalitaire en Europe a provoqué chez les dirigeants occidentaux  une sorte d’ivresse de la victoire, d’autant plus grande qu’elle venait après des décennies de peur et d'angoisse. Ils voyaient la chute du système soviétique comme conséquence du rapport de forces entre l’Est et l’Ouest, or elle résultait probablement davantage du fossé qui, avec le temps, s’était creusé entre la rhétorique officielle et la réalité. La disparition de l’Union soviétique a en quelque sorte mit fin à l’obligation  de l’Occident de respecter les valeurs dont il se réclamait et en particulier l'objectivité dans l’information. Désormais il pouvait fausser la réalité sans trop risquer d’être pris en flagrant délit de mensonge. Autrement dit, une puissante source de contre-vérité avait disparu.

           Rappelons, pour illustrer ce changement d’attitude, la solennelle déclaration de l’OTAN à Bruxelles, en 1984, par laquelle cette organisation soulignait son caractère défensif et jurait qu’elle ne serait jamais l’agresseur. Moins d’une décennie plus tard, l’OTAN intervenait dans les Balkans et en 1999, elle bombardait la Yougoslavie réalisant en partie la menace d’un diplomate américain qui disait en s’adressant aux Serbes : « Si vous voulez, nous pouvons vous ramener à l’âge de pierre. »

             Cette phrase exprimait une part de vérité, mais pour définir la politique étrangère des États-Unis, il conviendrait  plutôt de la résumer par capacité de destruction et incapacité de construction. Les expériences en Afghanistan, au Moyen Orient, en Irak et dans les pays de l’ancienne Yougoslavie illustrent bien cette politique qui ironiquement se prétend être celle de nation building.Plus grave, on constate dans toutes ces régions un regain des mouvements extrémistes. Si malgré cela les dirigeants américains persistent dans cette politique, il faut se demander s’ils ne sont pas atteintsd’un optimisme suicidaire. Qui sait si, par ricochet, cette politique n’est pas aussi responsable de l’euroscepticisme ?

            Encore une fois: comment en est-on arrivé là ? On pourrait avancer l’hypothèse suivante : les États-Unis, ayant acquis une suprématie militaire inégalée jusqu’à présent et confrontés avec une crise énergétique croient pouvoir faire fi de certaines valeurs essentielles régissant les rapports entre les États. Tout l’indique que l’Amérique a opté pour un ordre du monde basé sur  une conception darwiniste de la société humaine. Cette dernière postule qu’une lutte sans merci pour la survie est la loi fondamentale de toutes les espèces vivantes. Cette lutte serait au-delà du Bien et du Mal. La devise, souvent entendue dans ce pays, wrong or right, my country, n’exprime pas autre chose. Il reste à savoir si cette loi est également valable pour les sociétés humaines. Cest sur la réponse à cette question que se fera le clivage entre les hommes de notre temps.

            Aujourd’hui, le but ultime de la seule superpuissance qui par ailleurs entraîne l’Occident dans son sillage est l’établissement d’un ordre planétaire permanent. Dans l’esprit de ses promoteurs, il doit apporter le bien-être à tous les hommes. C’est sous une autre forme  l’obsession du palaisi de Christal dont Dostoïevski parle dans la Confession du sous-sol.  Cet ordre serait aussi la fin de l'histoire, cette grande tentation de l’homme depuis les temps immémoriaux. Elle a été poursuivie par Alexandre le Grand, Napoléon, Staline, Hitler et tant d’autres et chaque fois elle a échoué. Seul le Führer s’était contenté avec modestie d’un Reich de mille ans.

           Pour réaliser leurs ambitieux projets orwelliens, les États-Unis (et l’Occident qui est à sa remorque) ont besoin de créer, par la propagande, une réalité virtuelle, rassurante et lénifiante dont nous risquons de nous réveiller un jour douloureusement.

     
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Informations
    L'auteur

    Négovan Rajic
    Négovan Rajic est né en 1923 à Belgrade (Yougoslavie). Après avoir été résistant pendant la Seconde Guerre mondiale, il refuse d'adhérer à la Jeunesse Populaire et quitte clandestinement son pays d'origine en 1946 ( il a publié le passionnant récit de cette évasion sous le titre: Vers l'autre rive. Adieu Belgrade). Comme de nombreuses personnes déplacées, il connaît les confinements dans les prisons et les camps dans divers pays européens et finit par trouver refuge en France où il complète ses études d'ingénieur et y travaille jusqu'en 1969, date à laquelle il émigrera au Québec (Canada). Il a pris sa retraite dans ce pays après une carrière dans l'enseignement. Négovan Rajic est l'auteur de plusieurs livres et de nombreux articles dans diverses revues au Québec et en France. Il doit publier sous peu l'Errance, la suite de son autobiographie, Vers l'autre rive.
    Mots-clés
    Désinformation
    Extrait
    Ce n’est pas par hasard que l’apparition de l’autocensure en Europe occidentale a coincidé avec la disparition de la censure dans les pays de l’ancien bloc communiste. Tout s’est passé comme si l'effondrement de l’Union soviétique avait dispensé les médias occidentaux de l’obligation de dire la vérité. Tant qu’elle existait, l’Union imposait non seulement un équilibre de forces stratégiques, mais elle forçait aussi  les médias de l’Ouest à respecter un minimum de vérité. Il en résultait une certaine moralité et crédibilité de l’information, car, en dernière analyse, la morale est une question de vrai et de faux. Les populations du bloc communiste admiraient et enviaient les occidentaux pour ce parler vrai. Subséquemment, l’Ouest  disposait d’un capital moral considérable à l’Est.
    Documents associés
    Négovan Rajic
    Cet enfermement dans un puits en acier inoxydable d'où les contraintes administratives et surtout l'insouciance de son unique visiteur empêchent le héros de sortir , c'est le symbole du sort que l'auteur a connu pendant les deux années où, devenu un
    Négovan Rajic
    Yougoslavie, liberté, langue française

    0%
    Dons reçus (2018-2019):0$
    Objectif (2018-2019): 25 000$


    Nous avons reçu près de 11 407$ lors de la campagne 2017-2018. Nous vous remercions de votre générosité. Pour la campagne 2018-2019, notre objectif s'élève à 20 000$.

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.