Dernières modifications

    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Fluxs RSS:

    Impression du texte

    Dossier: Médina

    La Médina de Tunis

    Centre du patrimoine mondial de l'Unesco
    La Médina de Tunis est constituée d'une médina centrale du VIIIe siècle et de deux faubourgs (au nord et au sud) du XIIIe siècle. Cet ensemble représente un des modèles architecturaux et culturels les mieux conservés du monde arabo-islamique. La ville de Tunis se développe au VIIIe siècle longtemps après la destruction de Carthage; Hassan Ibn An-Nooman la dote d'un arsenal, d'un canal et d'un port. Au milieu du XIIe siècle, elle devient la capitale de l'Ifriqiya aghlabide, en succédant aux deux métropoles ifriqiyennes de Kairouan et de Mahdia. Elle devient au XIVe siècle l'une des villes les plus riches et les plus importantes du monde arabo- islamique. entre le XVIe et le XIXe siècles, de nombreux palais et demeures y sont construits (environ 200) ainsi que des mosquées et des médersas. On peut y recenser plus de 700 monuments.

    En 1967, une Association de Sauvegarde de la Médina est créée pour faire FACE à la détérioration constante de la vieille ville.

    Parmi les premières mesures de sauvegarde, un règlement spécifique de la Médina faisant partie du PACT (plan d'aménagement de la commune de Tunis) a été établi par l'ASM en 1980. Ce règlement constitue le cadre juridique auquel doit se conformer toute action prévue dans la Médina. Les principes de sauvegarde édictés par ce règlement sont les suivants: séparation entre espace public et espace privé, préservation de la séparation des fonctions et de la hiérarchie des voies de circulation, respect de la typologie traditionnelle de l'habitat avec organisation de la cellule d'habitation autour du patio, maintien de l'horizontalité du bâti et de l'homogénéité volumétrique, maintien du caractère essentiellement piéton de la Médina.

    Les autorités ont le souci de préserver le caractère traditionnel de la Médina, qui était menacé par la construction non surveillée et intempestive de bâtiments. La médina a été inscrite sur la Liste du patrimoine mondial lors de la 3e session du Comité, en décembre 1979. La restauration du palais de Dar el Haddad fut entreprise en 1981 et s'acheva en 1985. Parmi les premières actions de restauration du palais, des travaux de remblaiement, de triage, d'étaiement des murs, puis de renforcement des fondations et de l'ossature furent réalisés. Ces travaux ont permis de dégager les éléments de bâtiments effondrés dans le palais et de consolider l'ensemble des structures mêmes du monument. Mais bien d'autres restaurations ont été réussies depuis cette époque.

    Source

    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Informations
    L'auteur

    Centre du patrimoine mondial de l'Unesco
    Mots-clés
    ville, patrimoine, islam, Tunisie, Afrique du Nord
    Documents associés
    Centre du patrimoine mondial de l'Unesco
    ville, patrimoine, islam, Algérie, Afrique du Nord
    Centre du patrimoine mondial de l'Unesco
    patrimoine, Afrique du Nord, islam
    Centre du patrimoine mondial de l'Unesco
    ville, patrimoine, islam, Maroc, Afrique du Nord


    Dons reçus (2019-2020):6100$
    Objectif: 25 000$


    Nous vous remercions de votre générosité. Pour la campagne 2019-2020, notre objectif s'élève à 25 000$.

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.




    TEST C