Merci d'encourager L'Agora
Faites un don via Paypal
Le site est en cours de modernisation. Nous vous invitons à utiliser la recherche pour repérer les contenus qui vous intéressent. Merci de votre patience et bonne lecture.

Les humoristes, serviteurs zélés de la société marchande

Jean-Claude Guillebaud

L'année dernière, François L'Yvonnet a publié un petit livre (1) pour dénoncer la nouvelle hégémonie des humoristes, devenus les « maîtres à penser » d'une époque qui n'a plus vraiment de pensée. Il rejoignait en cela des intellos (dirait-on à la télé) comme Bernard Stiegler ou Alain Finkielkraut. L'Yvonnet ne contestait pas seulement la toute-puissance des humoristes, il leur reprochait de se grimer en courageux « dissidents » alors même qu'ils sont les serviteurs zélés de la société marchande. En vérité, nos rigolos de service sont autant crédibles en transgresseurs héroïques qu'un acteur du Châtelet déguisé en hallebardier pour la séance du soir. Le pire est l'effet dévastateur de ces logiques au sein même des équipes de radio ou de télévision quand il s'agit de courir l'Audimat. Là où les efforts de toute une rédaction peinent à requinquer l'audience, une heure de calembredaines y suffit. La musique, la culture, le reportage : oui, d'accord, très bien, mais d'abord les farceurs, les chiffres sont là, coco…

Au total, cette bêtise omniprésente n'est pas si rigolote. Poussée à ses limites, elle prépare le terrain aux futures et cyniques trahisons. Comme disait Bernanos, en septembre 1946, dans sa « Lettre aux Anglais », elle encourage les « lâches dans leur ruée vers la servitude ».

(1) « Homo comicus ou L'intégrisme de la rigolade », de François L'Yvonnet, éd. Mille et Une Nuits, 80 p., 9 €. 

 

Jean-Claude Guillebaud, "La société des railleurs", Sud Ouest, 17 mars 2013

À lire également du même auteur

Un islam critique
Le dialogue entre Musulmans et chrétiens ou héritiers de la chrétienté est non seulement possibl

Une croyance commune
Ce que dit ici Marcel Gauchet à propos de la France s'applique à la francophonie, dont on pourrait

Le déracinement par l'universel
En congédiant les différentes anthropologies qui constituent la diversité du monde, en rétrograd

En voulant déculpabiliser l’argent, ce sont les très riches qu’on a déculpabilisés
L'auteur réfléchit sur les suites de l'affaire Cahuzac.

Cyberculture et encyclopédisme
Jean-Claude Guillebaud reprend ici un thème cher à Michel Serres.