Merci d'encourager L'Agora
Faites un don via Paypal
Le site est en cours de modernisation. Nous vous invitons à utiliser la recherche pour repérer les contenus qui vous intéressent. Merci de votre patience et bonne lecture.

Mieux vaut tard que trop tôt

Jean Hamann
Un délai entre un infarctus et un pontage améliore les chances de survie des patients.
En matière de pontage coronarien, le plus tôt n’est pas forcément le mieux, suggère une étude menée à la Faculté de médecine. En effet, les personnes qui subissent un pontage dans les premières heures ou les premiers jours qui suivent un infarctus courent de quatre à cinq fois plus de risques de mourir que ceux qui attendent au moins un mois avant de passer au bistouri. C’est ce que révèlent les chercheurs Pierre Voisine, Patrick Mathieu, Daniel Doyle, Jean Perron, Richard Baillot, Gilles Raymond, Jacques Métras et François Dagenais dans une récente édition de l’European Journal of Cardio-Thoracic Surgery.

L’équipe du Centre de recherche de l’hôpital Laval a passé en revue 13 545 cas de patients qui ont subi un premier pontage coronarien à l’hôpital Laval entre 1991 et 2005. Environ la moitié de ces patients n’avait pas eu d’infarctus du myocarde avant de subir cette chirurgie; dans ce groupe témoin, le taux de mortalité dans les semaines suivant l’opération atteignait 1,7 %. Dans l’autre groupe, le délai entre l’infarctus et le pontage variait de quelques heures à plus de 30 jours. Les chercheurs ont constaté que le taux de mortalité diminuait progressivement en fonction du délai opératoire: alors qu’il se situait à 19 % lorsque le pontage était effectué dans les six premières heures après l’infarctus, il n’était plus que de 2,4 % lorsque le délai dépassait 30 jours. Cette tendance était plus prononcée chez les patients âgés de plus de 65 ans.

Par rapport au groupe témoin, le risque de mortalité était cinq fois plus élevé lorsque l’intervention avait lieu dans les 24 premières heures qui suivaient l’infarctus, mais il n’était que 1,18 fois plus élevé après un délai de 30 jours. «La mortalité opératoire n’est pas affectée par le fait d’avoir eu un infarctus plus de 30 jours avant un pontage, mais elle l’est de façon très significative lorsque l’intervention a lieu dans la semaine qui suit l’infarctus, en particulier chez les patients de plus de 65 ans. Lorsque la chose est possible, il faut donc éviter d’effectuer un pontage pendant cette période critique», concluent les chercheurs.

À lire également du même auteur

La peur, pire que le mal
Ce livre marque le retour de l'esprit critique à l'égard de la médecine. Vers la fin de la décen

Une pilule pour le coeur et la taille
Une étude dévoile les conclusions d'essais cliniques sur le rimonabant, un médicament administré

Un préhenseur robotique pour le nettoyage des installations nucléaires en Grande-Bretagne
Un préhenseur robotique mis au point au Département de génie mécanique servira aux opérations d

Thermomètre floral
La floraison du tussilage survient un mois plus tôt qu'il y a 80 ans.

Quand la science fait la une
Les universitaires ont leur mot à dire pour contrer le sensationnalisme des médias sur les questio

Pas de pilule miracle
Une équipe de chercheurs de l'Université Laval vient de publier dans The American Journal of Cardi

Mieux vaut tard que trop tôt
Un délai entre un infarctus et un pontage améliore les chances de survie des patients.

Lutte biologique: trois bogues
Tout n'est pas rose du côté des armes «vertes» contre les insectes nuisibles