• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Fluxs RSS:

    Impression du texte

    Dossier: Homme

    Être clou

    Serge Bouchard

    Que l'homme soit un clou pour l'homme. Le jeu de mots était irrésistible. L'homme n'est-il pas « en trop » à l'âge de l'homo vendens, lequel achève de discréditer la pensée en faisant passer toutes les valeurs dans l'orbite de la valeur d'échange, déterminée non par l'intelligence de l'homme, mais par les fluctuations du marché. Ne vaudrait-il pas mieux que l'homme soit un clou pour l'homme? On respecte la nature du clou, qui est d'être planté.

    Être clou, c'est se faire planter. Vous est-il arrivé, ne serait-ce qu'une fois, ne serait-ce qu'une seconde, de vous mettre dans la peau d'un clou, de vous imaginer ce qui pouvait bien lui passer par la tête? À quoi pense un clou lorsqu'il se sent « tout croche » et qu'il soigne ses migraines? Voilà des questions auxquelles il n'est pas facile de répondre.

    Mine de rien, le clou nous importe plus que moins. N'est-il pas au coeur de la crucifixion? Au chapitre des civilisations comparées, vous lirez qu'il existe deux grands types de sociétés : il y a les sociétés à noeuds et il y a les sociétés à clous. Dans les premières, le Fils de Dieu eût été attaché, dans les secondes, il nous fallait le transpercer. Bien sûr, nous en avons gardé le coeur noué pour cause que rien n'est oublié mais il reste que la modernité nous crève plus qu'elle nous lie.

    Pour tout, partout. il y a des clous. Il est des clous pour le ciment, pour le bois mou, pour le bois franc, il y en a pour la tôle, pour le bardeau de cèdre ou d'asphalte, pour le panneau de mousse isolante, pour le panneau de gypse, j'arrête ici une liste qui serait longue à compléter. Il est des clous sans tête, il en est de minces, il en est de gros, disons qu'ils ont toutes les longueurs, toutes les formes et autant de fonctions. Ils ont des âges et une évolution. À ce titre, il ne serait pas malvenu de créer un musée international du clou. La connaissance du clou fait partie d'une bonne éducation. Il serait mieux informé sur l'histoire de l'humanité celui-là qui aux portes du musée, serait venu frapper.

    Il est en effet aussi long qu'instructif le chemin qui part du premier clou fait main et qui aboutit aux chapelets que l'on mitraille au moyen d'un fusil afin d'achever en vitesse les rangées de toitures qu'on ne cesse d'ériger aux banlieues de nos villes, question d'élargir toujours plus les bordures d'une agglomération éternellement en construction.

    Pour un clou, il importe de tomber dans les mains d'un vrai menuisier. Il y a une bonne manière de le prendre, une seule bonne de le frapper. L'homme, le clou et le marteau forment ensemble une redoutable équipe car c'est un grand art que de river son clou à la contrariété. Problème de poids et de mesure, de rythme et d'élan, question d'expérience et d'équilibre où l'homme, face au clou qu'il tient délicatement entre ses doigts, laisse le marteau finalement s'exprimer. On reconnaît le professionnel au son de son marteau. Pas un coup de trop, pas un coup de moins, un clou bien planté est un clou qui tient bien.

    Sur les rayons d'une quelconque quincaillerie, dans le fond froid d'un entrepôt sans âme, au coeur d'une boite sans attrait, le clou attend patiemment son heure. Finalement, sur un chantier, une main le sort de sa noirceur et ce sera sa fête, à l'anonyme. Voilà l'événement par excellence dans la vie du clou. Il voit le jour durant quelques secondes mais c'est déjà la bataille, l'épouvantable fracas où chaque coup savamment porté le réchauffe et l'enfonce, lui déformant la tête en le fixant une fois pour toutes à sa portion d'éternité. La paix, au fond, ne se trouve-t-elle pas au coeur d'une belle pièce de bois, au sein d'un madrier où l'on se soustrait pour toujours à l'attention du monde entier?

    Comme nous, les clous frappent des noeuds, comme nous, ils se font cogner solidement, ils forcent en silence, ils grincent quand ils vieillissent et comme nous, ils essaient de tenir malgré tous les malgrés. Chers clous, sans vous, rien ne tiendrait autour de nous. Tout s'effondrerait.

    Lorsque quelque part en amont de l'histoire, le charpentier a rencontré le forgeron, il s'est passé une commande relative à des milliards de clous pour des milliards de projets de construction, Le clou est au centre de notre immobilisation.

    Sans parler du clou de cercueil, le véritable clou de finition.

    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Informations
    L'auteur

    Serge Bouchard
    Mots-clés
    homme, clou, histoire, modernité, occident, crucifixion, fer
    Extrait
    « Au chapitre des civilisations comparées, vous lirez qu'il existe deux grands types de sociétés : il y a les sociétés à noeuds et il y a les sociétés à clous. Dans les premières, le Fils de Dieu eût été attaché, dans les secondes, il nous fallait le transpercer ».
    Documents associés
    Jean Proulx
    Croissance, destin, outil, technique, progrès, civilisation, convivialité
    Gary Caldwell
    Jeunes, féminisme, divorce
    Jacques Dufresne
    Patrie philosophique, Max Scheler
    Pline l'Ancien
    Faiblesse et dépendance de l'homme à la naissance
    Ovide
    Jacques Dufresne
    Patrie philosophique, Max Scheler
    Voltaire
    Réfutation du mystère inconcevable de la nature humaine selon Pascal, mystère, religion, raison, empirisme, rationalisme, Lumières, Montaigne
    François Villon
    Compassion, pendaison
    Jacques Dufresne
    Machine

    0%
    Dons reçus (2018-2019):0$
    Objectif (2018-2019): 25 000$


    Nous avons reçu près de 11 407$ lors de la campagne 2017-2018. Nous vous remercions de votre générosité. Pour la campagne 2018-2019, notre objectif s'élève à 20 000$.

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.