Dernières modifications

    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Fluxs RSS:

    Impression du texte

    Dossier: Gênes

    Gênes

    André Fontainas
    La Piazza Acqua Verde (Place de l'Eau-Verte) à la fin du 19e siècle
    Photochrome (ca 1890-ca 1900)
    Publication : Detroit, Mich., Detroit Publishing Company
    Fait partie de la série : Views of architecture and other sites in Italy
    Source : Library of Congress, Prints and Photographs Division, LC-DIG-ppmsc-06515
    I

    L’aube fraîche d’avril a souri sur les monts
    Et scintille en saphirs aux arêtes de neige;
    Le glacier frémissant avec fracas s’allège
    D’eaux qui brisent aux rocs leur essor et leurs bonds.

    Notre route dévale entre deux bois profonds
    Dont l’épaisseur nocturne environne et protège
    Les toits épars contre le vent qui les assiège,
    Vers les cités qu’on rêve et les jardins féconds.

    Déjà souffle au soleil une plus molle haleine,
    Le Printemps étincelle, et voici, dans la plaine,
    Que les arbres fruitiers sont tout roses de fleurs;

    Bientôt l’âpre ravin succède aux terres grasses,
    Puis, sur la mer en fête où flambent les couleurs,
    Gênes voluptueuse étage ses terrasses.

    II

    Entre le calme azur du frémissant matin
    Dont l’heure triomphale est de printemps fleurie
    Et, pure sous le ciel, la mer de Ligurie
    Qui rêve en souriant jusqu’au Phare lointain,

    Enfouissant dans l’ombre un chaos clandestin
    De carrefours étroits où pullule flétrie
    Et lamentable la gueusaille que charrie
    Et que broie au hasard la houle du destin,

    Du Môle et de l’Eau-Verte aux Fontaines-Moroses,
    Albâtres, cipolins, porphyres, marbres roses
    Qu’avive le soleil de reflets violets,

    Debout au bord du golfe, où sa splendeur étale
    Église après église et palais sur palais,
    Se dresse en plein orgueil Gênes monumentale.

    III

    Du fond des Océans, des havres et des rades,
    Pacifiques hérauts d’harmonieux dessins,
    Les vaisseaux ont empli le port et les bassins,
    Et déjà les marins préparent leurs aiguades.

    Vers la ville de marbre et les roses façades,
    Au gré des regrets lourds qui soulèvent leurs seins,
    Ils invoquent les dieux, les héros et les saints
    Penchés dans les grands parcs au bord des balustrades.

    La voilure légère est arrondie au vent,
    Ils ont appareillé, sont au large, rêvant
    De souvenirs qui font leurs tâches plus cruelles;

    Et toujours ils revoient, étranges pavillons,
    Frémir, oripeaux d’or ou sordides haillons,
    Les linges suspendus dans d’étroites ruelles.
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Informations
    L'auteur

    André Fontainas
    Extrait
    Debout au bord du golfe, où sa splendeur étale Église après église et palais sur palais, Se dresse en plein orgueil Gênes monumentale.


    Dons reçus (2019-2020):6100$
    Objectif: 25 000$


    Nous vous remercions de votre générosité. Pour la campagne 2019-2020, notre objectif s'élève à 25 000$.

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.




    TEST C