• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Fluxs RSS:

    Impression du texte

    Dossier: Encyclopédie

    Wikipedia : perspectives

    Marc Foglia, Chang Wa Huynh

    Wikipedia Old Logo (Source : Wikipedia Slogans and Logos)



    Wikipedia : principes et perspectives de "l'encyclopédie libre"



    Wikipedia1 est un enfant non désiré dont la réussite spectaculaire force l’admiration. Wikipedia est née en janvier 2001 comme un outil destiné à accroître le nombre de contributions sur Nupedia, une encyclopédie à la structure éditoriale classique2. La publication sur Nupedia reposait sur un protocole traditionnel d'examen des articles par les éditeurs responsables du projet. De longs délais avant publication et des réécritures étaient souvent nécessaires, ce qui limitait très sévèrement le nombre d’articles publiés : au bout d’un an d’existence, Nupedia n’avait que vingt-quatre articles en ligne. Pour remédier à cette situation, Larry Sanger et Jimmy Wales proposèrent un lieu et un outil de collaboration massive appelé Wikipedia parce qu’il faisait appel au wiki, d'après le mot qui veut dire "vite" en hawaïen, genre de site Web qui permet à chacun d’écrire et de corriger immédiatement en ligne. Au bout de six mois, Wikipedia comptait six mille articles et les responsables du projet abandonnèrent progressivement Nupedia, entraînés par le succès croissant de la nouvelle encyclopédie et faute de moyens pour salarier Larry Sanger, l'ex-éditeur en chef de Nupedia, qui choisit pour cette raison de démissionner.
    Le dessein de cet article est de proposer une réflexion synthétique sur les raisons susceptibles d’éclairer la popularité de Wikipedia et de donner quelques perspectives sur les évolutions probables de l’encyclopédie libre.


    1. Un cocktail de philosophies

    Le succès récent de Wikipedia s’appuie en grande partie aussi sur la réactivation de grands courants philosophiques, qui se combinent sous une forme originale. Le relativisme pose que tous les points de vue se valent, ou plutôt que chacun a raison de son point de vue3. Le relativisme est rendu manifeste, paradoxalement, à travers le premier principe éditorial de Wikipedia, celui du " point de vue neutre ". L’expression "point de vue neutre1" étant un oxymore, les initiateurs du projet précisent que tous les points de vue et toutes les opinions ont un droit égal à l’expression. Chacun a le droit de dire ce qu’il sait sur Wikipedia, pourvu qu’il s’efforce de présenter ses opinions pour ce qu’elles sont, c’est-à-dire pourvu qu’il les mette à distance en les caractérisant comme telles, ou que d’autres le fassent pour lui4."

    Ce premier principe est donc étroitement lié au libéralisme : on se référera ici à John Stuart Mill, Sur la liberté (1859) dont le postulat essentiel est que tout le monde doit profiter de l’expression, de la circulation et de la critique des opinions de tout le monde. Héritier de la pensée des Lumières, Stuart Mill a posé que les esprits sont capables de s’éclairer et de se former mutuellement : nul besoin de censurer, nul besoin d’une instance chargée d’identifier et de bannir le " mal ". Le corollaire de ce principe libéral, c’est que Wikipedia ne saurait garantir par exemple une protection contre le sabotage de certains articles, en l’absence d’une surveillance supplémentaire. Le système est censé assurer toutefois un triomphe rapide aux gens raisonnables sur la poignée de vandales. De même, conformément à ce que soutenait Stuart Mill, la concurrence des idées doit conduire à l’élimination progressive des erreurs. Quelques expériences récentes ont montré que cet optimisme n’était pas toujours justifié5, même s’il est vrai que la qualité des articles s’améliore progressivement.

    L’optimisme libéral concorde avec le rationalisme, qui pondère le relativisme initial. Le lecteur de Wikipedia, prenant connaissance des différentes opinions sur une question, se donne les moyens de décider ensuite en parfaite connaissance de cause ce qu’il doit penser. Cette théorie rationaliste de la connaissance et de la communication a été portée au XXème siècle par des philosophes comme Jürgen Habermas ou John Rawls, et par tous ceux qui postulent un individu capable de se dégager des influences qui s’exercent sur lui, le plus souvent à son insu. Le rationalisme fait l’objet de critiques soutenues : l’homme est aussi un être de coutume et la capacité de son jugement à se conduire de manière autonome reste sujette à caution. L’expérience des contributeurs de Wikipedia (les rôles d’éditeur et de lecteur sont interchangeables instantanément) est souvent celle d’articles transformés en champs de bataille, où les individus s’affrontent à coups d’ajouts ou de reverts (restauration d'une version antérieure) lors de "guerres éditoriales" ou edit wars6. L’encyclopédie est d’ailleurs un lieu particulièrement prisé pour les trolls, phénomène courant sur Internet, de disputes menées pour le plaisir de la dispute. Les "retours" sont aussi invoqués pour expliquer l'impuissance relative des vandales, puisque leurs actes de sabotage peuvent être à tout moment effacés par d'autres contributeurs. Bref, tout irait bien si les discussions n’étaient parfois prises en charge par des groupes de pression. Un soupçon déjà célèbre entoure l’article " Wal-Mart " : la plus grosse chaîne mondiale de grande distribution aurait financé une agence de communication pour intervenir sur cet article éponyme et déplacer les critiques vers un article ad hoc intitulé " Criticism of Wal-Mart7 ". L’article de Wikipedia a été rendu davantage conforme aux intérêts de la société Wal-Mart.

    On mentionnera enfin deux courants dont la présence est encore plus manifeste. Le positivisme exige des sources et des références à ce qui existe déjà, tandis qu’il proscrit des inventions ou des prises de position originales8. L’exigence positiviste est expliquée dans les deuxième et troisième principes éditoriaux de Wikipedia, la "vérifiabilité" et le "pas de recherche originale9". Ici, le relativisme n’est plus de mise." The three policies are also non-negotiable and cannot be superseded by any other guidelines or by editors’ consensus10", ont décidé les éditeurs en chef. Enfin, et bien que l’équipe dirigeante de Wikipedia s’en défende en annonçant que l’encyclopédie n’est pas une expérience démocratique, anarchiste ou libertaire11, il faut mentionner l’anarchisme, entendu comme un pari sur la capacité des individus à se gouverner collectivement.

    Les différents courants philosophiques repérables se recoupent, s’entremêlent, se contredisent ou se fécondent mutuellement, d’où l’impression de bouillonnement intellectuel qui anime Wikipedia. Ainsi, on pourra rattacher le relativisme à l’idée que les experts n’ont pas à monopoliser la parole, et qu’une société libre est une société où les opinions de l’homme du commun se font entendre. Tout ceci se fait pour le bien de la société dans son ensemble, les individus étant eux-mêmes les meilleurs juges de ce qui leur convient : cette philosophie générale, que l’on trouve par exemple chez Paul Feyerabend dans Adieu la raison12, rejoint le principe libéral selon lequel le jeu des intérêts individuels et des opinions profite à tous, mais aussi la tendance anarchiste, selon laquelle il faut rendre au peuple (voire à la cuisinière) le pouvoir confisqué par les technocrates. Paul Feyerabend, qui avait adopté le relativisme comme philosophie avant d’y renoncer, revendiquait l’héritage de la démocratie grecque contre Platon. Le philosophe n’est pas l’expert qu’il faut écouter mais un trouble-fête, qui désapprend aux individus à se gouverner eux-mêmes. Platon pointait la faiblesse de la démocratie, qui repose sur les humeurs de la foule... pourtant la démocratie est aujourd'hui considérée comme le meilleur régime. Appréciera-t-on demain l'encyclopédie du plus grand nombre comme étant la meilleure ? Le principe de Wikipedia est en effet celui du jeu effectif des opinions, face au souci de la vérité auquel certains individus seraient censément plus attachés que d’autres... ?


    2. Budget

    Au départ, Wikipedia a été soutenue financièrement par Bomis, société co-fondée par Jimmy Wales. La société Bomis propose un annuaire de sites et tire ses revenus de la publicité associée à ces rings (série de sites traitant d'un même sujet, comme le ring "Demi Moore"). Le service Bomis Premium offre un accès payant à des photographies de quatre cent trois top-models - ce que l'on appelle du soft-porn - et le service Bomis Babe Report propose diverses informations et bavardages sur les célébrités. Ces informations sont en libre accès sur le site de Wikipedia en anglais à l'article "Bomis" ; on consultera aussi l'article "History of Wikipedia", "l'encyclopédie libre" pratiquant à cet égard une politique de transparence. De même que Rabelais, l'inventeur supposé du mot "encyclopédie", fit allaiter par dix-sept mille neuf cent treize vaches son jeune géant Gargantua, ce furent ici quatre cent trois nymphes court vêtues qui veillèrent sur le berceau de celle qui allait devenir la plus grande Encyclopédie du monde. En juin 2003 fut crée et installée à Tampa, en Floride, la Fondation Wikimedia, une organisation sans but lucratif, à laquelle furent aussitôt transférés les droits de propriété intellectuelle, bien que le contenu des articles soit censé appartenir aux auteurs. Le Conseil d'Administration décida de ne pas faire appel à la publicité et installa un modèle économique alternatif, en faisant seulement appel au bénévolat, aux dons et au mécénat. Wikipedia fit également appel aux dons, qui s'élevèrent à environ 600 000 dollars pour l'année 2005. Les dons sont déductibles des impôts aux Etats-Unis13. La Fondation a du mal à boucler son budget, d'où le retour nécessaire des campagnes de fundraising.


    2.1 Postes de dépense au cours du premier semestre 2005

    En 2005, il était prévu que le matériel consommerait 68 % du budget de Wikipedia. Un bon tiers de ce poste budgétaire fut économisé, comme le montre le tableau suivant. En revanche, les déplacements remboursés des membres de la Fondation et la campagne de levée de fonds coûtèrent beaucoup plus que prévu.

    PosteBudget
    Matériel150 000,00 $92 482,71 $
    Hébergement32 000,00 $32 246,99 $
    Voyages10 000,00 $16 536,81 $
    Noms de domaine1 000,00 $1 899,99 $
    Bureautique5 000,00 $3 902,94 $
    Divers2 000,00 $1 692,20 $
    Contrats de développement16 000,00 $15 000,00 $
    Assistant technique3 000,00 $1 930,00 $
    Promotion / Collecte de fonds1 000,00 $10 254,00 $

    2.2 Analyse

    Les dépenses consistent principalement en achats de serveurs14. Cependant, l’année 2006 devrait voir fondre ces dépenses : la société Yahoo! hébergera gratuitement les services de Wikipedia, en Asie15. Bien que les annonces à ce sujet soient peu claires, l’encyclopédie fournirait des informations statistiques sur les recherches effectuées par les usagers de l’encyclopédie pour augmenter la pertinence du moteur Yahoo! Search16. Notons l’absence de budget alloué à la recherche. Wikipedia s’appuie en effet sur les forces de la communauté de développeurs Open Source. Vingt-quatre développeurs programment MediaWiki, le logiciel de l’encyclopédie17. Sous des apparences novatrices, Wikipedia utilise et continuera à utiliser des solutions qui existent depuis longtemps. On s’explique ainsi l’absence de progrès de fond dans le fonctionnement de l’encyclopédie. Le succès de Wikipedia est lié à la croissance de son contenu18.

    Bien qu’il existe une équipe dirigeante de Wikipedia (le "Board of Trustees19"), l’organisation décentralisée de Wikipedia et la procédure collégiale de décision imposent une lenteur relative dans la conduite du projet. Les modifications sont vouées à rester mineures, ce qui ne veut pas dire qu’elles soient sans conséquences importantes. Ainsi, la mise en place tâtonnante de labels signalant l’état d’avancement d’un article, outre son coût très faible, tranche avec le protocole éditorial classique. En effet, il ne s’agit pas de valider un produit fini, mais de faciliter la collaboration des lecteurs-éditeurs. Le revers de la médaille, c’est que n’importe qui peut décider d’un label.


    2.3 Projets possibles

    Il est à prévoir qu’avec l’aide de Yahoo! et de la communauté des développeurs, Wikipedia puisse consacrer son budget à de nouveaux projets. De nouveaux services seront certainement installés dans un avenir proche. Si l’on prend en considération les principes philosophiques de l’encyclopédie, il est peu probable que ce budget disponible soit alloué au recrutement d’éditeurs ou de spécialistes en vue d’un saut qualitatif20. Dans la foulée de ce qui a déjà été réalisé, et contre l’avis d’un Larry Sanger, favorable à l’intervention d’experts21, Wikipedia continuera de miser sur la mise en place de procédures et de mécanismes qui recueillent le travail des lecteurs-éditeurs. Il est cependant à prévoir que la fondation Wikimedia mène des opérations de communication pour donner une caution supplémentaire au projet, et souhaite ardemment obtenir le soutien de professeurs d'Université. L’exemple pourrait venir de la Fondation Mozilla, autre projet libre, qui abrite désormais en son sein la Mozilla Corporation22, chargée entre autres de la promotion du navigateur libre Firefox.

    Depuis octobre 2004, l’encyclopédie est disponible en CD-ROM dans sa version en langue allemande23. La version sur support physique constitue pour l’encyclopédie un gain en crédibilité et en accessibilité, puisqu’elle se présente comme œuvre dont les versions successives seront facilement identifiables. Son coût de fabrication est très limité, alors que la réédition d'un dictionnaire comme l'Oxford Dictionnary of National Biography aura pris douze ans et coûté vingt-cinq millions de livres sterling24. La distribution de Wikipedia devrait en outre bénéficier de soutiens bénévoles, de telle sorte que cette version physique de Wikipedia serait disponible à un prix très bas, voire distribuée gratuitement dans les pays du Tiers-Monde. L’enseignement et la culture dans le monde s’adossera de cette manière aux contenus de l’encyclopédie libre.


    3. Le communisme presque parfait de Wikipedia

    Wikipedia est aussi l’un des fers de lance d’une nouvelle génération de sites Web qui mutualisent les efforts d’une communauté virtuelle. Ces efforts ne sont pas rémunérés. On pourrait évoquer pêle-mêle, comme sources de motivation, le sentiment de participer à une grande aventure collective, l’impression d’être au cœur de ce qui va faire époque, le fait d’apporter une pierre à l’édifice du savoir et de faire grossir le bien commun, le plaisir d’être instantanément publié et de voir en ligne l’effet de son action, la libération à l’égard des formes d’autorité et des hiérarchies traditionnelles, la joie de voir les efforts de la communauté virtuelle reconnus par un très grand succès, etc. Tous ces éléments sont déterminants dans la popularité de Wikipedia.

    Wikipedia est un outil très adapté aux connaissances qui ne font pas partie des domaines traditionnels de la connaissance. La vie quotidienne, les actualités, tous les sujets étrangers aux disciplines classiques trouvent naturellement leur place dans "l’encyclopédie libre". Chacun est libre de créer un sujet, aussi peu conventionnel soit-il. L’anonymat, le traitement par mot-clef et l’absence de classification des articles ont supprimé les contraintes de l’édition classique et encouragé beaucoup de lecteurs à devenir éditeurs. Wikipedia réussit à regrouper des gens partageant les mêmes centres d’intérêt. Le traitement de l’information par des communautés ayant atteint une taille critique fait que l’encyclopédie devient l’un des premiers lieux où l’on se dirigera sur Internet pour avoir un aperçu des tendances de la société. La proximité de l’utilisateur avec les sujets traités et la communauté virtuelle explique que l’on puisse y trouver aussi bien dix-huit recettes de fondue au fromage25 que le poids du plus gros hamburger du monde (6,75 kg) servi dans un restaurant de Pennsylvanie26, une fiche présentant le jeu de société Civilization ou bien encore le palmarès complet de récompenses et médailles gagnées par le footballeur Zinedine Zidane, sa décision de prendre une retraite sportive ayant d'ailleurs été transcrite en un temps record sur l'encyclopédie. Il y a un aspect pot-pourri ou bazar complet ("ultimate bazaar") dans Wikipedia, suivant l'expression même de Jimmy Wales.

    La gestion en ligne de l’encyclopédie et l’absence d’édition hors-ligne influencent grandement le travail collaboratif. Les modifications restent minimes dans la plupart des cas. Il s’agit de corrections et de retouches, l’apport d’un gros volume de texte étant très rare. On trouvera peu d’articles de fond, qui ne se limiteraient pas aux froides données positives et qui accompliraient un véritable travail pédagogique. Tant au niveau de l’édition des articles que de sa structure générale, Wikipedia est dépourvue d’ordre encyclopédique, c’est-à-dire d’une méthode d’accès réfléchie à la connaissance. On perd le sens étymologique de l’encyclopédie qui est celui d’un parcours circulaire de la connaissance27, au profit d’une recherche immédiate d’information, favorisée par la complicité avec les moteurs de recherches actuels.

    Le succès actuel de Wikipedia accélère et entérine plusieurs évolutions remarquables d’un point de vue sociologique. La connaissance et la culture entendues au sens classique se trouvent déportées vers le champ des hobbies, de ce que l’on fait le soir ou le week-end par plaisir, ou de ce que l’on pratique à temps perdu. Les articles ne sont pas signés et n'engagent pas la responsabilité de leurs auteurs. Wikipedia est comme un club de sport où l’on peut librement utiliser les appareils, se passionner pour ce que l’on fait ou s’y amuser, voire se disputer avec les autres pour l’usage de tel ou tel appareil, tout cela sans décliner son identité réelle. L’encyclopédie accueille et stimule l’activité anonyme des contributeurs. On peut basculer à tout moment du rôle de lecteur à celui d’éditeur, ou bien même se donner plusieurs pseudonymes et déployer ses activités sous plusieurs identités. Comme dans les jeux, l’invention d’identités virtuelles ou " avatars28" peut rapidement faire oublier la réalité sociale. Un trait caractéristique de Wikipedia, c’est de n’être en aucun cas un club, c’est-à-dire une communauté fermée : chacun peut instantanément en devenir membre, sans candidature, sans examen et sans procédure de recrutement.

    La communauté exerce un contrôle sur ses membres, à travers des préceptes divers, des recommandations et des normes éditoriales. Toutefois, ce contrôle ne se fait pas vraiment sentir comme tel, dans la mesure où c’est principalement un contrôle mutuel que les membres exercent à distance les uns sur les autres. À chacun selon ses capacités, à chacun selon ses besoins, sous l’œil attentif du voisin de palier. Wikipedia est un communisme, un système de production et de partage dont le principe est la mise en commun des biens. La connaissance et la culture y sont rendues communes, accessibles à tous et produites par tous. La propriété privée est abolie, l’identité sociale dépassée, le travail collectivisé. Dans la réalisation du communisme, on n’a jamais fait aussi bien : invoquera-t-on la République de Platon ou l’Etat soviétique, comme termes de comparaison29 ? La supériorité du wiki saute aux yeux et n’a même pas besoin de défenseurs. Il n’y a d’ailleurs nulle nationalisation, dans la mesure où les participants produisent le bien qu’ils partagent. Nulle violence originelle non plus, les fondateurs et leurs descendants ayant créé leur espace de toutes pièces. Tout cela contribue à asseoir une image éminemment positive.

    Wikipedia s’est développé jusqu’à présent sur la base d’une logique de participation libre, opposée au principe de propriété. Au regard de la richesse de cette œuvre collective, les tentations restent grandes de se l’approprier. Ce détournement pourrait prendre la forme d’une société de services implantée au sein de la Wikimedia Foundation, à l’image d’une société comme Red Hat, qui fournit des services informatiques à partir de solutions open source. Cette évolution pourrait prendre aussi la forme d’un partenariat avec plusieurs Universités et centres de recherche, qui délègueraient leurs experts pour vérifier et corriger un certain nombre d’articles. On aurait alors une version homologuée de Wikipedia, comme le réclame Larry Sanger, une œuvre gigantesque et de très bonne qualité. Dans ce cas comme dans l’autre, l’encyclopédie ferait l’objet d’une appropriation et d’une valorisation du travail accumulé au profit d’intérêts particuliers, même dans un but lucratif. Nous pensons toutefois que le diagnostic de Larry Sanger30, est sur ce point erroné : si la réalisation d’une version universitaire de l’encyclopédie n’est pas à l’ordre du jour, ce n’est pas parce que les wikipédistes auraient " en horreur les égards traditionnellement accordés à l’expertise31", mais parce qu’il s’agit là d’un retour au système d’édition classique signifiant une appropriation de l’œuvre collective par quelques individus, semblable à celle que Platon avait accordée aux philosophes sur la République. L’horreur supposée de l’expertise n’est en réalité qu’une conséquence parmi d’autres de la logique propre au projet Wikipedia, logique qui se trouve en opposition avec le modèle éditorial classique, dont Larry Sanger ne s’est jamais vraiment détaché32.

    Quelles sont les chances qu’a Wikipedia d’échapper aux appétits du monde des affaires ou à ceux du monde des experts ? Les contenus de l’encyclopédie sont disponibles sous "licence publique générale",General Public License ou GPL, dont les caractéristiques ont été définies par la Free Software Foundation sise à Boston. En bas de tous les articles de Wikipedia, on trouve la mention légale : " texte disponible sous GNU Free Documentation License33 ", dont les statuts sont définis par la Free Software Foundation. La GPL autorise toute personne à recevoir une copie d’un travail effectué sous cette formule juridique. Toute personne a le droit de modifier le travail, de l’étudier et de redistribuer le travail ou un travail dérivé. Cette personne peut toucher de l’argent pour ce service ou bien ne rien toucher. Ce dernier point distingue la GPL des autres licences de logiciels qui interdisent la redistribution dans un but commercial. Richard Stallman pense que le logiciel libre ne devrait pas placer de restriction sur l’utilisation commerciale, et la GPL indique explicitement qu’un travail sous GPL peut-être (re)vendu34. La GNU Free Documentation License est le complément de la licence concernant les logiciels informatiques. Il est juridiquement possible que l’on assiste à la vente de l’encyclopédie sur support physique, après intervention éventuelle des experts. Il est à noter aussi qu’au regard de la liste actuelle des projets, le communisme de Wikipedia ne semble pas menacé. Ce que nous appelons ici le communisme va au-delà de la " licence publique générale " : il implique que le travail volontaire fourni par les contributeurs ne puisse faire l’objet d’une appropriation. L’encyclopédie libre est une entreprise alternative au système « capitaliste » qui repose sur des droits de propriété exclusifs, des savoir-faire que l’on ne dévoile pas, des brevets que l’on dépose et des choses dont on restreint la diffusion à ceux qui ont les moyens de payer, sous peine de se mettre en faillite à brève ou moyenne échéance.

    L’exemple de Wikipedia montre que la frontière entre biens marchands et biens non-marchands deviendra plus incertaine encore. Simultanément, les marques se protègeront de manière plus agressive. Les aventures du " libre " comme Wikipedia resteront cependant limitées, car elles vont à l’encontre du fonctionnement général de notre système économique. La progression du " travail gratuit " est quant à elle certaine : on ne parlera pas ici de bénévolat, mais bien de travail gratuit, puisqu’un travail autrefois rémunéré cesse brutalement de donner lieu à des transactions monétaires et se voit confié à la bonne volonté de tous. Il est alors inévitable que le système économique cherche à tirer profit de ces contributions de masse, dans le contexte de la mise en réseau généralisé et de la socialisation virtuelle. Les exemples sont déjà nombreux d’une combinaison entre l’appel à la communauté, le travail gratuit et les services en libre accès d’un côté, le maintien ou l’intervention de la propriété comme source de plus-values de l’autre. On évoquera ici l’exemple de MySpace (espace communautaire de la jeunesse américaine), racheté il y a six mois 580 millions de dollars par FOX (Rupert Murdoch), les sites collaboratifs Del.icio.us (partage de signets, racheté par Yahoo ! ) et Flikr (partage de photos, racheté par Yahoo ! ), etc. Le rattachement de Wikipedia à la Fondation Wikimedia ne permet pas la vente de l’encyclopédie...

    Enfin, le statut de la connaissance change. Autrefois, la connaissance et la culture étaient enfermées dans des livres, ou bien dispensées par des professeurs salariés. Le livre avait un prix et le professeur gagnait sa vie en enseignant. Il n’en va plus de même avec Wikipedia. Le problème n’est pas nouveau, depuis les attaques de Platon contre la vénalité de l'enseignement des Sophistes. Est-il toutefois besoin d'experts, c'est-à-dire de personnes tout spécialement chargées de rassembler, produire et diffuser la connaissance ? Platon donnait dans le Ménon l’exemple de l’apprentissage de la langue : nous avons appris à parler, mais personne ne nous a pris à part pour nous l’enseigner. On apprend à parler une langue maternelle par immersion linguistique. Il semble aujourd’hui qu’il n’y ait plus de limites à l’apprentissage par immersion cognitive sur Internet. Est-il besoin même d’apprendre ? Tout étant toujours et partout disponible, la mémoire devient superflue. C’est oublier la formation du jugement, essentielle pour choisir ce que l’on doit considérer comme digne d’apprentissage35 et pour s’orienter à travers les masses compactes de l’information. L’accès au savoir passe désormais par la communauté des bénévoles, pleins de fierté et d’enthousiasme à l’idée d’être investis d’une mission pédagogique universelle. Tous sont professeurs et tous sont élèves : la relation de maître à disciple, qui a constitué la matrice historique de l’enseignement et de l’éducation, a entièrement disparu. Wikipedia pourrait être considérée à la fois comme l’ultime dégradation de la connaissance et de la culture, en termes de statut - aucune compétence spéciale n’est a priori requise pour éditer - et comme la réalisation de l’idéal des Lumières, l'accès de tous à la connaissance et la formation réciproque des esprits étant assurés à travers la libre communication. Cette ambiguïté reste passablement troublante.


    4. Un Web dans le Web

    4.1 Diversification


    La diversification des services proposés par Wikipedia ne peut qu’accentuer les débordements hors du domaine strict de la connaissance auquel les encyclopédies classiques sont attachés, pour le meilleur et pour le pire. Wikipedia a atteint une taille qui la rendrait susceptible par exemple d’être l'un des plus grands lieux d’annonces en tous genres. Il faut cependant émettre une réserve, liée au fait que la plus grande partie du trafic sur l’encyclopédie est générée par un moteur. La plupart des utilisateurs ne voient pas la page d’accueil - il en va de même sur l'Encyclopédie de l'Agora. L’utilisateur suit en général le plus court chemin entre son désir et l’information recherchée. Sauf par l’intermédiaire de liens, Wikipedia ne peut prétendre sous sa forme actuelle à être un lieu d’information.

    Il ne faut pas sous-estimer la capacité d’évolution de Wikipedia. Les projets informatiques sont en général bridés par leur conception originelle. L’absence d’indexation des articles dans Wikipedia apparaît comme un défaut majeur pour une encyclopédie, et l’indexation nécessiterait une intervention humaine à la fois intelligente et massive. Cependant, chaque page de l'encyclopédie libre étant très souvent visitée, ce travail d’indexation pourrait être confié aux participants. Wikipedia est peut-être un exemple de structure nouvelle évolutive et où la structure de base joue un rôle moins important. Le projet nous semble ainsi capable d’absorber des innovations de toutes sortes de manière très rapide.


    4.2 Un portail dominant ?

    Wikipedia s’inscrit dans une nouvelle génération de sites Web qui sont entièrement gérable par navigateur interposé.

    Wikipedia est sans doute amenée à devenir l’un des portails dominants sur Internet, mais sous une forme éclatée ou décentralisée. On corrigerait ce défaut en présentant sur chaque page de l’encyclopédie un grand nombre de services intégrés. L’utilisateur évoluerait ainsi à l’intérieur d’un réseau de services étroitement liés, qui font penser à la fidélisation des clients par le système de l’interlocuteur unique36. On compte parmi un nombre déjà important de services :


    Wiktionary, Dictionary and thesaurus
    Wikispecies, Directory of species
    Wikibooks, Free textbooks and manuals
    Wikiquote, Collection of quotations
    Wikinews, Free-content news
    Wikimedia Commons, Shared media repository
    Wikisource, Free-content library
    etc.

    La guerre qui opposaient les partisans des moteurs et ceux des annuaires s’est terminée par une victoire sans concession de Google. Les partisans des annuaires défendaient une plus grande pertinence du classement humain, ceux des moteurs arguaient de l’exhaustivité du référencement. Or, le grand nombre de liens que l’on trouve sur les articles de Wikipedia font déjà jouer à l’encyclopédie le rôle d’un annuaire qui ne dit pas son nom. On peut imaginer que la communauté soit invitée à référencer massivement des sites. Pourquoi ne pas imaginer que Wikipedia double l’annuaire Dmoz (plus de 5,2 millions de sites référencés et plus de 72 000 éditeurs en mai 2006) ? On peut imaginer que Wikipedia ne se contente plus de livrer des contenus en libre accès, mais devienne l’un des principaux outils de recherche, concurrençant à sa manière les moteurs qui ont assuré une grande partie de son succès.

    La déontologie de Wikipedia et le manque de moyen constitue un handicap, sous certains aspects, pour rivaliser avec d’autres sites Internet. Il n’est pas impossible que Wikipedia recueille le soutien logistique et financier d’un grand compte comme Yahoo!. En effet, Wikipedia peut proposer un panel très complet de contenus et de services, allant même à se substituer aux bibliothèques avec le projet Wikisources. Rien n’interdit à l’encyclopédie de proposer des guides touristiques collaboratifs ou de se lancer dans l’édition sous nom d’auteur. Rien n’interdit non plus à un grand compte de reprendre les contenus de Wikipedia et d’y associer des services : on évoquera le système d’exploitation Linux, autour duquel les sociétés RedHat, Mandriva et Novell37 vendent des services à valeur ajoutée. Le Président de la Fondation Wikimedia, Jimmy Wales, travaille d'ailleurs comme l'un des directeurs de Socialtext Inc., une société californienne qui fournit des solutions de "social software" à base de wiki aux entreprises sous le slogan "Wiki simple. Entreprise strong", et qui compte à ce jour comme clients quatre-cent organisations, entreprises et instituts.

    La licence GPL de Wikipedia fait de l’encyclopédie un fleuron du monde libre parmi la suite bureautique OpenOffice, le logiciel de retouches d’image The Gimp, le navigateur Mozilla Firefox et le système d’exploitation Linux. L’encyclopédie est l’œuvre la plus populaire du libre et le site le plus visité du monde du libre38. Non seulement Wikipedia gagne en crédibilité, étant de plus en plus citée dans le monde, mais pourrait bénéficier d’une aura particulière si la Fondation distribuait l’encyclopédie sous forme de CD-ROM dans les écoles du Tiers-Monde.

    Voir la suite de l'article

    "Wikipedia II : réactions et réponses"


    Marc Foglia et Chang Wa Huynh
    mai 2006




    Notes

    1. que l'on peut écrire aussi Wikipédia avec un accent, en français
    2. http://nupedia.8media.org/newest.phtml
    3. Le terme apparaît à la fin du XIXe siècle : Le Petit Robert donne 1898, en traduction de l’anglais et de l’allemand.
    4. "Neutral Point of View, NPOV" : "As the name suggests, the neutral point of view is a point of view. It is a point of view that is neutral - that is neither sympathetic nor in opposition to its subject " (Wikipedia, " Neutral Point of View ", http://en.wikipedia.org/wiki/Wikipedia:Neutral_point_of_view ). Larry Sanger contredit cette assertion : " Properly speaking, the neutral point of view is not a point of view at all, because when one writes neutrally, or without bias, one is very careful not to state (or imply or insinuate or carefully but subtly massage the reader into believing) that any particular view at all is correct ", in MediaWiki : Neutral Point of View.
    5. The neutral point of view is a means of dealing with conflicting views. The policy requires that, where there are or have been conflicting views, these should be presented fairly, but not asserted" (ibid.). Larry Sanger écrit ( Meta Wiki, article Neutral Point of View) : " In particular, the policy does not say that there is a " view from nowhere" (in Thomas Nagel’s phrase), such that articles written from that point of view are consequently objectively true. That isn’t the policy! The policy is simply that we should do our best to characterize disputes rather than engage in them. "
    6. " How Authoritative is Wikipedia ", http://www.frozennorth.org/C2011481421/E652809545/, 4 septembre 2004.
    7. "Richard Demsyn", 28 avril 2006, in Whitedust http://www.whitedust.net/article/55/Wal-marts_Wikipedia_War
    8. " Let the facts speak for themselves. Karada offered the following advice in the context of the Saddam Hussein article : Thou won’t even need to say he was evil. That’s why the article on Hitler does not start with " Hitler was a bad man " -we don’t need to, his deeds convict him a thousand times over. We just list the facts of the Holocaust dispassionately, and the voices of the dead cry out afresh in a way that makes name-calling both pointless and unnecessary. Please do the same : list Saddam’s crimes, and cite your sources" (Wikipedia : Neutral Point of View).
    9. Article "No original research", in Wikipedia : http://en.wikipedia.org/wiki/Wikipedia:No_original_research
    10. " NPOV is one of Wikipedia’s three content-guiding policy pages. The other two are Wikipedia Verifiability and Weikiepdia : No original research " (in Wikipedia, NPOV).
    11. "What Wikipedia Is Not"http://en.wikipedia.org/wiki/WP:NOT
    12. Paul Feyerabend, Farewell to Reason, Londres, Verso 1969 / Adieu la raison, Le Seuil, 1998.
    13. Article : "Déductibilité des dons" http://wikimediafoundation.org/wiki/Deductibility_of_donations
    14. Wikipedia, article " Wikimedia servers / hardware orders ",27 avril 2006, http://meta.wikimedia.org/wiki/Wikimedia_servers/hardware_orders
    15. Wikipedia, article " Yahoo! Hosting ", http://meta.wikimedia.org/wiki/Yahoo!_hosting, 24 mars 2006
    16. Wikipedia, article " Wikimedia partners and hosts ", http://meta.wikimedia.org/wiki/Wikimedia_partners_and_hosts\#People_who_love_us, 5 mars 2006.
    17. Wikipedia, article " Developers ", http://meta.wikimedia.org/wiki/Developers, 12 mai 2006.
    18. "The current Encyclopedia Britannica has 44m words of text. Wikipedia already has more than 250m words in it. Britannica's most recent edition has 65,000 entries in print and 75,000 entries online. Wikipedia's English site has some 360,000 entries and is growing every day. But numbers mean nothing if the quality is no good. And this is where the arguments start" in The Guardian26 octobre 2004 http://technology.guardian.co.uk/online/news/0,12597,1335892,00.html
    19. On trouve d'ailleurs l'explication suivante, à côté d'une photographie de "Jimmy Wales à Paris" : In 1999, Jimmy had the concept of a freely distributable encyclopedia and founded Nupedia, by hiring philosopher Larry Sanger as editor-in-chief and assigning 2 programmers to write software for it. Nupedia failed, perhaps due to being a top-down cathedral model, as opposed to Wikipedia, which is the ultimate bazaar. After 2 years of working with the Nupedia concept, that team opened Wikipedia to help channel content into Nupedia; Wikipedia became an instant success, but not in the envisioned way, and Nupedia was shut down. In 2003, Jimmy set up the Wikimedia Foundation, a Tampa-based non-profit organization, to support Wikipedia and its sister projects " (Wikipedia : Board of Trustees).
    20. Jimmy Wales : "Pour asseoir notre crédibilité, nous souhaitons générer une version « stable » des articles, vérifiée et approuvée par des experts sur le sujet, tout en maintenant la possibilité de le modifier. Il est hors de question de demander aux bénévoles de faire le plus gros du travail, et de demander à un expert de peaufiner le reste. L'interaction entre les différents contributeurs est le meilleur moyen d'améliorer le contenu", interview accordée le 24 mai 2006 à Hélène Labriet, http://www.01net.com/article/317311.html
    21. Larry Sanger, "Why Wikipedia Must Jettison Its Anti-Elitism ", 31 décembre 2004, http://www.kuro5hin.org/story/2004/12/30/142458/25
    22. Mention légale sur www.mozilla.com : " Mozilla Corporation is a wholly-owned subsidiary of the Mozilla Foundation ". La Fondation Mozilla a été doté a reçu un don de 2 millions de dollars d'AOL et a passé des accords avec Google.
    23. Wikipedia, article " Wikipedia-CD ", http://de.wikipedia.org/wiki/Wikipedia:Wikipedia-CD, 25 mars 2006.
    24. The Guardian, 26 octobre 2004
    http://technology.guardian.co.uk/online/news/0,12597,1335892,00.html
    25. Wikipedia France, article " Fondue ", http://fr.wikipedia.org/wiki/Fondue, 25 avril 2006
    26. in Wikipedia France, article " Hamburger ", http://fr.wikipedia.org/wiki/Hambuger
    27. Le terme "encyclopédie" fut inventé par François Rabelais au début du XVIème siècle à partir du grec " cyclos ", cercle, et " paideia ", éducation.
    28. Voir à ce sujet François-Xavier Hussherr, Cécile Hussherr et Marie-Estelle Carrasco, Le nouveau pouvoir des Internautes, wikilivre, Timée Editions, Paris, 2006, pp.125-138. " L’avatar est très utilisé dans les jeux internationaux massivement multijoueurs comme World of Warcraft ou Dark Age of Camelot. Sur ce jeu, des milliers de personnes se retrouvent simultanément chaque jour. Elles choisissent un avatar qui leur correspond et deviennent un troll ou un autre individu doté de pouvoirs magiques. Elles se déplacent dans l’univers virtuel de leur écran d’orginateur. C’est ainsi que virtuellement, un troll de Toulouse peut croiser une walkyrie qui, au même moment, se trouve derrière son écran à Glasgow (...)."
    29. Il existe d'ailleurs une affinité étrange entre le caractère virtuel de la communauté des wikipédistes et le communisme. Il a certes existé des tentatives historiques pour réaliser le communisme. "However, communism as a political goal generally is a conjectured form of future social organization which has never been implemented". http://en.wikipedia.org/wiki/Communism
    30. Larry Sanger est docteur de l'Université de Ohio en philosophie, éditeur en chef de Nupedia, co-fondateur de Wikipedia, et désormais directeur du projet DigitalUniverse.
    31. "This lack of respect for expertise explains the first problem, because if the project participants had greater respect for expertise, they would have long since invited a board of academics and researchers to manage a culled version of Wikipedia (one that, I think, would not directly affect the way the main project is run). But because project participants have such a horror of the traditional deference to expertise, this sort of proposal has never been taken very seriously by most Wikipedians leading the project now. And so much the worse for Wikipedia and its reputation. " (Larry Sanger, in " Why Wikipedia Must Jettison Its Anti-Elitism " (" Pourquoi Wikipedia doit jeter par-dessus bord son anti-élitisme "), in Kuro5hin, 31 décembre 2004).
    32. Larry Sanger s’est retiré officiellement de Nupedia et de Wikipedia, n'ayant pas de ressources pour vivre. "As you know, since the beginning of February, I've been working on Wikipedia and Nupedia as a part-time volunteer. I haven't been able to do nearly as much as I wish I could do, but job-hunting and money-making activities necessarily occupy a great deal of my time. Unfortunately, I do not expect to see, within the foreseeable future, any sort of compensation for the time and responsibility I've continued to hold in the projects. Now that I'm unemployed, I can ill afford to spend my free time this way. This is, I'm afraid, by far the most important reason for my resignation." Lettre de Larry Sanger, "My Resignation", 1er mars 2002, http://meta.wikimedia.org/wiki/My_resignation--Larry_Sanger
    Larry Sanger se consacre au projet DigitalUniverse http://www.digitaluniverse.net conduit et financé en grande partie par l'homme d'affaires californien Joseph Firmage.
    Le projet DigitalUniverse devrait contenir "a planned Encyclopedia of Earth, which will focus on the environment and its interaction with society". Il devrait permettre aux individus de disposer des informations nécessaires pour dénoncer une pollution au mercure, organiser l’aide après un Tsunami, poursuivre et arrêter un évadé, etc. La question de l’autorité n’est pas tranchée et l’on se demande le déclenchement d'une chasse à l’homme par exemple va réellement être laissé à l’initiative de n’importe qui. Qui va poser des limites entre l’information et l’action ?
    Voir aussi Leslie Walker, "A Universe of Good Intentions, A World of Practical Hurdles", Washington Post, January 19, 2006
    http://www.washingtonpost.com/wp-dyn/content/article/2006/01/18/AR2006011802251.html
    33. La formule a été inventée par Richard Stallman, fondateur du projet GNUhttp://www.stallman.org/#serious
    34. Wikipedia : GNU General Public License
    http://en.wikipedia.org/wiki/GNU_General_Public_License
    35. Dignum memoratu, disait Pétrarque, le père de l’humanisme, au XIVème siècle.
    36. Le système de l'interlocuteur unique signifie par exemple que votre banque vous proposera aussi une assurance auto.
    37. Novell a racheté l'allemand Suse.
    38. Source : Alexa, faute de mieux.
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Informations
    L'auteur

    Marc Foglia, Chang Wa Huynh
    Marc Foglia est docteur en philosophie et enseigne à Paris-I Sorbonne. Chang Wa Huynh est informaticien et étudiant en mathématiques.
    Mots-clés
    Une appréciation de Wikipedia (mai 2006)
    Extrait
    Wikipedia est un enfant non désiré dont la réussite spectaculaire force l’admiration. Wikipedia est née en janvier 2001 comme un outil destiné à accroître le nombre de contributions sur Nupedia, une encyclopédie à la structure éditoriale classique.
    Documents associés
    Jean le Rond D'Alembert
    Présentation de L'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert, connaissance, classification des connaissances, empirisme
    Marc Foglia, Chang Wa Huynh
    Jacques Dufresne
    Polydictionnaire, outil pédagogique, multiplicité des points de vue
    Jacques Dufresne
    Origine et mode de fonctionnement de L'Encyclopédie de L'Agora, partenariat, virtuel, Internet, réel
    Jean-Michel Sarlet
    sarlet, liège, nuage, ciel
    Josette Lanteigne
    Encyclopédies sur Internet

    0%
    Dons reçus (2018-2019):0$
    Objectif (2018-2019): 25 000$


    Nous avons reçu près de 11 407$ lors de la campagne 2017-2018. Nous vous remercions de votre générosité. Pour la campagne 2018-2019, notre objectif s'élève à 20 000$.

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.