Merci d'encourager L'Agora
Faites un don via Paypal
Le site est en cours de modernisation. Nous vous invitons à utiliser la recherche pour repérer les contenus qui vous intéressent. Merci de votre patience et bonne lecture.

Une civilisation à l'origine de nombreuses inventions

Sénat français
M. Alain Peyrefitte indiquait, dans son fameux ouvrage de 1973 (*) : « Un siècle et demi de déclin a fait oublier que la Chine, durant des millénaires, s'était portée à la pointe de la science et de la technique mondiales ; que son avance dura jusqu'au XVIe siècle, et qu'elle ne fut vraiment distanciée qu'au début du XIXe siècle. Encore son génie la tournait-il vers l'invention plutôt que vers la découverte ; moins vers les sciences fondamentales que vers les sciences appliquées : astronomie, météorologie, botanique, médecine, pharmacie. »

Les multiples inventions chinoises avaient d'ailleurs été recensées par Joseph Needham, célèbre historien et sinologue anglais, dans son ouvrage « Science et civilisation en Chine », qu'il rédigea au milieu du siècle dernier.

On peut citer notamment, à ce titre, l'invention par les Chinois de la boussole, de l'imprimerie (bien avant Gutenberg) et du papier ; en outre, l'étrier, les harnais à trait et à collier auraient été inventés en Chine, environ mille ans avant leur première utilisation en Europe. La brouette compterait également au nombre de ces inventions.

S'agissant des matières, on pense bien entendu à la soie, mais également à la porcelaine.

Dans le domaine des mathématiques, la Chine est à l'origine du système décimal (dès le XIVe siècle avant JC) ainsi que du boulier (ancêtre de la machine à calculer).

Dans le secteur des armes, on peut citer notamment l'arbalète et la poudre explosive.

En réalité, on a sans doute tendance à oublier le rôle essentiel de la Chine, dont les inventions sont multiples dans tous les secteurs de la vie (du pont suspendu aux moulinets de canne à pêche, en passant par les feux d'artifices, les horloges mécaniques ou les bateaux à aube).

Il est vrai que ce pays n'a pas fait preuve du même talent pour diffuser ses innovations, lesquelles ont souvent été reprises à leur compte par des nations étrangères.

(*) Alain Peyrefitte, Quand la Chine s'éveillera... le monde tremblera, Fayard, 1973.