Merci d'encourager L'Agora
Faites un don via Paypal
Le site est en cours de modernisation. Nous vous invitons à utiliser la recherche pour repérer les contenus qui vous intéressent. Merci de votre patience et bonne lecture.

Présentation de la Beauce à Notre-Dame de Chartres

Charles Péguy
Au début du XXe siècle, Charles Péguy invitait les étudiants de Paris à le suivre dans un pélerinage à pied vers la cathédrale de Chartres. Voici les vers que cette marche lui a inspirés.
Étoile de la mer voici la lourde nappe
Et la profonde houle et l'océan des blés
Et la mouvante écume et nos greniers combles,
Voici votre regard sur cette immense chape

Et voici votre voix sur cette lourde plaine
Et nos amis absents et nos coeurs dépeuplés,
Voici le long de nous nos poings désassemblés
Et notre lassitude et notre force pleine.

Étoile du matin, inaccessible reine,
Voici que nous marchons vers votre illustre cour,
Et voici le plateau de notre pauvre amour,
Et voici l'océan de notre immense peine.

Un sanglot rôde et court par delà l'horizon.
À peine quelques toits font comme un archipel.
Du vieux clocher retombe une sorte d'appel.
L'épaisse église semble une basse maison.

Deux mille ans de labeur ont fait de cette terre
Un réservoir sans fin pour les âges nouveaux.
Mille ans de votre grâce ont fait de ces travaux
Un reposoir sans fin pour l'âme solitaire.

Vous nous voyez marcher sur cette route droite,
Tout poudreux, tout crottés, la pluie entre les dents.
Sur ce large éventail ouvert à tous les vents
La route nationale est notre porte étroite.


Nous allons devant nous, les mains le long des poches,
Sans aucun appareil, sans fatras, sans discours,
D'un pas toujours égal, sans hâte ni recours,
Des champs les plus présents vers les champs les plus proches.

Texte intégral: http://www.agora.qc.ca/poesie/peguy.html

À lire également du même auteur

La joie du travail
On devient vite un piètre travailleur quand on fait du travail un absolu. L'amour du trav

Présentation de la Beauce à Notre-Dame de Chartres
Au début du XXe siècle, Charles Péguy invitait les étudiants de Paris à le suivre dans un péle

Adieu à la Meuse
"Il y a une ivresse de Péguy comme il y a une ivresse de Hugo. Ils sont l’un et l’