Corolle du nénuphar

Rainer Maria Rilke
J'ai toute ma vie, mais qui la dirait mienne
Me priverait, car elle est infinie.
Le frisson d'eau, la teinte aérienne
Sont à moi; c'est encor cela, ma vie.

Aucun désir ne m'ouvre: je suis pleine
Jamais je ne me referme par refus, -
Au rythme de mon âme quotidienne
Je ne désire point -, je suis émue;

Par ce mouvement j'exerce mon empire
Rendant réels les rêves du soir
Car à mon corps du fond de l'eau j'attire
Les au-delà des miroirs...

Autres articles associés à ce dossier

Promenade sentimentale

Paul Verlaine


À lire également du même auteur

Ich lebe mein Leben ...
Le temps spirale. Synthèse du temps cyclique et du temps linéaire?

Première élégie
Première des élégies dites de Duino.