Notation musicale

Hélène Laberge
Rien ne nous semble plus évident, plus simple et plus logique que la portée musicale. Cette merveilleuse simplification qui permet aux musiciens de toutes langues et de toutes cultures d'avoir accès au répertoire musical universel a mis des siècles à prendre sa forme actuelle. La première notation a été alphabétique. Les Grecs, dès le début du VIIe siècle av. J.-C., employaient les lettres de l'alphabet, avec des signes spéciaux pour la durée des sons. Cette notation devint si complexe que déjà au IVe siècle après J.-C., on compte pas moins de 1620 signes... Ce lourd système s'allégea au cours des siècles et au Xe siècle de notre ère, c'est Odon de Cluny qui nomma les notes à partir des premières lettres de l'alphabet en commençant par le la. A=la; B=si, etc., une désignation que conservèrent les Anglais et les Allemands.

Autres articles associés à ce dossier

Ce que nous enseigne la musique

Philippe Lorange

Nadia Boulanger ou l’enseignement de la musique comme modèle pour tous les autres enseignements.«Aimer un enfant c’est lui ap

Une musique éternelle

Hélène Laberge

De la découverte de la gamme à la musique contemporaine: la musique telle que l'ont faite les grands compositeurs au fil du temps: Bach, Mozart, Bee

La musique post-romantique

Hélène Laberge

Parallèlement à la musique impressionniste française apparaît une musique religieuse se rattachant à l'éthique platonicienne.

À lire également du même auteur

Jane Eyre ou la nudité de l'âme
«Qu'il aura été long et dur le chemin de Jane vers l'amour. Elle sera pa

Fernand Dumont et la religion catholique au Québec
Dans les mots de tous,.Fernand Dumont, après nous avoir  donné à comprendr

Lettre de Noël à une amie française sur l'écrivain québécois Mario Pelletier
Lettre de Noël à une amie française, qui a connu le Québec. Sur un é

Vin
Extrait d'un article sur l'histoire de la nourriture cité ailleurs sur ce site.

L'art naïf ou les couleurs de la vie
« En matière d'art, l'érudition est une sorte de défaite : elle &

Jean-Pierre Parra, médecin poète
Dans cet «état de veille permanent», qui devrait être la définition




En marge de la Conférence de Glasgow