Différences entre les jeux olympiques et le mouvement olympique

Leroy Walker
Question - La philosophie du baron Pierre de Coubertin, le fondateur des premiers Jeux olympiques de l'ère moderne, en 1896, incarnait les valeurs de son temps. Aujourd'hui, alors que les Jeux de 1996 se profilent à l'horizon, nous sommes à l'aube du vingt et unième siècle. Le mouvement olympique est-il toujours d'actualité et quelle est la place des États-Unis dans tout cela?

M. Walker - Le mouvement olympique est sans aucun doute d'actualité dans le monde entier. Pensez-donc, il y a près de deux cents pays qui vont participer aux Jeux. Il y a cent ans, ils n'étaient que treize à y prendre part, ce qui correspondait à peu près à trois cents athlètes, alors qu'on en comptera dix mille à Atlanta. La leçon que l'on doit en tirer avant tout, c'est qu'en dépit des différences culturelles et linguistiques, il n'y a aucune raison de considérer la discorde générale comme inévitable.

Il est cependant important d'établir une distinction entre le mouvement olympique et les Jeux olympiques. Lorsque Pierre de Coubertin a eu l'idée des Jeux, dans la foulée de la guerre franco-prussienne et pendant l'affaire Dreyfus, alors que la France lui paraissait terriblement meurtrie et plongée dans la décadence, il cherchait le moyen de pousser les peuples, et en particulier ses compatriotes, à fraterniser. L'important, il en était convaincu, n'était pas de gagner; c'était de participer. C'était l'essence même des sports, tels qu'il les concevait. Le général Douglas MacArthur tint des propos analogues bien des années plus tard: c'est dans le terrain des rivalités amicales qu'il faut semer les graines qui, plus tard, en d'autre lieux, porteront les fruits de la victoire, disait-il.

Malheureusement, la commercialisation commence à toucher les Jeux. La couronne de lauriers et l'honneur d'allumer la flamme olympique comptent moins maintenant que les médailles d'or et les milliers de dollars que peuvent gagner les athlètes en faisant de la publicité. Même si on ne retourne pas au temps de la couronne de laurier, ce n'est pas une raison pour se laisser dominer par l'appétit du gain. Entre ces deux extrêmes, nous devons essayer de retrouver certaines des valeurs premières du mouvement olympique.

Question - Pouvez-vous approfondir encore la question de la différence entre le mouvement et les Jeux olympiques?

Réponse - D'un côté, il y a la fièvre des Jeux - vingt-six disciplines dans vingt-huit sites, une manifestation sportive qui se chiffre à des milliards et des milliards de dollars. De l'autre, il y a les cinq caractéristiques fondamentales du mouvement: l'idéal, la concentration, la persistance, la discipline et la détermination. Ces valeurs s'expriment non seulement pendant les «seize jours de gloire», mais aussi pendant les olympiades, de sorte qu'elles façonnent le style de vie des jeunes athlètes. Le mouvement olympique englobe des stages d'entraînement et de perfectionnement, la création d'emplois et des programmes en faveur des moins expérimentés. Ce sont des valeurs dont il faut encourager le développement à long terme, en tirant parti des multiples occasions d'enseigner qui se présentent dans les gymnases aussi souvent, si ce n'est plus, que dans les salles de classe. Il faut faire comprendre aux jeunes que le succès est un voyage, et non pas une destination. Je ne pense pas qu'on ait perdu cela de vue, mais le public n'en entend pas beaucoup parler. La vérité, c'est que les Jeux olympiques révèlent ce qui a été appris dans le cadre du mouvement olympique. Ce n'est pas quelque chose qu'on apprend pendant les Jeux : à ce moment-là, on se contente de montrer ce qu'on sait.

Autres articles associés à ce dossier

Anacharsis aux Jeux de 356 av. J.-C.

Jean-Jacques Barthélemy

Figure aujourd'hui oubliée de la littérature française, l'auteur d'Anacharsis, l'abbé Barthélemy (1716-1795), fut un des plus fins connaisseurs d

Jeux olympiques et jeux panhelléniques dans la Grèce Antique

George Grote

Extrait de la magistrale Histoire de la Grèce de l'historien George Grote. Où il est démontré l'importance des fêtes sportives — jeux Olymp

Platon aux Olympiques

Judith Swalding

Où l'on voit que les foules de la Grèce antique avaient, au cours des grands événements sportifs, des comportements semblables à ceux des foules

Les jeux olympiques dans la Grèce antique

Anonyme

Les innombrables anecdotes qui sont rattachées aux Jeux olympiques continuent de nous renseigner sur nos valeurs les plus actuelles.




Articles récents

  •  

    Les mots ont une vie eux aussi

    Pierre Biron
    Les mots naissent, évoluent dans leur structure, se répandent, accouchent d’un autre sens, livrent vérités ou m

  •  

    Lovelock James

    Jacques Dufresne
    James Lovelock est né le 26 juilllet 1919; il est mort le 26 juillet 2022. Gaia a mauvaise presse en cet automne 2022 en raison de la conceptio

  •  

    Culture médicale: un ABC

    Jacques Dufresne
    La culture médicale est la première condition de l'autonomie des personnes face à un marché de la santé o&ugrav

  •  

    Gustave Thibon, un Nietzsche chrétien

    Jacques Dufresne
    On a comparé Gustave Thibon à Pascal et Gabriel Marcel a reconnu en lui un Nietzsche chrétien, mais il eut encore plus d’af

  •  

    Pause ton écran

    Jacques Dufresne
    À propos du site Pause ton écran, consacré à des mises en garde contre la dépendance aux écrans et de Cather

  •  

    Ottawa n'est pas Rome

    Marc Chevrier
    Pourquoi le français n’est-il pas au Canada ce que le grec fut à Rome? Une version espagnole suit.

  •  

    L'inflation généralisée

    Jacques Dufresne
    L’inflation, un mal multiforme et universel ? Le premier sens que le CNRTL donne au mot est  médical : enflure, inflammation. L

  •  

    Pâques et les calendriers

    Jacques Dufresne
    Notre attention a besoin d’être tirée chaque jour vers le haut, et vers le zénith lors de grandes fêtes comme Pâ