Dostoïevski et Balzac

Chronique des lettres françaises
La nouvelle génération des écrivains russes, les Pilniak, les Ivanov, etc. vit sous l’influence de Dostoïevski; les critiques étudient son œuvre et ont signalé l’influence qu’exerça sur lui un autre écrivain de génie : Balzac. Le premier travail signé de Dostoïevski est, en effet, une traduction d’Eugénie Grandet (1844). Balzac était alors le romancier à la mode en Russie, grâce surtout à une revue, La Bibliothèque de Lecture, qui publiait également des critiques sur les œuvres du grand romancier. Le jeune Dostoïveski y lut un jour que Balzac avait trouvé ce que la littérature cherchait depuis longtemps : la femme véritablement malheureuse; de là l’idée de son premier roman, Les Pauvres Gens. Sa correspondance, ses romans de cette époque renferment de nombreuses expressions de Balzac.

L’influence de Balzac se fit d’ailleurs sentir jusque dans la dernière période des œuvres de Dostoïevski. La revue Vrémia, qu’il dirigeait avec son frère Michel, faisait une large place à la critique balzacienne et Grigoriev y rapprochait, dans un article, les quatre noms de Gogol, Balzac, Nékrassov et Dostoïevski, qui puisèrent leurs sujets dans la vie fantastique des cités modernes, tandis que Tourgueniev, Tolstoï, Gontcharov s’intéressent surtout à la vie rurale.

Des personnages de Dostoïevski évoquent à notre mémoire des figures de la Comédie humaine, Sophie Marmeladoff, de Crime et Châtiment, ou Raskolnikov, qui rappelle Rastignac; Dostoïevski a eu recours à Balzac pour fortifier sa pensée philosophique principale : « Qu’on ne peut édifier sur la souffrance d’autrui, ni le bonheur personnel, ni le bonheur universel. »

Autres articles associés à ce dossier

Le peleton d'exécution

Stefan Zweig

Dostoïewski est condamné à mort. Il est devant le peloton d'exécution. On lui a bandé les yeux. Il est déjà mort, mais une seconde avant de l'

Les Frères Karamazov

André Gide

Article écrit avant la représentation du drame de Jacques Copeau et J. Croué, d'après le roman Les Frères Karamazov.

À lire également du même auteur

Sur la correspondance de Mérimée et de Viollet-le-Duc
À propos de la publication de cette correspondance dans l’édition des Œuvres complètes

Mallarmé vu par Paul Claudel
Évoque la contribution de Paul Claudel à un "Hommage à Stéphane Mallarmé" paru dans l

La lecture est-elle un vice?
Discussion des idées exprimées par l'écrivain français Valery Larbaud au sujet de la lecture.

Joseph de Maistre et la guerre
Un résumé des idées du célèbre théoricien contre-révolutionnaire savoyard sur le problème de




Articles récents

  •  

    Les mots ont une vie eux aussi

    Pierre Biron
    Les mots naissent, évoluent dans leur structure, se répandent, accouchent d’un autre sens, livrent vérités ou m

  •  

    Lovelock James

    Jacques Dufresne
    James Lovelock est né le 26 juilllet 1919; il est mort le 26 juillet 2022. Gaia a mauvaise presse en cet automne 2022 en raison de la conceptio

  •  

    Culture médicale: un ABC

    Jacques Dufresne
    La culture médicale est la première condition de l'autonomie des personnes face à un marché de la santé o&ugrav

  •  

    Gustave Thibon, un Nietzsche chrétien

    Jacques Dufresne
    On a comparé Gustave Thibon à Pascal et Gabriel Marcel a reconnu en lui un Nietzsche chrétien, mais il eut encore plus d’af

  •  

    Pause ton écran

    Jacques Dufresne
    À propos du site Pause ton écran, consacré à des mises en garde contre la dépendance aux écrans et de Cather

  •  

    Ottawa n'est pas Rome

    Marc Chevrier
    Pourquoi le français n’est-il pas au Canada ce que le grec fut à Rome? Une version espagnole suit.

  •  

    L'inflation généralisée

    Jacques Dufresne
    L’inflation, un mal multiforme et universel ? Le premier sens que le CNRTL donne au mot est  médical : enflure, inflammation. L

  •  

    Pâques et les calendriers

    Jacques Dufresne
    Notre attention a besoin d’être tirée chaque jour vers le haut, et vers le zénith lors de grandes fêtes comme Pâ