• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition


    Impression du texte

    La dette climatique

    Harvey Mead

    Personne ne devrait en douter maintenant: il faut établir le prix des services rendus par la nature et faire entrer ce prix dans les calculs économiques. Chaque Québécois devrait savoir que l'eau de ses rivières lui permet d'épargner chaque année des milliers de dollars pour le chauffage de sa maison et que, si l'on tient compte de tous les usages que l'on fait de cette ressource, elle enrichit son pays de 10 milliards de dollars par année et sans doute davantage.

    On se rend compte de la valeur des services rendus par les insectes et les oiseaux pollinisateurs quand les abeilles sont décimées par la maladie. Cette perte doit aussi être chiffrée. Elle devient une dette pour ceux qui ont causé la maladie, s'il est possible de les identifier; une dette à l'endroit de tous les producteurs de fruits et de légumes d'une région donnée et peut-être même de l'ensemble de la planète. La chose est encore plus claire dans le cas d'un terrain contaminé. Le pollueur a une dette à l'endroit du propriétaire du terrain. Il doit la rembourser soit en argent soit en remettant le terrain dans sont état initial.

    Qu'en est-il de la dette des pays qui ont émis plus que leur juste part de gaz à effet de serre au cours des cinquante dernières années? Cette question est au cœur des négociations qui se poursuivent en ce moment à Copenhague. Les pays pauvres et bon nombre de pays en développement héritent d'une situation qu'ils n'ont pas créée et dont ils n'ont guère tiré profit dans le passé.

    Cette question de la dette climatique bien peu de gens dans les pays riches osent la poser et encore moins en discuter publiquement parce qu'on connaît à l'avance l'ordre de grandeur de la réponse et qu'on ne peut pas envisager de rembourser la dette entrevue.

    Harvey Mead, qui fut Commissaire au développement durable du Québec en 2007 et 2008 fait partie de la courageuse avant-garde qui ose faire face à cette réalité autrement que par le déni. Même si, comme il le reconnaît lui-même, les outils à notre disposition pour cette tâche sont encore grossiers, il ose chiffrer la dette climatique du Québec.

    Il fait en même temps la démonstration de l'utilité d'un nouvel outil, l'IPV ou Indice de progrès véritable, dont il faut espérer qu'il remplacera un jour prochain le PIB comme indicateur du développement.


    Télécharger les documents en format PDF

    L'article: La dette climatique du Québec

    La fiche technique: Le coût des émissions québécoises de GES.

     

    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Informations
    L'auteur

    Harvey Mead
    Extrait
    «Pourtant, les montants qui seraient exigés pour combattre efficacement et directement les changements climatiques sont du même ordre, toutes proportions gardées, que ceux mis en œuvre pour combattre le risque d’une dépression aux États-Unis et en Europe en 2008-2009. Pour répéter la conclusion qui doit être tirée des constats présentés ici : Copenhague montre l’impasse du modèle économique actuel, fondé sur la non prise en compte des facteurs externes, sociaux et environnementaux, et une croissance dans les activités des marchés qui est liée directement aux crises que représentent ses facteurs.»
    Documents associés
    Franck Michel
    SAcré,Vacances, Temps, Temps du voyage, Temps normal
    Yvon Leclerc
    Saint-Simon
    littérature française
    José Ortega y Gasset
    Animal, Cuvier, proie, prédateur, chasseur, alerte, vie sauvage, nuit, jour
    Jean-Paul Audet
    Jacques Dufresne
    Enseignement supérieur
    Émile Nelligan
    Jean Védrines
    Mondialisation
    Auguste Dietrich
    Sympathie, Compassion, Schopenhauer, Humanité, Volonté de vivre

    2%
    Dons reçus (2018-2019):609$
    Objectif (2018-2019): 20 000$


    Nous avons reçu près de 11 407$ lors de la campagne 2017-2018. Nous vous remercions de votre générosité. Pour la campagne 2018-2019, notre objectif s'élève à 25 000$.

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.