Merci d'encourager L'Agora
Faites un don via Paypal
Le site est en cours de modernisation. Nous vous invitons à utiliser la recherche pour repérer les contenus qui vous intéressent. Merci de votre patience et bonne lecture.

Révolution tranquille

«Ce qu’on appelle la "révolution tranquille" est un moment de l’histoire du Québec qui a été interprété déjà de plusieurs manières. Ses acteurs, ses témoins et ses premiers analystes ont vu en elle un véritable avènement. Aussi tard qu’en 1990, l’historien Fernand Ouellet, bien représentatif de ce courant, croyait encore pouvoir écrire que "La Révolution tranquille marqua incontestablement pour les Québécois francophones le moment capital de leur entrée dans la modernité". À cette interprétation radicalement mythificatrice a succédé une interprétation parfois aussi radicalement démythificatrice, si bien qu’après avoir examiné la répartition des dépenses publiques sous Lesage, un politicologue comme Daniel Latouche par exemple, est allé jusqu’à dire que ce gouvernement avait la même conception du rôle de l’État que ceux qui l’avaient précédé, ce qui pouvait laisser entendre en quelque sorte que la révolution tranquille n’avait pas eu lieu. Certains ont confondu la révolution tranquille avec le gouvernement de Jean Lesage justement, et parfois même avec sa période la plus dynamique, celle des années 1960-1964 au cours de laquelle les réformes se sont succédé à un rythme effréné. D’autres, comme les historiens Linteau, Durocher, Robert et Ricard, ont voulu tenir compte de l’entier déploiement dans la société des réformes et du nationalisme caractéristiques de la révolution tranquille et ont donné son nom à toute la période des années 1960 à 1980. C’est dire qu’il n’est pas simple de mesurer l’importance du phénomène, ni d’en déterminer les dates une fois pour toutes. (...)

Tout en partageant la vision large de Linteau, Robert et leurs collègues, c’est ce qui nous permet à notre tour de retenir ici une définition stricte de la révolution tranquille comme le bref moment pendant lequel, fort d’un large consensus social l’État québécois, son personnage principal, a été à la fois intensément réformiste et intensément nationaliste. Entre 1959 et 1968 en effet, c’est-à-dire du gouvernement de Paul Sauvé à celui de Daniel Johnson avec un sommet sous Lesage, l’État québécois a poursuivi en même temps un objectif de modernisation accélérée sur le modèle de l’État-providence et un objectif très net de promotion nationale des Québécois francophones. L’État duplessiste avait pu sembler porter le nationalisme canadien-français traditionnel, mais il était farouchement opposé à toute réforme de style keynésien; l’État québécois, après Daniel Johnson, a continué à endosser des responsabilités économiques et sociales de plus en plus étendues, mais les gouvernements de Jean-Jacques Bertrand et de Robert Bourassa ont presque renoncé à faire de lui l’outil de la promotion nationale des francophones. C’est la conjonction d’un réformisme et d’un nationalisme effervescents au coeur même de l’État québécois qui fait la spécificité de la révolution tranquille.»

Source et suite: Lucia Ferretti, La Révolution tranquille, L'Action nationale, vol. LXXXIX, no 10, décembre 1999

Articles


La Révolution tranquille

Lucia Ferretti
Des origines de la Révolution tranquille à la conquête de l'Éducation et de l'État.

Le rôle moteur du gouvernement du Canada dans la Révolution tranquille

Stéphane Dion
Extraits d'une allocution présentée le 30 mars 2000 à l'Université du Québec à Montréal à l'occasion du colloque «La Révolution tranquille: 40 ans plus tard…». L'auteur y présente un point de vue en accord avec la vision fédéralis

L'art d'être grand-père dans le Québec contemporain

Gilles Bibeau
  Les réunions d'anciens font partie de la tradition des collèges classiques du Québec. Elles sont devenues la seule façon dont ils se survivent à eux-mêmes. C'est pourquoi le 50e anniversaire de graduation dans un  vieux collège c