Merci d'encourager L'Agora
Faites un don via Paypal
Le site est en cours de modernisation. Nous vous invitons à utiliser la recherche pour repérer les contenus qui vous intéressent. Merci de votre patience et bonne lecture.

Vin

Hélène Laberge

Extrait d'un article sur l'histoire de la nourriture cité ailleurs sur ce site.

^L'apologue de Sénèque en faveur du vin nous amène sur la route de la boisson universelle de l'homme, celle qu'il a le mieux célébrée, celle qui dans la détresse l'a guéri de bien des maux, celle qui dans la joie a achevé de l'enchanter, celle qui a complété la volupté de manger par le ravissement de boire. Dans le roman 1984, dans lequel George Orwell faisait une description par anticipation des effets extrêmes du socialisme, l'un des personnages découvre une bouteille de vin vieux, (le mauvais gin ayant depuis longtemps remplacé le jus de la treille dans le socialisme extrême décrit par Orwell) qu'il veut partager avec des amis: «Winston prit son verre avec une certaine avidité. Le vin était un breuvage qu'il connaissait par ses lectures et dont il rêvait... il appartenait à un passé romantique disparu, le vieux temps, comme il l'appelait en secret. Il avait toujours pensé, il ne savait pourquoi, que le vin était excessivement sucré, comme la confiture de mûres, et qu'il avait un effet immédiatement enivrant. En réalité, après avoir bu du gin pendant des années, c'est à peine s'il était capable de sentir le goût du vin»( 1984, Orwell)

Quelle tristesse ! Qu'est-ce que Winston n'aurait pas donné pour que lui soit restitué le sens du goût qui faisait chanter ce buveur anonyme du XVIIIèmesiècle

«Le vin me rit, je le caresse;
C'est lui qui bannit la tristesse
Et réveille tous les esprits
Nous nous aimons de même force:
Je le prends, après j'en suis pris;
Je le porte et puis il m'emporte»

De nombreux poètes ont chanté le vin. En Iran, à la fin du XI ème siècle, Omar Khayyâm, philosophe, savant mais surtout poète improvisait en buvant, des quatrains, des Rubâ'iyât qui nous enchantent toujours:

«Les joues rondes de mon amour, des roses rouges au bord de l'eau
Un beau visage auprès du mien, du vin, des coupes qui s'enchantent
Quelles délices iraient plus loin? Le vin me vint à ma naissance
J'ai bu, je bois et je boirai. Aujourd'hui, hier et demain»

Mais attention! Khayyâm n'est pas un vulgaire fêtard. C'est un philosophe qui lève sa coupe à l'énigme de la vie et de la mort, «à la poussière de cent jeunes beautés que le ciel a brisées»

«La roue des cieux court après nous, roule après ma mort et la tienne
Elle roule contre mon âme innocente comme la tienne
Viens t'asseoir sur l'herbe et viens boire.
Il nous reste si peu de temps
Bientôt l'herbe reverdira sur ma poussière et sur la tienne
»

Plus près de nous, un ami de Verlaine, Ponchon, par-dessus les siècles, par la poésie encore mais sous une forme tout autre que les quatrains de Khayyâm, a également célébré le vin, avec une verve, une drôlerie inégalées:

«Parlons du marchand de vin
Une chose m'ébouriffe
Toujours d'un marchand de vin;

Et je me demande, comme
Le sage Khayyâm, souvent,
Quoi peut acheter cet homme
De meilleur, que ce qu'il vend?»

Voici ce que lui inspire une décision des Anglais d'acheter du vin suisse plutôt que français:

«Il paraîtrait que les Anglais,
Dont on connaît la tempérance,
Pour se venger de nos pamphlets,
Ne veulent plus des vins de France!

Nos vins généreux et subtils,
Ils vont nous les laisser pour compte,
Ils ne boiront plus - disent-ils –
Que du Vin Suisse, à notre honte.

Je ne sais si vous avez bu
Jamais du vin de l'Helvétie,
Ou seulement même entrevu?

Quant à moi, je vous remercie…
C'est un vin quelconque, incomplet
Sans nulles qualités intimes.

Il est lunaire, sépulcral,
Et de dégustation brève;
Aussi vague que l'amiral
Croisant sur le lac de Genève.»

 

Nous pourrions citer indéfiniment Ponchon. Ne le quittons pas sans rendre avec lui hommage au patron des vignerons, Saint Vincent.

 

«Je te rendrai plus bel hommage
En buvant du vin, ô Vincent!
Il fait luire parfois, en l'obscure matière
Qui me sert de cerveau, quelques joyeux couplets.
Ainsi l'on voit - dit-on - dans un vieux cimetière,

Ou sur une sombre tourbière,
Danser de légers feux follets»

Baudelaire fera dire à l'âme du vin chantant dans les bouteilles:

«Car j'éprouve une joie immense quand je tombe
Dans le gosier d'un homme usé par ses travaux,
Et sa chaude poitrine est une douce tombe
Où je me plais bien mieux que dans mes froids caveaux

....

J’allumerai les yeux de ta femme ravie
A ton fils je rendrai sa force et ses couleurs
En toi je tomberai, végétale ambroisie
Pour que de notre amour naisse la Poésie
Qui jaillira vers Dieu comme une rare fleur!»

De Baudelaire, remontons vers Talleyrand, grand conseiller des rois et grand amateur de vin. Un jour qu'il offrait un Châteauneuf-du-Pape 1804, un de ses hôtes vida son verre d'un trait. Trop courtois pour faire à un invité une leçon directe, Talleyrand se tourna vers sa voisine: «Quand un vin a une belle robe, chère Duchesse, il le faut contempler longtemps du regard. Puis vous l'approchez, vous le humez et d'un grand soupir, vous imaginez tout ce qu'il évoque en vous ...chaleur, tendresse, apaisement... Alors... vous reposez le verre... pour en parler. Un peu plus tard, vous oserez le porter à vos lèvres, comme la main d'une jolie femme... et ce geste-là vous permettra d'aller plus avant... Ne pensez-vous pas qu'on ne jouit vraiment que de ce dont on sait se frustrer?...

Le vin et la santé

Le vin est-il bon pour la santé? Les opinions sur cette question ont varié au cours des siècles. En ce moment, au début du troisième millénaire, le vin, le rouge surtout, jouit d'une excellente réputation auprès des médecins. On le considère presque comme un remède. Depuis 1990, plusieurs études, notamment celle du docteur Serge Renault de Lyon et celle du docteur Curtis Ellison de Boston, ont montré que, consommés modérément, l'alcool, le vin rouge en particulier, réduisaient le risque de maladies cardiaques. Une étude effectuée à Copenhague auprès de plus de 13 000 hommes et femmes, au cours des 10 dernières années, a montré que les personnes qui consommaient un peu d'alcool et en particulier du vin, présentaient un risque de mortalité global de 40% inférieur à celui des abstinents.

Parions que la controverse se poursuivra et qu' Érasme aura de nouveau des émules. «Voici, écrivait-il dans la Civilité puérile, les récompenses de ceux qui ont la passion du vin: des dents noires, des joues pendantes, des yeux chassieux, l'engourdissement de l'intelligence, une vieillesse prématurée.» 1 «Les hommes peuvent conserver leur santé et leurs forces sans vin, ajoutera Fénelon; avec le vin ils courent le risque de ruiner leur santé et de perdre les bonnes moeurs.» Plus près de nous, l'écrivain Léon Daudet, qui avait fait des études de médecine et avait fréquenté, dans le salon de son père, Alphonse Daudet, les plus grands médecins de la fin du XIXe siècle, estimait l'eau plus dangereuse que le vin pour la santé.«Quant au vin, franc de bonne qualité, je le considère comme l'ami de l'homme et comme indispensable au tempérament français. Il ne paraît pas douteux que l'abus des eaux minérales prédispose à la gravelle et aux diverses formes de rhumatisme, bien plus fréquemment que l'usage du vin, même pur, ou additionné d'une faible quantité d'eau.» Il s'attaquait aux hydromanes et aux vinophobes qu'il tenait responsables du recours à l'opium et à la «coco pour accéder à l'euphorie.»2 (J.D.)

1. PHILIPPE ARIÈS, Érasme, La civilité puérile, Éditions Jean-Pierre Ramsay, Paris, 1977.
2. LÉON DAUDET, L'Homme et le poison, Nouvelle Librairie Nationale, Paris, 1925

 

 

 

Essentiel

In vino veritas. Le vin délie la langue. Le rapprochement entre ces deux affirmations permet de saisir le rapport entre la liberté et la vérité sous un jour nouveau. Il faut avoir la langue bien déliée pour oser dire la vérité. Elle est souvent trop bien déliée par le vin, sauf, nous apprend le Banquet de Platon, dans le cas du Philosophe: "À l'égard de Socrate, inutile, aurait dit Alcibiade, d'y mettre de la finesse: il boira tant qu'on voudra, sans risque de s'enivrer jamais."

Que le vin, lorsqu'il est servi dans le contexte qui lui convient, rapproche de la vérité sur soi-même d'abord, qu'il prédispose au dialogue et qu'en réconciliant l'âme et le corps, il rapproche les convives les uns des autres, on ne peut plus en douter après avoir vu le film Le Festin de Babette, d'après une nouvelle de Karen Blixen: Le dîner de Babette.

Articles


Éloge de mon nez

À tous les buveurs de vin qui ont du nez.

J'adore la vie

De la gastronomie de l'oeil à celle de la bouche.

L'âme du vin

Baudelaire fera dire à l'âme du vin chantant dans les bouteilles:

Mettre du vin dans son eau

Voici le témoin d'une époque où l'eau paraissait plus dangereuse que le vin pour la santé... et le vin préférable à la drogue qui le remplace trop souvent quand on l'interdit, comme ce fut le cas aux États-Unis au début du siècle.

Dossiers connexes