• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Flux RSS:

    Impression du texte

    Téléphone


    Alexander Graham Bell, l'inventeur du téléphone
    (photo prise entre 1914 et 1919)
    Crédit:  Moffett Studio/National Archives of Canada/C-017335
    Pour un agrandissement, cliquez sur le portrait

    Enjeux

    La fin des téléphones publics (Radio-Canada, 15 juillet 2001)
    Le téléphone à cadran est condamné, par Charles Poulin (La Presse, 17 juillet 2001)

    Essentiel

    Tout indique que l'univers social est en expansion, c'est-à-dire que les individus (l’équivalent des galaxies) s'éloignent progressivement les uns des autres. Au Moyen Âge, les gens dormaient littéralement empilés les uns sur les autres. Au début du XVIIe siècle, le roi Henri IV était incapable de dormir seul. Par-delà son penchant bien connu pour l’autre sexe, il témoignait ainsi d’un besoin de présence humaine caractéristique de toute une époque. C’est la principale leçon que l’on tire des travaux de Philippe Ariès sur l’histoire des mentalités et sur celle de la famille.

    Sous l’Ancien régime, les enfants couchaient tous ensemble sans différenciation de sexe et couchaient aussi parfois avec les adultes, serviteurs, parents, etc. On a d’abord cessé de se toucher, puis on a cessé de se sentir, les odeurs étant jugées inconvenantes. Le puritanisme et une certaine hygiène ont accéléré ce double processus. Il était fatal qu'on en vienne à ne plus pouvoir se parler, en attendant de ne plus se voir... en personne. Sur cassettes, c'est autre chose.

    Cet éloignement des galaxies humaines aboutit en cette fin de millénaire au plus étrange désir qui ait jamais travaillé une époque: faire des enfants, sans faire l’amour, sans se toucher, sans se parler et sans se voir; par l’intermédiaire des éprouvettes et des mères porteuses.

    Dans quelle mesure le téléphone a-t-il contribué à ce refroidissement des rapports humains? L'enthousiasme qu'il suscite, sous la forme du téléphone cellulaire notamment, ne s'explique-t-il pas au contraire par le refroidissement antérieur des rapports humains? On ignore la personne qui est à côté de soi, dans la rue, dans les transports en commun et même à la maison et l'on télé-parle avec la personne éloignée.



    *******


    Inventé à la fin du 19e siècle, le téléphone n'a pas été accepté unanimement. Voici ce qu'en écrit, au début du 20e siècle, l'écrivain français Remy de Gourmont :

    « Parler à distance est merveilleux, mais c'est une de ces merveilles dont on se passe fort bien et de celles qui n'ont pas beaucoup amélioré le bonheur des hommes. Il a même de sérieux inconvénients. S'il habitue les gens à prendre des décisions rapides, il les habitue aussi aux décisions inconsidérées ainsi qu'au bavardage oiseux. Le téléphone, qui fait gagner du temps, en fait peut-être perdre plus encore, sans qu'on s'en aperçoive, en même temps qu'il incite à une activité un peu fébrile. Que de choses se disent par le fil auxquelles on ne pense plus dix minutes plus tard et qu'on n'aurait jamais écrites! Certes, il est des gens, pas beaucoup, peut-être pas deux, avec lesquels j'aimerais bien parler quelques minutes tous les matins, mais de quel prix faudrait-il payer ce plaisir ! Que d'autres voix indifférentes ne faudrait-il pas écouter! Je n'ai nullement l'âme téléphonique. »

    REMY DE GOURMONT, «Le téléphone», Petits crayons, Paris, Éditions G. Crès & Cie, 1921



    *******


    Paul Valéry raconte pourtant que le peintre Degas répondit à l'un de ses amis qui voulait lui obtenir le service téléphonique: «Le téléphone! Jamais de la vie. Comment? On vous sonne et vous répondez?»

    Documentation


    Usages de la téléphonie (dossier), Réseaux, nos 82-82, mars-juin 1997 (format PDF)
    Quelques aperçus sur le téléphone mobile (dossier), Réseaux, no. 90, juillet-août 1998 (format PDF)

    Le téléphone, par Théo Chentrier (site de l'émission Par 4 chemins animée par Jacques Languirand, Radio-Canada): "Le téléphone semble avoir été inventé pour permettre de parler à distance, du moins pour les gens simples qui ont quelque chose à dire, mais il faut bien le reconnaître, il ne sert pas qu'à ça. (...) Nous entretenons l'habitude d'éparpiller nos pensées, au lieu de les concentrer, de nous répandre au-dehors au lieu de semer en nous-même la richesse du monde extérieur. Le téléphone devient alors la poubelle de nos déchets intellectuels."
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations
    Linguistique
    Allemand
    Telefon
    Anglais
    Telephone
    Espagnol
    Teléfono
    Documents Associés
    Jacques Dufresne
    Communication, indicible, culture épistolaire
    Josette Lanteigne
    Graham Bell
    Raccourcis

    Référence


    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.