• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Flux RSS:

    Impression du texte

    Technique

    Définition

    Pour Oswald Spengler, auteur de L'homme et la technique (1931), la technique c'est la main armée. Sa thèse est que grâce à son intelligence, elle-même associée à l'articulation oeil/main, l’homme a pu se retrouver dans la position du prédateur des prédateurs et, tout au long de son histoire, de maître de la technique, entendue comme stratégie de survie et de domination.

    Dans La question de la technique (1954), Heidegger précise que le mot grec technê ne désigne pas seulement le « faire » de l'artisan et son art, mais aussi l'art au sens élevé du mot et les beaux-arts. La technê fait partie du produire, de la poiêsis; elle est poiétique. Quant à la technique moderne, elle est pour Heidegger une provocation, un « arraisonnement » par lequel la nature est mise en demeure de livrer une énergie qui puisse comme telle être extraite et accumulée... Par comparaison, le travail du paysan ou celui de l'artisan, qui s'apparentent à la technê, ne provoquent pas la terre cultivable...

    Dans sa première définition de la technique (1954), Jacques Ellul distingue l’opération du phénomène. L’opération technique recouvre tout travail fait avec une certaine méthode, en vue d'atteindre un certain résultat. « Le phénomène technique est la préoccupation de l’immense majorité des hommes de notre temps de rechercher en toutes choses la méthode absolument la plus efficace. » La technique - en tant qu’opération comme en tant que phénomène - constitue un système, expliquera plus tard Ellul.

    Enjeux

    Entre 1977 et 1990, il y eut ce que Ellul appelle « la grande innovation ». Cette grande innovation, c’est la fin de la résistance à la technique! Jusqu’alors, on s’était toujours soucié de l’impact du progrès technique. Dans les sociétés, comme dans les consciences individuelles, la rencontre d’un présent dominé par une technique qui discrédite le passé provoquait un choc qui faisait apparaître la nécessité de certains ajustements, de certaines adaptations. La publication d’utopies comme Le meilleur des mondes, de Huxley, illustrait le choc entre époques et le souci d’assurer la transition entre le passé et le futur. Ce souci n’existe plus désormais. Le système technicien englobe tout. On assure son développement même quand on le critique.
    « Personne n’a pris le commandement du système technicien pour arriver à un ordre social et humain correspondant. Les changements se sont produits par la force des choses, parce que la prolifération des techniques médiatisées par les médias, par la communication, par l’universalisation des images, par le discours humain (changé) a fini par déborder tous les obstacles antérieurs, par les intégrer progressivement dans le processus lui-même, par encercler les points de résistance qui ont tendance à fondre, et cela sans qu’il y ait de réaction hostile ou de refus de la part de l’humain, parce que tout ce qui lui est dorénavant proposé, d’une part, dépasse infiniment toutes ses capacités de résistance (dans la mesure où il ne comprend pas le plus souvent de quoi il s’agit), d’autre part, est dorénavant muni d’une telle force de conviction et d’évidence que l’on ne voit vraiment pas au nom de quoi on s’opposerait. S’opposer d’ailleurs à quoi? On ne sait plus, car le discours de captation, l’encerclement, ne contient aucune allusion à l'adaptation de l'homme aux techniques nouvelles. Tout se passe comme si celles-ci étaient de l'ordre du spectacle, offert gratuitement à une foule heureuse et sans problème. »
    (JACQUES ELLUL, Le Bluff technologique)

    Essentiel

    La technique, selon Jacques Ellul, constitue un système, c'est-à-dire un ensemble d’éléments en relation les uns avec les autres de façon telle que toute évolution de l’un provoque une évolution de l’ensemble et que toute modification de l’ensemble se répercute sur chaque élément. Le premier caractère du système technicien est l'autonomie. Cela veut dire que la technique ne dépend finalement que d’elle-même, qu’elle trace son propre chemin, qu’elle est un facteur premier. En conséquence, c'est l'homme qui doit s'adapter à la technique et non l'inverse. Elle a permis à l'homme de maîtriser la nature, pour devenir elle-même une seconde nature dont l'homme subit désormais les assauts et à laquelle il doit s'adapter.

    * * *


    Le propre de la pensée technicienne, selon Alain, est qu'elle essaie avec les mains (ou leurs prolongements) au lieu de chercher par la réflexion.

    Documentation

    Jacques Ellul
    La technique ou l'enjeu du siècle
    . Paris, Economica, 1990. Première édition, 1954.
    Présentation
    Il ne s'agit pas dans ce livre d'une description des diverses techniques dont l'accumulation forme la civilisation technicienne, bien que l'auteur remonte jusqu'aux techniques primitives, examine celles de la Grèce, de Rome, le XVI
    e siècle, la révolution industrielle, etc. Il ne s'agit pas davantage pour lui de tenter un bilan positif ou négatif de ce qui est actuellement accompli grâce aux techniques. Car ce que l'on appelle en général ainsi ne sont que des vues fragmentaires et superficielles. Il ne s'agit pas, enfin, de porter un jugement éthique ou esthétique sur la technique. L'auteur a essayé seulement de transcrire, traduire, de transmettre au moyen d'une analyse globale une prise de conscience, à la fois concrète et fondamentale, du phénomène technique dans son ensemble.


    Jacques Ellul
    Le système technicien
    . Paris, Calmann-Lévy, 1977. Réédition: Le cherche midi, 2004.
    Présentation
    « La Technique ne se contente pas d'être le facteur principal ou déterminant, elle est devenue Système, et l'homme est au service de la technique plus qu'elle ne le sert». À première vue, la conception de l'auteur est ici purement et simplement négative, mais Jacques Dufresne a su montrer que loin d'être trop critique, Ellul est « le Newton de l'univers technique. »



    Jacques Ellul
    Le Bluff technologique. Paris, Hachette, 1988.
    Présentation
    Le Bluff, c'est que l'on charge maintenant les techniques de centaines de réussites et d'exploits (dont on ne se pose jamais ni les coûts, ni l'utilité, ni les dangers) et que la technique nous est dorénavant présentée expressément à la fois comme la seule solution à tous nos problèmes collectifs (le chômage, la misère du tiers monde, la crise, la pollution, la menace de guerre) ou individuels (la santé, la vie familiale, et même le sens de la vie), et à la fois comme la seule possibilité de progrès et de développement pour toutes les sociétés. Et il s'agit bien de bluff, parce que dans ce discours, l'on multiplie par cent les possibilités effectives des techniques et que l'on voile radicalement les aspects négatifs. Mais ce bluff produit des effets déjà considérables. Ce bluff transforme par exemple la technique de raison dernière implicite et inavouée en situation de raison explicite et avouée. Il amène en même temps l'homme à vivre dans un univers de diversion et d'illusion, qui se situerait bien au-delà de ce qui était appelé la société du spectacle dans laquelle nous étions il y a encore dix ans. Et il produit enfin une sorte d'entraînement de l'homme dans cet univers, faisant cesser toutes ses anciennes réserves et ses anciennes craintes.



    Jean Brun
    Le rêve et la machine: technique et existence. Paris, La Table ronde, 1992.


    Daniel Cérézuelle
    « Technique et désir chez Jean Brun », in Pascal Chabot et Gilbert Hottois, dir. Les philosophes et la technique. Paris, Librairie philosophique J. Vrin, 2003.


    Martin Heidegger
    « La question de la technique » [1954], dans Essais et conférences.Trad. André Préau. Paris, Gallimard, 1958, pp. 9 à 48.
    Présentation
    Heidegger est méfiant vis-à-vis de la technique, mais elle n'en constitue pas moins selon lui un dévoilement du non occulté, c'est-à-dire de la vérité.


    Jacques Poulain
    L'Âge pragmatique ou l'expérimentation totale. Paris, Éditions de l'Harmattan, 1991, pp. 207-216.
    Présentation
    Le terme pragmatique désigne d'abord et avant tout notre époque comme celle de l'expérimentation totale. Il couvre alors autant l'expérimentation du monde visible que celle de l'homme. On y interroge par la communication l'accord de consensus comme le scientifique interroge le monde visible. Cette instance est pourtant aussi aveugle que l'étaient les Tiers sacrés des religions archaïques. Son invocation ne généralise pas seulement le scepticisme et le cynisme de l'homme expérimental, elle est mortelle, car elle entoure science et culture d'une carapace autistique, basée sur la peur de la vérité du jugement.


    Arnold Gehlen
    Man in the Age of Technology [1957]. Trad. anglaise de Patricia Lipscomb. New York, Université de Columbia, 1980.
    Présentation
    Si, pour Heidegger, la technique a une essence qu'il faut approfondir, pour Arnold Gehlen, c'est plutôt la technique qui est l'essence de l'être humain. Comme lui, elle a un rapport à la fois complexe et tordu avec la nature. La nature ayant produit avec lui un être inachevé, cet être compense et dépasse ses limites en remplaçant l'organique par de l'inorganique, en substituant l'artificiel au naturel.


    Oswald Spengler [1880-1936]
    L'homme et la technique. Paris, Copernic, 1980, c1979.
    Présentation
    Spengler a fait l'éloge de l'homme en tant que prédateur dans un livre paru en Allemagne en 1931 sous le titre de L'homme et la technique. Dans le même ouvrage, l'auteur du Déclin de l'Occident donne cette définition tranchante et troublante de la technique: la main armée.


    George Steiner
    Dans le château de Barbe-Bleue. Paris, Seuil, 1986, Coll. « Folio-essais ».
    Présentation
    La plupart de ceux qui osent mettre en question la foi dans le progrès se contentent de souligner les problèmes liés à la pollution de l'environnement, à l'armement ou aux bouleversements sociaux consécutifs à une mutation technologique. Personne n'ose étendre le doute à l'insatiable curiosité intellectuelle qui est à l'origine de l'ensemble du phénomène technique. Connaître, connaître toujours plus, sur un nombre toujours plus grand de sujets demeure une chose bonne en soi. Ne faudrait-il pas imposer un moratoire aux recherches sur les greffes d'organes tant qu'on n'aura pas établi la preuve qu'un progrès moral, contemporain du progrès dans les techniques médicales, n'aura pas rendu le commerce des organes impossible? La réponse aux questions de ce genre est invariablement la même: on n'arrête pas le progrès. En se ralliant à cette réponse, certains font tout simplement abstraction de ces enfants que l'on mutilera souvent jusqu'à la mort pour prélever un de leurs organes; d'autres font l'hypothèse que le progrès technique entraînera un progrès moral, mais tous ont la conviction qu'interdire l'exploration de certains domaines équivaudrait, pour les humains, à se renier en tant qu'animaux doués de raison. Toutes les pièces du château de Barbe-Bleue doivent être explorées, y compris celle qui est remplie de sang et de cadavres et que l'on ne peut ouvrir sans s'exposer soi-même à la mort. Tôt ou tard, soutient pourtant George Steiner, il faudra s'arrêter. Le fait qu'il ait intitulé son étude sur la culture Dans le Château de Barbe-Bleue indique clairement la radicalité de son doute. En notant le fait que la ville de Weimar, à laquelle tant de souvenirs culturels sont rattachés, se trouve à côté de Buchenwald, il s'était auparavant rendu à l'évidence que non seulement la culture n'enferme pas de remèdes réventifs contre les apocalypses rendues plus efficaces par la technique, mais qu'il faut plutôt la ranger parmi les causes de ces malheurs.


    Textes en ligne

    Virilio, Paul.« Progrès à grand spectacle », Le Monde diplomatique, août 2001.
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations
    Références
    Linguistique
    Difficultés
    On confond souvent, à tort, technique et machine ou machinisme, alors que la principale caractéristique de la technique, c'est la méthode.
    On pense souvent que la technique est neutre, et que seul peut être qualifié de bon ou mauvais l'usage qu'on en fait. Jacques Ellul a bien montré qu'il en va tout autrement.
    Allemand
    Technik
    Anglais
    Technique
    Espagnol
    Técnica
    Documents Associés
    Jacques Dufresne
    Martin Heidegger
    Art, dévoilement, maîtrise de la nature, poïésis, modernité
    Jacques Dufresne
    Le phénomène technique, le système technicien
    Jacques Dufresne
    Machine, religion, vie, Darwinn
    Jacques Dufresne
    armes, prédation, domination
    Jacques Dufresne
    Progrès
    Arnold Gehlen
    L'organique, les techniques de remplacement
    Ivan Illich
    Révélation, perte du sens du réel
    Alain
    Réflexion, précipitation, action
    Daniel Cérézuelle
    Développement durable, énergie, Jacques Ellul
    Raccourcis

    Référence


    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.