Botticelli Sandro

Vers 1445-1510
"Fruit d’une recherche formelle systématique et inspiré par des « stratégies figuratives » qui attribuent à l’image une fonction polyvalente, à la fois esthétique et symbolique, son langage artistique n’ignore jamais la destination des œuvres. Dans l’atmosphère particulière de Florence au cours des trente dernières années du siècle, alimentée d’abord par l’humanisme intellectuel médicéen avant d’être agitée par les inquiétudes suscitées par les prédications de Savonarole, Botticelli atteint des sommets de raffinement linéaire et chromatique, aussi bien dans les thèmes mythologiques et littéraires que dans la méditation douloureuse sur le thème chrétien. (...)

Né à Florence en 1445, Alessandro Filipepi aurait, selon la tradition, reçu sa première formation artistique chez un orfèvre appelé « Botticello », auquel il aurait dû son surnom. L’hypothèse n’est plus acceptée par la critique, mais on peut la rapporter à son frère Giovanni, dont un document de 1458 nous apprend qu’il pratiquait la profession d’orfèvre. Il est probable que Sandro ait fait un bref apprentissage dans l’atelier de son frère, dont il a hérité le surnom. Comme dans le cas de Pollaiolo et de Verrocchio, cette expérience d’orfèvre, même limitée, laissera une marque reconnaissable dans la linéarité rapide et nerveuse des premières œuvres. Mais c’est à l’école du frère dominicain, et peintre affirmé, Filippo Lippi que Botticelli a reçu sa véritable formation artistique.

Sa première commande publique lui est confiée par le Tribunal de l’Arte della Mercanzia (Guilde des Marchands) en 1470 –date à laquelle le nom de Botticelli figure parmi ceux des maîtres d’atelier. Il s’agit d’un panneau (La Force, conservée aux Offices) qui devait compléter une série de représentations des sept Vertus théologales et cardinales (Foi, Espérance, Charité, Force, Justice, Prudence et Tempérance).

Entre 1481 et 1482, l’artiste séjourne à Rome, et, avec d’autres peintres florentins comme Cosimo Rosselli et Domenico Ghirlandaio, il travaille à la décoration des murs de la Chapelle Sixtine, construite entre 1475 et 1477 par le pape Sixte IV à l’image du Temple de Salomon. Tout de suite après cette expérience romaine, il réalise d’affilée quelques-unes de ses plus belles peintures de thèmes mythologiques et poétiques, toutes liées d’une manière ou d’une autre au mécénat médicéen : les quatre panneaux peints à la détrempe représentant la nouvelle de Boccace, Nastagio degli Onesti, le célèbre Printemps, Pallas et le Centaure et La Naissance de Vénus.

Un climat d’insécurité générale pèse sur Florence après le départ des Médicis, chassés de la ville en 1494, tandis que leurs adversaires accèdent au pouvoir et que les prédications de Savonarole minent les valeurs morales et la conception même de la vie auxquelles on avait cru. Dans cette phase tardive, à partir des années 1490, les peintures de Botticelli sont animées par des figures emportées par une tension spirituelle croissante, qui traduisent l’inquiétude de cette fin de siècle à Florence. Mais cette transformation est perçue comme une opposition à la modernité et aux développements formels apportés par Léonard et Michel-Ange. Ce dernier le critique en particulier pour sa conception des utilisations de la perspective. Les diverses versions de la Pietà et de la Nativité reflètent cette ultime phase de tourment spirituel.
Botticelli meurt à Florence en 1510."

Source : communiqué de presse, exposition "De Laurent le Magnifique à Savonarole", Musée du Luxembourg, 1er octobre 2003-22 février 2004 (site Web du Sénat français)

Articles


Botticelli et la Divine Comédie

Alphonse Germain
Quelques références à consulter sur les dessins de Botticelli: Nicolas, Alain. "Botticelli et Dante: rencontre au paradis", L'Humanité, 13 décembre 1996 Karlins, N. F. "Botticelli's Dante" (Artnet) Searle, Adrian. "Vici

Sandro Botticelli, peintre florentin

Giorgio Vasari
Traduction nouvelle de la vie de Sandro Botticelli pittore fiorentini, par Giorgio Vasari, auteur des Vite de’ piu eccellenti Pittori, Scultori et Architettori. D'après l'édition Giuntana de 1568 disponible sur le site de l'École Normale Supéri



Articles récents

  •  

    Les mots ont une vie eux aussi

    Pierre Biron
    Les mots naissent, évoluent dans leur structure, se répandent, accouchent d’un autre sens, livrent vérités ou m

  •  

    Lovelock James

    Jacques Dufresne
    James Lovelock est né le 26 juilllet 1919; il est mort le 26 juillet 2022. Gaia a mauvaise presse en cet automne 2022 en raison de la conceptio

  •  

    Culture médicale: un ABC

    Jacques Dufresne
    La culture médicale est la première condition de l'autonomie des personnes face à un marché de la santé o&ugrav

  •  

    Gustave Thibon, un Nietzsche chrétien

    Jacques Dufresne
    On a comparé Gustave Thibon à Pascal et Gabriel Marcel a reconnu en lui un Nietzsche chrétien, mais il eut encore plus d’af

  •  

    Pause ton écran

    Jacques Dufresne
    À propos du site Pause ton écran, consacré à des mises en garde contre la dépendance aux écrans et de Cather

  •  

    Ottawa n'est pas Rome

    Marc Chevrier
    Pourquoi le français n’est-il pas au Canada ce que le grec fut à Rome? Une version espagnole suit.

  •  

    L'inflation généralisée

    Jacques Dufresne
    L’inflation, un mal multiforme et universel ? Le premier sens que le CNRTL donne au mot est  médical : enflure, inflammation. L

  •  

    Pâques et les calendriers

    Jacques Dufresne
    Notre attention a besoin d’être tirée chaque jour vers le haut, et vers le zénith lors de grandes fêtes comme Pâ