• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Flux RSS:

    Botticelli Sandro

    «Sandro fut un dessinateur hors du commun et bien des artistes s'ingénièrent à se procurer ses dessins et j'en possède quelques-uns dans mon livre qui sont le fait d'un dessinateur expérimenté et d’un jugement très sûr. Il usa de nombreuses figures dans les scènes qu'il peignit, comme on peut le voir dans les motifs décoratifs qu'il conçut pour la garniture de la Croix que les moines de S. Maria Novella promènent en procession. Sandro mérite donc de grands éloges pour toutes les peintures qu'il fit [...]».
    Giorgio Vasari, Sandro Botticelli, peintre florentin, «Vie des plus excellents peintres, sculpteurs et architectes», texte intégral

    *
    * *


    «Sandro Botticelli (1447-1510), élève de Fra Filippo, traduisit plus profondément, non la joie et la force d'une population entière, mais le rêve de quelques-uns, à cette époque où contre le paganisme renaissant et la nature toute puissante luttaient encore la tradition catholique et les souvenirs du Moyen âge; un mélange singulier de tendresse chrétienne et de volupté païenne, de mysticisme très doux et de sensualité presque amère se trahit dans la tristesse de ses sourires. Le premier il osait, après avoir peint la Vierge, peindre Vénus presque aussi chaste et aussi douce, et le premier dans son allégorie fameuse du Printemps, qui est comme le Triomphe à la Pétrarque de la Renaissance, il modulait l'hymne des dieux ressuscités et de l'Amour vainqueur.»
    É. Bertaux, la Grande Encyclopédie (1885-1902)

    Biographie

    "Fruit d’une recherche formelle systématique et inspiré par des « stratégies figuratives » qui attribuent à l’image une fonction polyvalente, à la fois esthétique et symbolique, son langage artistique n’ignore jamais la destination des œuvres. Dans l’atmosphère particulière de Florence au cours des trente dernières années du siècle, alimentée d’abord par l’humanisme intellectuel médicéen avant d’être agitée par les inquiétudes suscitées par les prédications de Savonarole, Botticelli atteint des sommets de raffinement linéaire et chromatique, aussi bien dans les thèmes mythologiques et littéraires que dans la méditation douloureuse sur le thème chrétien. (...)

    Né à Florence en 1445, Alessandro Filipepi aurait, selon la tradition, reçu sa première formation artistique chez un orfèvre appelé « Botticello », auquel il aurait dû son surnom. L’hypothèse n’est plus acceptée par la critique, mais on peut la rapporter à son frère Giovanni, dont un document de 1458 nous apprend qu’il pratiquait la profession d’orfèvre. Il est probable que Sandro ait fait un bref apprentissage dans l’atelier de son frère, dont il a hérité le surnom. Comme dans le cas de Pollaiolo et de Verrocchio, cette expérience d’orfèvre, même limitée, laissera une marque reconnaissable dans la linéarité rapide et nerveuse des premières œuvres. Mais c’est à l’école du frère dominicain, et peintre affirmé, Filippo Lippi que Botticelli a reçu sa véritable formation artistique.

    Sa première commande publique lui est confiée par le Tribunal de l’Arte della Mercanzia (Guilde des Marchands) en 1470 –date à laquelle le nom de Botticelli figure parmi ceux des maîtres d’atelier. Il s’agit d’un panneau (La Force, conservée aux Offices) qui devait compléter une série de représentations des sept Vertus théologales et cardinales (Foi, Espérance, Charité, Force, Justice, Prudence et Tempérance).

    Entre 1481 et 1482, l’artiste séjourne à Rome, et, avec d’autres peintres florentins comme Cosimo Rosselli et Domenico Ghirlandaio, il travaille à la décoration des murs de la Chapelle Sixtine, construite entre 1475 et 1477 par le pape Sixte IV à l’image du Temple de Salomon. Tout de suite après cette expérience romaine, il réalise d’affilée quelques-unes de ses plus belles peintures de thèmes mythologiques et poétiques, toutes liées d’une manière ou d’une autre au mécénat médicéen : les quatre panneaux peints à la détrempe représentant la nouvelle de Boccace, Nastagio degli Onesti, le célèbre Printemps, Pallas et le Centaure et La Naissance de Vénus.

    Un climat d’insécurité générale pèse sur Florence après le départ des Médicis, chassés de la ville en 1494, tandis que leurs adversaires accèdent au pouvoir et que les prédications de Savonarole minent les valeurs morales et la conception même de la vie auxquelles on avait cru. Dans cette phase tardive, à partir des années 1490, les peintures de Botticelli sont animées par des figures emportées par une tension spirituelle croissante, qui traduisent l’inquiétude de cette fin de siècle à Florence. Mais cette transformation est perçue comme une opposition à la modernité et aux développements formels apportés par Léonard et Michel-Ange. Ce dernier le critique en particulier pour sa conception des utilisations de la perspective. Les diverses versions de la Pietà et de la Nativité reflètent cette ultime phase de tourment spirituel.
    Botticelli meurt à Florence en 1510."

    Source : communiqué de presse, exposition "De Laurent le Magnifique à Savonarole", Musée du Luxembourg, 1er octobre 2003-22 février 2004 (site Web du Sénat français)

    Oeuvres

    Peintures Les oeuvres religieuses
    Madone à la Roseraie, vers 1467 (Offices, Florence)
    Vierge à l'Enfant entourés de saints et des donateurs, vers 1467-1470 (Offices, Florence)
    Vierge à l'Enfant, vers 1470 (National Gallery, Washington)
    L'Adoration des Mages, vers 1470 (National Gallery, Londres)
    Allégorie de la Force, 1470 (Offices, Florence)
    L'Adoration des Mages (tondo), 1470-1475 (National Gallery, Londres)
    La découverte du cadavre d'Holopherne, vers 1472 (Offices, Florence)
    Le retour de Judith, vers 1472 (Offices, Florence)
    L'Adoration des Mages, vers 1476 (Offices, Florence)
    Portait de Julien de Médicis, vers 1478 (National Gallery, Washington)
    L'Adoration des Mages, vers 1480 (National Gallery, Washington)
    La Vierge adorant l'Enfant, 1480-1490 (National Gallery, Washington)
    L'Annonciation, vers 1485 (Metropolitan Museum, New York)
    L'Annonciation (couvent de Cestello), vers 1489 (Offices, Florence)
    La dernière communion de saint Jérôme, vers 1490 (Metropolitan Museum, New York)
    Quatre scènes de la vie de saint Zénobie, vers 1500 (National Gallery, Londres)
    Trois miracles de saint Zénobie, vers 1500 (National Gallery, Londres)
    Trois miracles de saint Zénobie, 1500-1510 (Metropolitan Museum, New York)

    Les oeuvres profanes
    Pallas et le Centaure, vers 1480 (Offices, Florence)
    Allégorie du Printemps, vers 1481 (Offices, Florence)
    Portrait d'un jeune homme, 1480-1485 (National Gallery, Londres)
    Vénus et Mars, vers 1485, (National Gallery, Londres)
    La naissance de Vénus, ves 1485 (Offices, Florence)
    La calomnie d'Apelle, vers 1490 (Offices, Florence)
    Enluminures et illustrations Saint Roch entre saint Antoine abbé et sainte Catherine d'Alexandrie, vers 1485 (National Gallery, Washington)
    La Nativité Mystique, 1501 (National Gallery, Londres)
    Histoire de Nastagio degli Onesti, d'après Boccace (cassone), (Prado, Madrid)
    Fresques Vénus et les Grâces offrant des présents
    à une jeune fille, vers 1483 (Louvres, Paris)
    Lorenzo reçu par le cortège des Arts libéraux, vers 1483 (Louvres, Paris)
    Dessins Dessins de Botticelli sur le site de la Fondation Berger

    Documentation

    Florence à l'époque des Médicis
    Salle Botticelli du Musée des Offices: les chefs-d'oeuvres de Botticelli ainsi que des oeuvres d'artistes contemporains, Ghirlandaio, Hugo van der Goes

    Walter Pater sur Botticelli dans [The] works of Walter Pater . I. The Renaissance, studies in art and poetry, MacMillan, Londres, 1925-1928. Sur Gallica (BNF) en mode image.

    Édition d'art:
    La Divine comédie de Dante, illustrée par Botticelli, Éditions Diane de Selliers

    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2013-03-15
    Loading
    Informations
    Données biographiques
    Nationalité
    Italie
    Naissance
    Vers 1445, Florence
    Déces
    1510
    Documents Associés
    JP Costes
    Alphonse Germain
    Dante Alighieri, dessin, Florence, Médicis, Enfer, Paradis, Purgatoire
    Giorgio Vasari
    Peinture, Renaissance, Médicis, Florence, Savonarole
    Raccourcis

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.