• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition

    Sacré

    Définition

    Par ce terme, on désigne ce qui a été et demeurerait d'une manière universelle l'objet de toute religion, que celle-ci soit ancienne ou moderne. En effet, comme dit Robert Tessier, « les signifiants référant originellement à un univers religieux transcendant assureraient encore dans les sociétés aux institutions sécularisées la fonction du sacré, qui est de tisser des liens de solidarité entre individus, groupes et sociétés dans l'humanité. Ces représentations situeraient symboliquement les acteurs sociaux dans un même espace sémique, constituant leur identité commune: la société. »

    ROBERT TESSIER, Déplacements du sacré dans la société moderne, Québec, Bellarmin, 1994, p. 170.

    Enjeux

    Pour René Girard comme pour Robert Tessier, le sacré a pour but de faire fusionner les membres d'une communauté. Toutefois, alors que Tessier voit dans le « développement durable » et les préoccupations écologiques une sécularisation des anciens idéaux religieux (la Terre et les générations futures remplaçant Dieu), Girard semble pessimiste quant à la possibilité de transcender le fond de violence dans lequel serait né le sacré. Pour lui, les rapports interindividuels sont pétris de violence et de désir (chacun désire l'autre, c'est-à-dire ce qu'il n'a pas), et l'apparition du sacré qui est l'issue de ce conflit est la constitution du groupe par le sacré, qui le scelle autour du phénomène de fabrication des victimes.

    Essentiel

    « Le sacré se rapporte obligatoirement à ce qui est la condition nécessaire de l’homme, l’inévitable, ce qui lui est imposé, ce qu’il vit sans rémission possible. Il faut qu’il assigne à cette condition un caractère dernier parce qu’elle est inévitable. Il faut qu’il lui impose une valeur parce qu’elle lui est imposée. Il faut qu’il la mue dans l’ordre du sacré parce que lui-même ne peut se concevoir hors de cet ordre-là. C’est la vocation désespérée d’une prétention à la maîtrise de ce qui lui échappe, à la liberté dans la nécessité.

    On est toujours saisi par le caractère restrictif du sacré, imposant tabous, limites, prescriptions, mais en réalité l’institution du sacré est l’affirmation par l’homme d’un ordre du monde et d’un ordre du monde qu’il connaît, qu’il désigne et qu’il nomme. Le sacré, c’est pour l’homme la garantie qu’il n’est pas jeté dans un espace incohérent, dans un temps illimité. »

    JACQUES ELLUL, Les Nouveaux Possédés, Paris, Fayard, 1973, pp. 69-70.

    * * *


    « La transcendance est une caractéristique essentielle du sacré. Ce qui est consacré, pur, est mis à part, il transcende le monde dont il est séparé:
    1° ce qui est sacré est séparé, mis à l’écart du profane, parfois interdit, souvent inviolable;
    2° ce qui est sacré est saint, du domaine de l’incompréhensible, du Tout-Autre. »


    Benoit Frund

    Documentation

    Tessier, Robert. Déplacements du sacré dans la société moderne. Culture, politique, économie, écologie. Québec, Bellarmin, 1994.

    Wunenburger, Jean-Jacques. Le sacré. Paris, PUF, 1981. Coll. « Que sais-je? ». Réédition: 1996.
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations
    Références
    Linguistique
    Difficultés
    Sed contra quæ apud alios sacra, apud alios profana et quæ apud alios honesta, apud alios turpia sunt, mais au contraire ce qui chez les uns est sacré est sacrilège chez d'autres et ce qui est honorable chez les uns est honteux chez d'autres (Spinoza).
    Antonymes
    profane
    Allemand
    Heilig
    Anglais
    sacred
    Espagnol
    sagrado
    Documents Associés
    Franck Michel
    SAcré,Vacances, Temps, Temps du voyage, Temps normal
    Jean Martucci
    Christianisme
    Raccourcis

    Référence


    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.