• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Fluxs RSS:

    Impression du texte

    Robert Mallet

    Universitaire, homme de lettres et humaniste français.

    Le recteur Robert Mallet a présidé l’Association des universités partiellement ou entièrement de langue française (AUPELF), devenue maintenant l’Agence universitaire de la Francophonie (AUF), de 1972 à 1975. Il était alors recteur de l’Académie, chancelier des universités de Paris.

    Il avait été l’un des fondateurs de l’Association, à Montréal en 1961. Il y représentait le directeur des Enseignements supérieurs de Madagascar, en sa qualité de doyen de la faculté des lettres de la toute jeune université malgache. Il sera membre suppléant du Conseil d’administration de l’Association de 1961 à 1972.

    C’est à la quatrième assemblée générale de l’AUPELF, à l’Université de Genève en 1972, qu’il devient le premier universitaire français à accéder à la présidence de l’Association. Son mandat coïncide avec la mise en place d’un programme destiné à développer la collaboration entre les départements d’études françaises dans le monde et à établir des liens permanents entre ces départements et les universités membres de l’AUPELF, afin d’encourager, par le moyen de la langue française, un dialogue permanent des cultures.»

    http://www.refer.sn/article514.html

    Biographie

    «Robert Mallet, 1915 - 2002

    Né à Paris le 15 mars 1915, « Citoyen du Monde et Picard », tel qu’il se définissait lui-même, Robert Mallet a passé une partie de sa jeunesse à Bray-lès-Mareuil, près d’Abbeville, où se trouve la propriété familiale. C’est là qu’il se retirait pour écrire et se recueillir, et il y résidait encore lorsqu’il allait se reposer en Picardie.

    Marqué, dès son enfance, par les champs de bataille et les cimetières militaires de la Somme, il participe au réseau de la résistance, entre 1940 et 1943, lors de la deuxième guerre mondiale. Il y est grièvement blessé à la tête.

    La guerre terminée, déjà docteur en droit, il soutient une thèse de doctorat sur le poète Francis Jammes. Il entre aux éditions Gallimard et anime la Nouvelle revue française. Il fait aussi de la radio, au début des années 1950, et des milliers d’auditeurs de la Radiodiffusion française peuvent écouter les fameux Entretiens de Paul Léautaud avec Robert Mallet.

    En 1959, Robert Mallet quitte sa fonction de conseiller littéraire aux éditions Gallimard pour prendre un poste de professeur de littérature moderne à Madagascar. Il y fonde la faculté de lettres, dont il devient le premier doyen.

    Revenu en France, il sera le fondateur de l’Académie d’Amiens et son premier recteur, de 1964 à 1968. Après les événements de mai 1968, qui avaient secoué la société et l’université françaises, il est choisi par le ministre de l’Éducation nationale, Edgar Faure, pour présider les travaux de la Commission de la vie de l’étudiant.

    Il arrive à la tête de l’Université de Paris (Sorbonne) en 1969, et y restera pendant onze ans, au titre de recteur de l’Académie, chancelier des universités de Paris. Il sera chargé de la réforme née de la loi d’orientation universitaire qui transforme les cinq facultés traditionnelles de l’Université de Paris en douze universités interdisciplinaires autonomes. Il prendra sa retraite en 1980.

    Poète, romancier, dramaturge, essayiste, critique, son œuvre est couronnée par de nombreux prix, dont le Grand prix de poésie de l’Académie française en 1976. On lui doit, notamment, parmi ses recueils les plus connus, Silex éclaté, Lapidé lapidaire, Quand le miroir s’étonne et Mahafaliennes.

    Humaniste, Robert Mallet fait partie des fondateurs du Mouvement universel de la responsabilité scientifique (MURS). Fidèle à ses origines picardes, il milite pour la protection de la Baie de Somme, qui est aujourd’hui un site préservé du Conservatoire du littoral français. « Je suis un conservateur du futur » avait-il coutume de dire.

    En 2001, il lègue à la bibliothèque de l’Université de Picardie Jules Verne, à Amiens, une grande partie de ses archives personnelles. Ce Fonds Robert Mallet comprend des documents relatifs à ses émissions radiophoniques avec Paul Léautaud, des cours de littérature moderne, des documents sur l’art malgache, ainsi que ceux qui ont trait à ses fonctions d’universitaire et à ses activités d’humaniste. Le Fonds comprend aussi les manuscrits de son oeuvre littéraire, des manuscrits inédits, des textes de ses discours et les « dix mille feuillets » de son journal.»
    http://www.refer.sn/article514.html
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01

    0%
    Dons reçus (2018-2019):0$
    Objectif (2018-2019): 25 000$


    Nous avons reçu près de 11 407$ lors de la campagne 2017-2018. Nous vous remercions de votre générosité. Pour la campagne 2018-2019, notre objectif s'élève à 20 000$.

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.