• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Flux RSS:

    Lewis Mumford

    Historien, philosophe et urbaniste américain (1895-1990).

    Biographie

    «La vie! Lewis Mumford est avant tout un vivant et un amoureux de la vie. S'il est aussi urbaniste, historien et philosophe, c'est par surcroît. Son oeuvre entière est traversée par une immense sollicitude envers les réalités vivantes. Il n'étudie pas les villes de l'antiquité et du Moyen Age; il les ressuscite. Il ne fait pas la dissection de la cité carbonifère. Il pleure sur elle. Avec rigueur.

    Qu'est-ce que la vie? Comme si le printemps n'avait pas depuis longtemps répondu à cette question. (..). Lewis Mumford a parfaitement compris cela. Sans devenir myope pour autant, il a su adapter son oeil de visionnaire aux exigences de la technostructure. L'ingénieur le plus méticuleux peut trouver dans son oeuvre de quoi satisfaire pleinement son appétit de détails pratiques. Faut-il s'en étonner? Lewis Mumford fut d'abord technicien. Il exerça ce métier jusqu'à l'âge de trente ans. S'il a le réductivisme en horreur, s'il se refuse à ramener les grandes choses aux petites, il excelle dans l'art réaliste de faire voir l'importance des choses qui semblent ne pas en avoir. Il nous apprend par exemple que si la cité médiévale s'est effondrée à partir du XVe siècle, c'est, bien sûr, parce que la foi religieuse s'est dégradée, mais aussi parce que l'introduction des véhicules sur roue, jointe à un besoin nouveau de vitesse, a fait éclater ses rues trop étroites. Mumford n'isole jamais un phénomène matériel sans le rattacher à un phénomène spirituel, à une totalité, à ce que lui-même appelle l'idée formative d'une civilisation.»

    Jacques Dufresne, Mumford ou la cité organique

    Oeuvres

    Traductions françaises

    La cité à travers l'histoire (The City in History). Traduit par Gérard et Guy Durand. Paris, Seuil, 1964. «Esprit».

    Le déclin des villes ou la recherche d'un nouvel urbanisme (The Urban Prospect). Traduit par Geneviève Hurel. Paris, Éditions France-Empire, 1970.

    Le mythe de la machine (The myth of the machine). Traduit de l'américain par Léo Dilé. Paris. Fayard, 1973. 2 vol. «Le Phénomène scientifique».

    Les Transformations de l'homme (The Transformations of Man). Traduit de la 2e éd. anglaise par Anne Villelaur ; épilogue par Ruth Nanda Anshen. Paris, Payot, 1974. «Petite bibliothèque Payot» # 237.

    Documentation


    Lewis Mumford. Le duel de la vie et de la technique, par Jacques Dufresne
    Lewis Mumford: Megathinker and Master of the Metaphor, par D. Gene Pace (Center for Sustainble Cities, University of Kentucky, É.-U.)
    Scott Eastham, Battle of the Titans, Compass. A Jesuit Journal, vol. 13, no 6, janvier-février 1996: "Bucky Fuller and Lewis Mumford offered contrasting ways of looking at technology and civilization."
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading

    Référence


    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.