Iris versicolor

«L'Iris versicolor est essentiellement grégaire, croissant généralement en colonie de plusieurs centaines de plantes. Ces colonies ne sont d'ailleurs pas le produit direct de la multiplication végétative, par les rhizomes, d'un seul individu, comme il arrive pour tant d'autres espèces colonisatrices. Les individus de la colonie sont tellement distincts par la taille, la forme et la coloration des pièces florales, qu'au moment de la floraison, les clones, qui n'occupent guère plus que quelques mètres carrés, sont facilement délimitables.»1 
L'Iris était utilisé par les Amérindiens et rapidement adopté par les colons. Il a entre autres des propriétés cathartiques, vermifuges et diurétiques.

1.Frère Marie-Victorin, Flore Laurentienne, Presses de l'Université de Montréal, Montréal, 1964, p.667.

 

Dans le langage des fleurs, l'iris accompagne une bonne nouvelle.

Iris, c'est l'arc en ciel qui annonce la pluie ou le retour du beau temps.

Les rayons du soleil se dardent sur l'enflure
D'un nuage opposé qui, rosoyant d'humeur,
Nous fera bientôt voir de l'Iris la voûture,
Peignant notre horizon de sa cambre lueur.

Pierre de Marbeuf (l'Iris)

 

 

 

 

 


C'est aussi l'une des premières fleurs du printemps annonçant le retour des journées chaudes.

«Quelqu'un connaît-il ma cachette ?
C'est un lieu calme, où le ciel clair
En un jour de printemps rachète
Le mal qu'ont fait six mois d'hiver.

Il y coule des eaux charmantes ;
L'iris y naît dans les roseaux ;
Et le murmure des amantes
S'y mêle au babil des oiseaux.

Là vivent, dans les fleurs, des groupes
Épars, et parfois réunis,
Avec des chants au fond des coupes
Et le silence au fond des nids.
(...)
Je comprends peu qu'on soit superbe
Et qu'il existe des méchants,
Puisqu'on peut se coucher dans l'herbe
Et qu'il fait clair de lune aux champs.
(...)»

Victor Hugo (Chanson d'autrefois)


Enfin le parfum de l'iris est associé à une sensualité lourde et sombre.

« (...) Leur prunelle verdâtre, où nagent assombris
Le reflet de la source et le bleu des iris,
A le calme accablant des lentes attirances.

On rêve des baisers qui seraient des souffrances,
Des hymens énervants et longs, les reins taris...
Ô nymphe, ô source antique aux froides transparences !»

Jean Lorrain (Les nymphes)

«(...) Les vieilles chambres
Veuves de pas
Qui sentent tout bas
L'iris et l'ambre ;

La pâleur des portraits,
Les reliques usées
Que des morts ont baisées,
Chère, je voudrais

Qu'elles vous soient chères,
Et vous parlent un peu
D'un coeur poussiéreux
Et plein de mystère.»

Paul-Jean Toulet (Aimez-vous le passé...)


Iris est l'emblème floral du Québec depuis 1999 et il est représenté sur son drapeau. Selon plusieurs chercheurs, le fleurdelysé est en fait un iris! Jusqu'à cette date, la Québec était la seule province canadienne dont l'emblème floral ne soit pas indigène.

Articles


Épousailles

Emmanuel Signoret

Dossiers connexes




Articles récents

  •  

    Les mots ont une vie eux aussi

    Pierre Biron
    Les mots naissent, évoluent dans leur structure, se répandent, accouchent d’un autre sens, livrent vérités ou m

  •  

    Lovelock James

    Jacques Dufresne
    James Lovelock est né le 26 juilllet 1919; il est mort le 26 juillet 2022. Gaia a mauvaise presse en cet automne 2022 en raison de la conceptio

  •  

    Culture médicale: un ABC

    Jacques Dufresne
    La culture médicale est la première condition de l'autonomie des personnes face à un marché de la santé o&ugrav

  •  

    Gustave Thibon, un Nietzsche chrétien

    Jacques Dufresne
    On a comparé Gustave Thibon à Pascal et Gabriel Marcel a reconnu en lui un Nietzsche chrétien, mais il eut encore plus d’af

  •  

    Pause ton écran

    Jacques Dufresne
    À propos du site Pause ton écran, consacré à des mises en garde contre la dépendance aux écrans et de Cather

  •  

    Ottawa n'est pas Rome

    Marc Chevrier
    Pourquoi le français n’est-il pas au Canada ce que le grec fut à Rome? Une version espagnole suit.

  •  

    L'inflation généralisée

    Jacques Dufresne
    L’inflation, un mal multiforme et universel ? Le premier sens que le CNRTL donne au mot est  médical : enflure, inflammation. L

  •  

    Pâques et les calendriers

    Jacques Dufresne
    Notre attention a besoin d’être tirée chaque jour vers le haut, et vers le zénith lors de grandes fêtes comme Pâ