• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Flux RSS:

    Humanité

    Définition

    En général, on distingue l’homme de l’animal par tout ce qui nous paraît être le signe de la culture et de l’esprit: la conscience, le langage, mais aussi, la liberté.

    Darwin remarquait que si la nature a toujours favorisé le plus fort au détriment du plus faible, le but de la civilisation est l'inverse: «Quant à nous, hommes civilisés, nous faisons au contraire tous nos efforts pour arrêter la marche de l'élimination: nous construisons des hôpitaux pour les idiots, les infirmes et les malades; nous faisons des lois pour venir en aide aux indigents; nos médecins déploient toute leur science pour prolonger autant que possible la vie de chacun.» Justement, car c'est dans de telles pensées, jugements et actions que l'être humain a choisi de se reconnaître au premier chef.

    L'humanité c'est ce que l'homme, ou l'être humain ou simplement l'Humain, choisit de retenir de son histoire (qui coïncide avec celle de l'être). Il s'agit donc d'un mouvement de réflexion, celui de l'être humain prenant conscience de la possibilité de diriger son évolution. Où il veut? La génétique, par exemple, vise à améliorer l'homme. Or celui-ci préfère encore aider ceux qui sont dans le besoin que de produire un nouvel humain qui serait dépourvu de failles: l'évolution va donc dans un sens contraire à l'amélioration de l'espèce. Pourquoi? Parce que l'être humain s'est toujours défini comme mortel. Voilà pourquoi toutes ces tentatives pour produire un homme nouveau, virtuellement immortel, semblent se faire au prix de l'humanité de l'homme.
    L'évolution de l'humanité s'enracine dans un sentiment moral, qui tire son origine de la conscience de la mort.

    Enjeux

    Voici un extrait de la conclusion du livre de Jean-Claude Guillebaud, Le principe d'humanité : «Songeons ici à ce bel aphorisme mille fois articulé par le philosophe et psychanalyste Cornélius Castoriadis: une société montre son degré de civilisation dans sa capacité à se fixer des limites. Des limites et des projets. Le principe d'humanité, en définitive, a pour caractéristique d'être cause de soi. Il est puissance de se faire, c'est-à-dire de se choisir. Celui que nous revendiquons ici ­ l'éminente dignité de l'être humain ­ est un choix, en effet. Qu'il s'agisse de l'économie, de la politique ou de la technoscience, "on traite l'homme selon l'idée qu'on s'en fait, de même qu'on se fait une idée de l'homme selon la manière dont on le traite" (Peter Kemp, L'irremplaçable. Une éthique de la technique). Cette éthique renvoie donc chacun de nous à une responsabilité qu'aucune science, aucune technique, aucune fatalité mécanique ou génétique ne sauraient éliminer. Le principe d'humanité existe parce que nous voulons qu'il en soit ainsi.»

    Essentiel

    Pour Jean-Claude Guillebaud, la morale est si essentielle à l'humanité qu'on peut comprendre que certains songent à lui attribuer une origine biologique. Toutefois, ces tentatives de biologisation de la morale n'ont pas de véritable pertinence: «En dehors de sa pertinence épistémologique très discutable, la volonté de rattacher la morale humaine à la biologie elle-même­ à l'exclusion de toute autre origine ­ implique d'ailleurs un inconvénient de taille: un tel rattachement abolit de factole libre arbitre de l'homme. Il suppprime cet interstice fondamental, ce jeu qui libère la culture humaine des fatalités de l'instinct. Il détruit ce paradoxe émancipateur qui veut que les valeurs fondatrices­de l'égalité à l'universalité ­ soient des artifices, des fictions assumées, des constructions volontaires inséparables de l'histoire et de l'autonomie humaines. Vouloir faire coïncider le principe d'humanité avec je ne sais quelle humanité biologique, ce serait tout simplement asservir l'humain aux tyrannies de la matière.» (p. 358)

    Documentation

    Jean-Claude Guillebaud, Le Principe d'Humanité, Paris, Éditions du Seuil, septembre 2001.
    «Demain, serons-nous encore humains?». Entrevue de Jean-Claude Guillebaud, Construire, 4 septembre 2001.
    Document sonore: Le principe d'humanité. Vous pouvez écouter en Real Audio cet entretien de Jean-Claude Guillebaud avec Chantal Srivastava (émission "Les années Lumière, Radio-Canada, 30 septembre 2001): «De la course aux biotechnologies aux vertiges du cyberespace, des manipulations génétiques aux tentations eugénistes, de la marchandisation du monde à la chosification de la vie, la même question, obsédante, se trouve posée jour après jour: saurons-nous encore définir - et défendre - l'irréductible humanité de l'homme? C'est la question à laquelle tente de répondre l'auteur (...)».

    Est-ce dans le travail ou le loisir que l'homme réalise son humanité?

    Trans-cultural Understanding or Varieties of Cultures and Oneness of Human Thought
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations
    Linguistique
    Difficultés
    Elle n’est pas naturelle mais construite (Rousseau), du fait même qu’elle n’est pas naturelle avant tout, mais culturelle. On acquiert l’humanité, on naît humain en puissance mais on l’a en acte en allant contre la nature. C’est bien ce que présuppose d’ailleurs l’expression, centrale dans le sujet, «réaliser son humanité».
    Antonymes
    Inhumanité, méchanceté, tyrannie, matérialisme
    Allemand
    Menscheit
    Anglais
    Humanity
    Espagnol
    la humanidad
    Raccourcis

    Référence


    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.